Faillite : le chantier naval du Titanic à deux doigts de couler

 |   |  280  mots
Mise à l'eau du Titanic en mai 1911 (chantiers Harland and Wolff)
Mise à l'eau du Titanic en mai 1911 (chantiers Harland and Wolff) (Crédits : DR)
Menacé de fermeture après des années de déboires, le chantier naval de Belfast "Harland and Wolff", connu pour avoir construit le Titanic, pourrait être placé dès lundi sous le régime des faillites.

Le chantier naval, basé à Belfast, doit cesser formellement son activité aujourd'hui lundi en fin d'après midi, et la compagnie pétrolière norvégienne Dolphin Drilling, maison mère de Harland and Wolff, peine à trouver un acheteur pour cet ancien géant de l'histoire industrielle nord-irlandaise, dont les énormes grues jaunes ont longtemps dominé Belfast.

"Il semble de plus en plus improbable qu'une solution soit trouvée à court terme et l'entreprise pourrait en effet être placée en faillite", a déclaré à Gavin Robinson, un député du parti nord-irlandais DUP, sur la BBC.

"Nous avons tenté toutes les solutions politiques possibles", a-t-il assuré.

Une institution de plus de 150 ans

H&W, qui faisait travailler plus de 30.000 personnes au début du XXe siècle, ne compte plus aujourd'hui que 130 employés. Nombre d'entre eux ont manifesté ces derniers jours pour tenter de sauver le chantier, appelant le gouvernement à intervenir.

"Nous attendons de voir ce qui va se passer aujourd'hui", a déclaré Barry Reid, un responsable du syndicat GMB.

Véritable institution en Irlande du Nord, le chantier naval a connu un déclin ininterrompu au cours des dernières décennies. Créé en 1861, il avait bâti le célèbre paquebot Titanic, qui avait fait naufrage en avril 1912 au large de Terre-Neuve, lors de son voyage inaugural entre la Grande-Bretagne et New York, causant la mort de plus de 1.500 de ses 2.200 passagers. Le site avait également fourni près de 150 navires de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'entreprise s'était ensuite éloignée de la construction navale et travaillait jusqu'à récemment principalement sur des projets d'énergie éolienne et de génie maritime.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2019 à 22:27 :
Merci de bien vouloir verifier vos sources, il s'agit d'une photo de l'olympic (le pont A est différent comportant des fenêtres plus petites sur la moitié du paquebot). Pour etre plus précis, l'olympic est le quasi jumeau du titanic. Les dates ne sont donc pas bonnes non plus (un an plus tôt). Rigueur journalistique...
Réponse de le 06/08/2019 à 22:08 :
Le pont promenade du pont A sur le Titanic n'a été modifié que bien plus tard après son lancement, en conséquence des observations effectuées lors des premiers voyages de l'Olympic. Cette photographie est bien celle du lancement du Titanic. Appliquez donc à vous-même la rigueur journalistique à laquelle vous aspirez.
a écrit le 05/08/2019 à 16:19 :
"L'entreprise s'était ensuite éloignée de la construction navale et travaillait jusqu'à récemment principalement sur des projets d'énergie éolienne et de génie maritime."

Et nous du coup on ne pourrait pas le reprendre !? Premier territoire maritime du monde, sans parler de la nécessité absolu de nettoyer les océans dont nous sommes au final principaux responsables à ne rien faire.

Ah ben non c'est vrai faut que l'on ai le deuxième homme le plus riche du monde, où avais-je encore la tête... -_-
Réponse de le 05/08/2019 à 16:37 :
Pourquoi le reprendre? Sa disparition, c'est plutôt une chance d'augmenter l'activité de nos propres chantiers navals diversifiés dans les EMR. Aucun intérêt à racheter un outil surdimensionné à l'étranger.
Réponse de le 05/08/2019 à 17:42 :
Racheter des chantiers de constructions de paquebots qui génèrent la plus grosse partie de la pollution mondiale !? Tu vois pas le coup nous tomber dessus ? Tu devais penser que l'économie liée à l'aviation allait durer toute la vie toi non ?

Tandis que moi je vois surtout une économie d'avenir ayant un besoin immédiat de recherche et développement mais il est vrai que tu es bien plus dans le dogme du consortium financier européen.

Bienvenu en UERSS, empire prévu pour durer mille ans. Heu... ben ça va être difficile de ne pas étouffer avant quand même hein...
Réponse de le 05/08/2019 à 22:26 :
le reprendre pour faire de pertes ? Si ses activités allaient de travers, fera-t-on mieux si ça doublonne nos entreprises du domaine ? Est-on à saturation avec besoin de s'agrandir à l'étranger (EDF leur construit deux EPR, peut-être là l'ennui, fini les grands ventilateurs) ? Les gens s'opposent aux éoliennes, c'est moche, même en mer, c'est moche au lointain (sous entendu 'ça fait baisser la valeur de nos maisons, on y perdra quand on voudra les revendre').

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :