LTDE

Une « Belle-Île » intelligente pour Renault

 |   |  411  mots
(Crédits : Renault - Yannick Brossard)
Engagé en faveur du développement des « smart islands », le groupe Renault déploie son premier écosystème français au large des côtes bretonnes, à Belle-Île-en-Mer. Le projet FlexMob’Île a pour but de favoriser la transition énergétique sur les archipels isolés.

Les prémices du projet ont été esquissées au début de l'année 2018, près de la Méditerranée, sur l'île portugaise de Porto Santo. Associé à « Empresa de Electricidade da Madeira » (EEM), le fournisseur local d'énergie, le groupe Renault a pris en charge les solutions de mobilité électrique dans le cadre du projet Smart Fossil Free Island. Pendant 18 mois, vingt résidents y utiliseront quatorze ZOE et six Kangoo Z.E. pour leurs déplacements quotidiens. Objectif : concevoir un écosystème électrique intelligent articulé autour du « smartcharging », c'est-à-dire de la capacité des véhicules à servir d'unité de stockage d'appoint et à réinjecter de l'électricité dans le réseau.

Recharge à la demande

Le projet déployé à Belle-Île-en-Mer en partenariat avec la Communauté de Communes de Belle-Île (CCBI), Morbihan Energies, Les Cars Bleus et Enedis, constitue la première déclinaison française de cette expérimentation. Si certains fondements (véhicule électrique, stockage stationnaire d'énergie, recharge intelligente) demeurent les mêmes que ceux du projet portugais, FlexMob'Île se distingue par son ambition et son ampleur.

Au cœur du dispositif, le surplus d'énergie solaire produit par les panneaux photovoltaïques installés sur différents bâtiments publics devrait permettre d'alimenter les véhicules de manière intelligente. Ainsi, les bornes de recharge déclencheront les charges des véhicules à partir du moment où les édifices produisent plus d'énergie qu'ils n'en consomment. L'école pourra, par exemple, accumuler l'énergie produite durant les weekends et les vacances scolaires afin de l'injecter dans le réseau.

30% de véhicules électriques en 2025

Autre spécificité du projet bellilois, Renault fournit au principal village-vacances de l'île des batteries de seconde vie provenant de véhicules électriques. Ces dispositifs permettront, là aussi, de stocker l'électricité des panneaux solaires afin de la restituer sous forme de chaleur, le soir, dans les différents bungalows. Bénéfice de l'opération : une période d'ouverture de l'établissement allongée de plusieurs semaines ainsi que des économies sur les frais de fonctionnement.

Les véhicules qui forment la flotte de départ sont disponibles en autopartage à destination des résidents comme des visiteurs ou des vacanciers. Le groupe espère atteindre progressivement une part de marché de 30% de véhicule électrique dans le parc automobile de l'île d'ici 2025. L'expérimentation FlexMob'Île devrait débuter en 2019 et s'étendre sur deux ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :