Alexandre de Juniac bien placé pour prendre les rênes d'Air France

 |   |  507  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le directeur de cabinet de Christine Lagarde, ancien directeur général adjoint de Thales, est favori pour diriger Air France lors de la réorganisation d'Air France-KLM dans quelques mois.

Le renouvellement pour quatre ans à la tête d'Air France-KLM de Pierre-Henri Gourgeon ne sera acté que le 7 juillet par les actionnaires. Mais déjà, sa succession se prépare. Celle-ci se fera dans le cadre d'une nouvelle structure du groupe prévue pour fin 2011-début 2012, destinée à améliorer l'efficacité Air France-KLM et à pouvoir intégrer plus facilement d'autres compagnies aériennes ; comme Alitalia, par exemple, si celle-ci acceptait de passer sous la coupe d'Air France-KLM. Aujourd'hui, le holding Air France-KLM, maison mère de deux filiales à 100% - les groupes Air France et KLM - est une sorte de coquille vide, avec deux employés, Jean-Cyril Spinetta, président du conseil d'administration d'Air France et d'Air France-KLM, et Pierre-Henri Gourgeon, directeur général d'Air France et d'Air France-KLM. "L'objectif est de renforcer le holding en y faisant remonter des postes stratégiques", explique un connaisseur du dossier.

"C'est fait"

Cette nouvelle structure pose la question des hommes. Jean-Cyril Spinetta sera le président d'administration du holding, tandis que Pierre-Henri Gourgeon en occupera la fonction de directeur général. Ce dernier laissera donc la direction générale de la compagnie Air France, le plus gros morceau du groupe aérien. Pour ce poste, Alexandre de Juniac, directeur de cabinet de Christine Lagarde et ancien directeur général adjoint chez Thales, fait figure de grand favori. "C'est fait » assurent même des sources industrielles proches de l'Etat ; certaines précisant que "Jean-Cyril Spinetta, Pierre-Henri Gourgeon, et Philippe Calavia, le directeur financier, auraient donné leur accord". "Le passé d'Alexandre de Juniac chez Thales et son travail à Bercy plaident pour lui", explique un administrateur convaincu.

Pour autant, comme le rappellent des sources internes et gouvernementales, "rien n'est ficelé". "Le comité de nomination doit établir une short list [Bruno Matheu, directeur général adjoint d'Air France-KLM et Florence Parly, directrice du cargo sont également sur les rangs, NDLR], et le choix de la personne doit ensuite être validé par le conseil d'administration". Le prochain est prévu dans la foulée de l'assemblée générale. Selon le magazine Challenges, Jean-Cyril Spinetta "a l'intention de soutenir jusqu'au bout la candidature d'Alexandre de Juniac". Il chercherait à convaincre les administrateurs indépendants du conseil d'administration Patricia Barbizet, Jean-François Dehecq, et Jean-Marc Espalioux, qui seraient partagés.

Pour autant, on imagine mal ces derniers refuser les souhaits de Jean-Cyril Spinetta en matière de gouvernance, d'autant qu'il s'agit là de préparer l'équipe qui succédera à 15 ans de règne à la tête d'Air France du tandem Spinetta-Gourgeon. Le futur directeur général d'Air France a de grandes chances, en effet, de succéder, dans un second temps, à Pierre-Henri Gourgeon à la tête d'Air France-KLM. L'accord de fusion entre Air France et KLM stipule que le patron du groupe doit venir de la compagnie française.

Reste à voir la réaction des pilotes, favorables à une solution interne. Bruno Matheu, grande pointure du secteur, est considéré comme le meilleur choix interne par beaucoup d'observateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :