Un embargo sur le gaz russe ? L'impact serait "massif" sur l'économie européenne, avertit Clamadieu (Engie)

Le président d'Engie, Jean-Pierre Clamadieu, est très clair: si l'Union européenne, qui prépare en ce moment une 5e vague de sanctions contre la Russie, décrétait dans les prochains jours des sanctions sur la totalité des importations de gaz russe, ce serait une décision extrêmement risquée pour l'économie européenne avec, à la clé, de grands sacrifices, notamment l'hiver prochain, a-t-il mis en garde ce jeudi. Face à ce scénario, l'énergéticien détaille quelques-unes de ses mesures préventives.
Jérôme Cristiani

4 mn

Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d'administration du géant français de l'énergie Engie (ici, en août 2020 à l'Université d'été du Medef).
Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d'administration du géant français de l'énergie Engie (ici, en août 2020 à l'Université d'été du Medef). (Crédits : Reuters)

Invité ce matin sur Radio Classique à traiter la question de la réindustrialisation de la France, eu égard à son dernier ouvrage "L'Europe, avenir de l'industrie française", le président de l'énergéticien Engie, Jean-Pierre Clamadieu, se voyait de but en blanc - c'était prévisible - questionné sur la situation ukrainienne : "Pensez-vous qu'un embargo sur le gaz russe puisse être décrété dans les heures les jours qui viennent ?"

La réponse de Jean-Pierre Clamadieu a pris la forme d'un prudent message d'avertissement concluant qu'un embargo sur les importations de gaz russe aurait un impact "massif" sur l'économie européenne et toucherait en particulier l'industrie.

« Aujourd'hui ce qu'il faut peser, c'est bien sûr toutes les raisons morales, politiques, qui pousseraient vers de nouvelles sanctions vis-à-vis de la Russie et puis l'impact massif qu'aurait sur l'économie européenne un arrêt des importations de gaz russe", a-t-il dit sur Radio Classique.

Des privations à prévoir pour les entreprises comme pour les particuliers

En cas d'arrêt immédiat des importations de gaz russe, l'Europe pourrait compenser la moitié. Malheureusement, l'autre moitié, manquant, impliquerait des privations tant pour les particuliers que pour les entreprises.

"Si les importations de gaz russe cessaient, nous serions probablement capables d'en remplacer à peu près la moitié mais le reste, à très court terme, devrait être réalisé, obtenu, compensé par une réduction des consommations et particulièrement dans les secteurs industriels", a indiqué le président du géant français de l'énergie.

Il prévoit que c'est surtout à l'hiver prochain que l'impact sera maximal pour l'économie européenne :

"L'impact sur l'économie européenne, pas dans les prochains mois mais lors de l'hiver prochain, serait un impact très significatif ", a insisté M. Clamadieu.

Même s'il concède être consulté comme d'autres industriels par le pouvoir exécutif pour l'élaboration de scénarios de crise, c'est uniquement sous l'angle du technicien et du connaisseur des marchés. Car pour lui, c'est vraiment une décision qui relève du politique, notamment parce que "ce qu'il importe, c'est de maintenir l'unité européenne autour de ce sujet", parce que "ensemble, nous pesons". Une unité européenne essentielle mais actuellement fragile car les positions des pays ne sont pas identiques sur le sujet.

À LIRE AUSSI | La Hongrie se déclare prête à payer le gaz russe en rouble (encadré)

Priorité d'Engie : stocker du gaz pour préparer l'hiver prochain

Concernant l'approvisionnement, "les prix élevés en Europe attirent des cargaisons", et "au mois d'avril nous aurons des arrivées record de bateaux en Europe" transportant du gaz naturel liquéfié (GNL), a-t-il prédit.

Donc le gaz ne manquera pas, et ce, d'autant moins que "nous arrivons dans 'l'été' de la saison du gaz, c'est-à-dire que nous recevons plus de gaz que nous n'en consommons et donc le surplus nous le stockons ».

De fait, le remplissage des réserves de gaz sera cette année essentiel pour préparer un hiver qui s'annonce difficile.

