L'allemand SEW Usocome va créer 700 emplois en Alsace

 |   |  289  mots
Copyright Reuters
Le fabricant allemand de motoréducteurs investira 40 millions d'euros dans une usine de 30.000 mètres carrés. Elle doit accueillir 700 salariés.

Le fabricant allemand de motoréducteurs SEW Usocome a acquis 12 hectares de terrains industriels dans la zone d'activités de Brumath (Bas-Rhin), en périphérie de Strasbourg. Il investira 40 millions d'euros dans une usine de 30.000 mètres carrés, dimensionnée pour accueillir 700 salariés. Portée par le marché émergent des moteurs électriques, l'entreprise entend se lancer dans la fabrication de plaques d'induction pour le rechargement des voitures électriques. Au démarrage de l'activité, 20 % environ des effectifs employés par SEW Usocome à Haguenau (1400 salariés), à une vingtaine de kilomètres du nouveau site de Brumath, seront déplacés dans la nouvelle usine, opérationnelle en 2014.

Cette entreprise familiale, fondée en 1931 sous le patronyme Südwestdeutsche Elektromotoren Werke, a réalisé l'année dernière plus de 2 milliards de chiffre d'affaires, essentiellement dans les industries de process (automobile, alimentaire) et dans les installations de transport et de logistique. Implantée en France depuis 1961, elle compte 14.000 salariés dans 45 pays. Le site français, qui produit 7.500 moteurs et réducteurs par jour, réalise 80 % de son chiffre d'affaires (environ 350 millions d'euros) à l'export.

L'Alsace, terre de désindustrialisation

Longtemps porté par les investissements étrangers, le département du Bas-Rhin vient de connaître une succession d'annonces défavorables pour son industrie : 250 emplois supprimés par la raffinerie Petroplus à Reichstett, 250 emplois menacés par le désengagement du papetier UPM à Strasbourg, 150 emplois sur 950 menacés chez le fabricant de systèmes de transport Lohr à Duppigheim.

La perspective de 700 emplois assurée par SEW Usocome valide la stratégie d'aménagement du territoire du conseil général et de son agence de développement économique, l'Adira, qui entend mailler le département de cinq nouvelles plate-formes d'activité à vocation industrielle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2012 à 12:51 :
Sympa les allemands qui creent des emplois en France..malgre ca on arrete pas de les critiquer parce qu'ils sont trop efficients et les meilleurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :