Bourbon a résisté à la tempête de 2009 grâce à sa flotte très jeune

Le groupe de services maritimes présente ce mercredi des performances 2009 mitigées, avec une chute sensible dans le vrac, mais une bonne tenue dans les services aux pétroliers.
(Crédits : AFP)

Bourbon aura traversé 2009 en deux temps et fini l'année avec des performances contrastées. Le groupe français de services maritimes, qui présente ce mercredi ses résultats annuels, doit annoncer un excédent brut d'exploitation quasi stable (? 1 %), à 347,5 millions d'euros (en hausse de 9,4 % hors plus-values), un résultat opérationnel de 213,9 millions (? 10,9 %) et un résultat net part du groupe en recul de 30,8 %, à 155,4 millions. Le broker Gilbert Dupont tablait sur des performances très légèrement supérieures. Mais « en 2008, le groupe avait enregistré de fortes plus-values lors de cessions d'activités non stratégiques », rappelle-t-on chez Bourbon, dont le chiffre d'affaires a progressé de 3,1 % en 2009, à 960,5 millions.

Concrètement donc, au premier semestre, l'activité vrac (12,4 % du total) a subi de fortes turbulences, avec des taux de fret très bas, tandis que la division offshore (85 %) s'en sortait bien. Mais, six mois plus tard, la tendance s'est renversée. La branche de services aux pétroliers, qui a certes continué de croître grâce à l'arrivée de nouveaux navires, a vu ses taux de location affectés par des conditions de marché défavorables : ralentissement des investissements des pétroliers, surcapacités. « Le taux d'utilisation de notre flotte [Ndlr : autour de 87 %] a peu diminué, se félicite néanmoins Jacques de Chateauvieux, le PDG de Bourbon. Et nous restons en avance sur les objectifs de notre plan Horizon 2012 ». Ce plan prévoit une croissance moyenne annuelle du chiffre d'affaires offshore de 21 % sur la période 2008-2012. Pour 2008-2009, cette croissance est de 29 %, sachant qu'elle a atteint 20,5 % pour la seule année 2009 (27,1 % si on ne tient compte que de la flotte en propre). pour un résultat opérationnel en hausse de 39,2 %, à 193,9 millions d'euros.

navires très innovants

Pour Jacques de Chateauvieux, qui qualifie ses résultats 2009 de robustes, une chose est sûre : « La qualité de notre flotte a été un élément de résistance forte ». Le groupe s'est engagé dans un programme de commandes de nouvelles unités extrêmement ambitieux, qui lui permet de proposer à ses clients des navires très innovants, bien moins gourmands en pétrole. L'an dernier, 71 unités ont été livrées, un rythme qui devrait se maintenir en 2010. Du coup, la moyenne d'âge de la flotte (autour de 350 navires) est de six ans, quand celle de certains concurrents tourne autour de 15 ans. Jacques de Chateauvieux table sur une reprise du marché au second semestre 2010.

Du côté du vrac, où l'activité a chuté de 49,2 %, à 119,3 millions, et le résultat opérationnel de 73,7 %, à 27,3 millions, des questions se posent. Bourbon, qui anticipe une reprise réelle du trafic en 2010, conservera-t-il cette activité dans son portefeuille ? « Toutes les options sont ouvertes, sachant qu'il n'y a pas de synergies entre le vrac et l'offshore ». Un début de réponse sera sans doute donné en juin. Bourbon compte dévoiler à cette période ses ambitions pour l'après 2012.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.