5e vague de sanctions: le charbon concerné mais pas encore le gaz ni le pétrole

L'Union européenne est en ce moment en train d'élaborer une cinquième vague de sanctions qui, pour la première fois, comporte des mesures dans le secteur de l'énergie avec un embargo sur les achats de charbon à la Russie.

Lire aussi 7 mnUkraine : pourquoi l'embargo européen sur le charbon russe ne suffira pas à faire plier Poutine

La gaz n'est toutefois à ce stade pas concerné. L'Allemagne en particulier, très dépendante de ses importations venues de Russie, s'y oppose fermement.

L'enjeu est donc d'aller vite afin de pouvoir reconstituer les stocks de gaz - remplis à environ 20% actuellement en France - pour l'hiver prochain.

"Je pense que d'ici probablement à la semaine prochaine, nous serons de manière durable dans une situation dans laquelle nous préparons le prochain hiver en faisant entrer du gaz dans nos stockages", en fonction de la météo, a précisé M. Clamadieu.

Paiement en roubles ? Pour l'instant la Russie accepte toujours les euros...

Moscou a par ailleurs menacé de couper l'approvisionnement en gaz aux pays "inamicaux" qui refuseraient de payer en roubles.

"Pour l'instant nous continuons à mettre des euros sur les comptes de Gazprombank et nous continuons à recevoir du gaz russe, donc c'est un sujet qui est plus technique que ce qu'on a pu penser après les déclarations de tel ou tel", a assuré M. Clamadieu.

Lire aussi 6 mnPoutine crée une usine à gaz pour faire payer ses clients en roubles

(avec AFP et Radio Classique)

Jérôme Cristiani

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 09/04/2022 à 20:06
Signaler
Après Pouyanné c'est au tour de Clamadieu de chouiner pour son bonus... au prix du sang et des larmes ukrainienes!

à écrit le 09/04/2022 à 18:42
Signaler
Toutes sanctions ne produit qu'un "manque à gagner" pour La Russie, mais une baisse de chiffre d'affaire irrécupérable pour l'Occident!

à écrit le 09/04/2022 à 10:17
Signaler
Oui , l'Allemagne doit payer son double jeu avec la Russie , Merkel doit rendre des comptes , pas d'aménagement de ports pour les méthaniers , sortir du nucléaire pour stopper toute coopération avec la France , il faut un embargo sur le gaz et le pét...

à écrit le 08/04/2022 à 15:55
Signaler
la chine n'est que le frère jumeau de la Russie. plus questions pour moi de cautionner ce pays au produits médiocres. Terminus définitif pour le made in china !!!!! vive les produits made in Union européenne !!!!!

à écrit le 08/04/2022 à 8:14
Signaler
Pas de problème, notre classe dirigeante est prête à tous nos sacrifices sans hésitation dans sa lutte contre le Mal.

le 09/04/2022 à 19:32
Signaler
Torts partagés : les français ne sont pas encore prêts a diminuer leur vitesse en voiture de 10 ou 20km/h ou a baisser leur chauffage de 1 degré pour aider les civils ukrainiens. Non mais c'est vrai quoi, et ma liberté ?

le 09/04/2022 à 20:57
Signaler
La vache comment vous pouvez encore vous ridiculiser avec l'argument "c'est la faute aux gens" alors que les gens ne décident de rien ils votent pour des gens sensés le faire à leur place. Arrêtez de vous déresponsabiliser un peu, avancez.

le 10/04/2022 à 5:26
Signaler
SEB Relisez l'article...il ne s'agit pas de baisser de 1° la T° de votre appartement...mais de faire des arbitrages et de subir des coupures pour 50% de notre consommation. Imaginez 50% des industries ou des écoles qui ferment en hiver faute de gaz...

à écrit le 08/04/2022 à 3:08
Signaler
On a sauvé les vieux du covid pour mieux les achever par le froid et la faim ..

à écrit le 07/04/2022 à 16:49
Signaler
Et oui, le PIB, c'est de l'énergie. On l'oublie un peu trop souvent

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.