Lufthansa défie British Airways en Grande-Bretagne

 |  | 475 mots
Lecture 2 min.
La compagnie allemande a annoncé qu'elle allait prendre le contrôle de la compagnie britannique BMI (ex British Midland). Virgin Atlantic tend une perche pour faire partie du nouvel ensemble en réitérant son projet de rapprochement avec BMI.

Lufthansa défie British Airways. La compagnie allemande a annoncé aujourd'hui qu'elle allait prendre le contrôle de BMI (ex British Midland) en 2009. Possédant déjà 30% du transporteur britannique, Lufthansa va racheter les 50% du PDG fondateur Sir Michael Bishop conformément à une possibilité inscrite dans le pacte d'actionnaires signé en 1999. Le prix, non communiqué, aurait été fixé à cette époque. Il avoisinerait selon certains analystes les 400 millions d'euros. Une somme modique pour une compagnie qui possède 12% des créneaux horaires à Londres-Heathrow, le plus gros aéroport d'Europe mais complètement saturé faute de construction de nouvelle piste. British Airways ne possède que 40% des créneaux. L'écart entre BA et BMI est le plus faible parmi les grands aéroports européens entre le leader et son premier concurrent où à Paris ou à francfort, le numéro un possède près de 55% des créneaux quand le numéro deux peine à dépasser 5%.

Dans un contexte de ciel ouvert entre l'Europe et les Etats-Unis depuis avril, l'opération est hautement stratégique. Pas trop à court terme en raison de la crise. Mais à coup sûr à moyen et long terme. Le marché entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis est le plus gros marché long-courrier du monde. Lufthansa cherche ainsi à se positionner sur les deux plus grosses portes d'entrées des deux côtés de l'Atlantique. C'est pour cela, qu'elle a pris une participation de près de 20% dans la low-cost Jetblue, positionnée à New-York JFK. Une offensive à New-York qui sera renforcée par l'entrée prochaine dans son alliance Star Alliance de Continental Airlines, qui possède un hub à Newark.


L'opération BMI pourrait même prendre encore plus d'envergure. Dans la foulée de l'annonce de Lufthansa, Virgin Atlanctic a tendu une perche pour faire partie du deal. Son directeur général Steve Ridgway, a en effet déclaré à Reuters qu'il voulait se rapprocher de BMI, un projet maintes fois avancé par son Président Sir Richard Branson. Un rapprochement entre Virgin et BMI serait idéal, sans aucun doublon. Le premier est spécialisée sur le long-courrier et le second sur le moyen-courrier serait idéal. Avec Lufthansa l'ensemble disposerait de 20% des créneaux environ. De quoi donner des sueurs froides à British Airways. La compagnie britannique est en pleine discussion avec Iberia pour fusionner sur le modèle d'Air France-KLM. Parallèlement elle travaille avec son partenaire American Airlines sur la constitution d'un joint-venture sur l'axe transatlantique, un système de partages de coûts et de recettes sans lien capitalistique dans l'aérien.

La reprise de BMI intervient un mois après l'annonce du rachat de Brussels Airlines par Lufthansa. La compagnie allemande est également favorite pour la reprise d'Austrian Airlines. Malgré la crise qui l'a contrainte à réviser à la baisse ses bénéfices en 2008 (à 1,1 milliard d'euros).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :