Accident d'Air France : le rôle des sondes de vitesse non établi

 |  | 193 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : Philippe Delafosse)
Selon le Bureau Enquêtes Analyses, chargé de l'enquête technique, il n'y a aucun lien établi entre un problème sur ces sondes de calcul de vitesse et l'accident de l'avion. Il ne commente pas l'hypothèse de la dislocation en vol en raison d'une rupture de hublot.

L'accident de l'Airbus A330 d'Air France disparu dans l'Atlantique dans la nuit du 31 mai au 1er juin entre Rio et Paris avec 228 personnes à bord est-il lié à un dysfonctionnement des sondes Pitot de clacul de vitesse que fabrique l'électronicien Thales ?

Il n'y a "encore aucun lien établi" a souligné ce jeudi une porte-parole du Bureau Enquêtes Analyses (BEA, de la DGAC, la direction générale de l'aviation civile du ministère des transport), chargé de l'enquête technique.

De son côté, le directeur général d' Air France -KLM, Pierre-Henri Gourgeon, a indiqué qu'il n'était "pas convaincu" que les sondes soient la cause de l'accident. Mais il a confirmé l'accélération du programme de leur remplacement sur les Airbus A330 et A340 "car nous savons que lors de cet accident, il y a eu un problème sur la mesure de la vitesse".

La porte-parole du BEA s'est refusée à commenter un article du Figaro, faisant état d'une éventuelle rupture de hublot, en raison d'une vitesse excessive de l'avion, non signalée par les sondes Pitot, et qui aurait entrainé une dislocation de l'avion en plus vol.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y a aussi le GPS qui donne la vitesse (GS) sol..ne l'on t'il pas vu ? Celà aurrait éveiller leurs attention, mais bon..facile à dire..ok !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La sonde PITOT n'est pas le seul équipement qui permet de maintenir un avion sa ligne de vol. Il faut laisser se dérouler l'enquête technique. Y aurons-nous accès? Saurons-nous interpréter les résultats ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
l'accident est sans doute dû à un concours de circonstances. La connaissance de la vitesse est sans doute cruciale mais n'a véritablement de sens que dans des configurations et des écoulemnts autour l'avion conformes aux conditions nominales
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pouquoi on met des balises argos sur des oiseaux et pas sur les avions ?ca aurait gagne du temps our trouver l epave
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
thalès fabrique des satellites,des missiles,de lélectronique secret défense, des calculateurs pour Ariane 5
Thalès a fabriqué l'ATV Jules Verne pur ravitailler et propulser l'ISS avec le succès que l'on sait,a participé à la construction du laboratoire européen colombus de l'ISS?et ne serait pas capable de fabriquer correctement des pauvres petites sondes de vitesse,pour Airbus.....je m'étonne !!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
thalès fabrique des satellites,des missiles,de lélectronique secret défense, des calculateurs pour Ariane 5
Thalès a fabriqué l'ATV Jules Verne pur ravitailler et propulser l'ISS avec le succès que l'on sait,a participé à la construction du laboratoire européen colombus de l'ISS?et ne serait pas capable de fabriquer correctement des pauvres petites sondes de vitesse,pour Airbus.....je m'étonne !!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
à bibi: A ma connaissance, il n'y a pas de GPS disponible stricto sensu. Le SNS a été expérimenté bien avant le GPS mais il lui a été préféré un système autonome de localisation à partir des centrales inertielles embarquées (à laser et non plus gyroscopiques, maintenant). Et on ne cherche pas à calculer la vitesse à partir de ce système.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :