Pétrole : un gigantesque incendie au Canada pousse (un peu) les cours à la hausse

 |   |  391  mots
Un immense incendie de forêt près de Fort McMurray, dans le nord de l'Alberta (Canada), a détruit 80 % des maisons dans un quartier et causé de lourds dégâts dans plusieurs autres.
Des maisons brûlées par milliers, des évacuations de communes qui se succèdent... la région de l'Alberta, riche en sables bitumineux, risque de voir sa production de pétrole chuter. Du coup, les marchés ont ouvert en hausse ce mercredi. Mais la publication des résultats hebdomadaires des stocks américains de pétrole brut ont douché les espoirs.

Le marché du pétrole a ouvert en légère hausse mercredi à New York, les investisseurs cherchant à rééquilibrer leur prise de risque après trois séances de baisse alors qu'un incendie en Alberta risquait de réduire encore la production canadienne.

Vers 13H10 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juin gagnait 80 cents à 44,45 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), les investisseurs restant néanmoins prudents avant les chiffres officiels sur les stocks américains de brut et de produits pétroliers.

"On dirait que de grands groupes comme Suncor arrêtent leur production, faute de personnel et par mesure de précaution, donc on devrait voir un déclin de la production canadienne pour plusieurs jours et cela apporte un soutien", a déclaré John Kilduff, chez Again Capital.

Pendant ce temps, des dizaines de milliers d'habitants ont fui Fort McMurray, ville canadienne rongée par les incendies de forêts et de broussailles au cœur de la région de production de sables bitumineux en Alberta (ouest du Canada), et les pompiers luttaient toujours mercredi pour freiner l'avancée des flammes.

     >Lire aussi: Fort McMurray : toute la ville évacuée, l'armée appelée en renfort

Pour M. Kilduff, cet incendie a éclipsé -- provisoirement au moins -- les inquiétudes sur une possible nouvelle augmentation des stocks de brut aux Etats-Unis, qui viendrait confirmer le déséquilibre d'un marché désespérément excédentaire.

Hausse des stocks plus importante que prévu

Mais les chiffres publiés par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) sont venus confirmer les craintes des analystes. Les stocks de brut ont augmenté de 2,8 millions de barils la semaine dernière, davantage que prévu -- les économistes attendaient en moyenne une hausse de 1,7 million barils. Les stocks d'essence ont augmenté de 536.000 barils à 241,8 millions, alors que les les observateurs tablaient sur une baisse de 144.000 barils.

Avant la publication des chiffres officiels, l'association professionnelle American Petroleum Institute avait livré mardi soir une estimation plutôt pessimiste, avec une augmentation des stocks de brut de 1,3 million de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg tablaient en moyenne sur une progression limitée à 750.000 barils.

(Avec AFP et Reuters)

[VIDEO] Un incendie dantesque: les images prises par les automobilistes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :