Les smartphones autorisés pendant les décollages aux Etats-Unis

 |   |  497  mots
La mesure de la FAA devrait entrer en vigueur d'ici à la fin de l'année
La mesure de la FAA devrait entrer en vigueur d'ici à la fin de l'année (Crédits : DR)
L'aviation civile américaine, la FAA, autorise l'utilisation des appareils élecrtroniques pendant toutes les phases du vol. Bruxelles devrait suivre.

Enfin ! Utiliser sa tablette, son ordinateur portable, son smartphone pour lire des documents téléchargés, ou bien sa console de jeux vidéo pendant le décollage ou l'atterrissage va devenir possible aux Etats-Unis d'ici à la fin de l'année. C'est ce qu'a annoncé jeudi l'Agence américaine de l'aviation civile (FAA), après plus d'un an d'étude par des experts indépendants consultés sur les problèmes potentiels de sécurité présentés par l'usage de ces appareils électroniques portables durant les vols.

"Je suis heureux d'annoncer que les compagnies aériennes peuvent en toute sécurité étendre pour les passagers l'usage des appareils électroniques portables durant toutes les phases du vol", a déclaré le patron de la FAA (Federal Aviation Administration), Michael Huerta lors d'une conférence de presse à l'aéroport Reagan National près de Washington.

Conversations téléphoniques interdites

En revanche, les conversations téléphoniques, dont la réglementation dépend de la Federal Communication Commission, resteront interdites. Les passagers pourront toutefois rester connectés via les réseaux Wifi des compagnies et utiliser leurs périphériques Bluetooth. Cette technologie pour les claviers électroniques sans fil seront en effet autorisés

"Le comité d'experts a déterminé que la plupart des avions commerciaux pouvaient tolérer des interférences radio provenant d'appareils électroniques portables", a-t-il précisé. "Il est ainsi sûr de lire des livres électroniques et aussi de jouer avec des jeux vidéo", a ajouté Michael Huerta. Toutefois dans environ un pour cent des vols, le pilote pourrait demander aux passagers d'éteindre leurs appareils quand la visibilité est faible à cause du mauvais temps, a-t-il expliqué ajoutant que "certains systèmes d'atterrissage pourraient être affectés par des interférences radio".

Le Groupement de l'électronique grand public (Consumer Electronic Association) s'est félicité de la décision de la FAA. "Ce changement dans la réglementation de la FAA met l'usage des appareils électroniques portables dans les avions de ligne à l'heure du XXIe siècle et permet aux passagers de continuer à utiliser leurs tablettes, leurs ordinateurs portables et leurs smartphones pour leur travail et leur moment de détente sans interruption pour le décollage et l'atterrissage", a déclaré son président, Gary Shapiro.

La mesure pourrait s'étendre à l'Europe.

L'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a indiqué qu'elle envisageait d'autoriser elle aussi les appareils électroniques personnels pendant toutes les phases du vol.

 

"Il est clair qu'il est nécessaire de faire évoluer les règles en vigueur et leurs conditions d'application", a indiqué à l'AFP un porte-parole de (AESA). "L'EASA travaille en étroite collaboration avec la FAA sur ce sujet. En particulier, nous allons continuer à analyser les recommandations faites à la FAA par le Comité d'élaboration de la réglementation de l'aviation (ARC) et nous allons prendre en compte le processus de consultation réglementaire en Europe avant d'annoncer une position sur cette question", a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2013 à 13:20 :
"Bruxelles devrait suivre". La force des habitudes...
a écrit le 03/11/2013 à 9:12 :
Quand je pense qu'on nous a littéralement "bassiné" avec ces interdictions qui ne reposent sur aucune raison rationnelle. Il est hallucinant de constater qu'il suffit que quelques sombres technocrates décident unilatéralement de décisions absurdes pour qu'on les applique… A quant désormais un contrôle de sureté avant d'embarquer dans un avion qui ne soit pas aussi absurde! On sait pertinemment que le meilleur moyen d'éviter une action terroriste est de mener un réel "profiling", des actions très en amont, et non de nous saouler avec ces contrôles totalement ineptes et dont les règles diffèrent d'ailleurs en fonction des terminaux à Cdg (chaussures, montre, ceinture à enlever ou non, ordinateur à sortir ou non, etc. etc.); Tout cela est tout bonnement ridicule!!!
a écrit le 03/11/2013 à 0:03 :
L'hypothèse que les ondes du téléphone puissent faire perdre un avion n'est plus d'actualité, ce risque aussi minuscule soit il était envisageable dans les années 90' mais en 2013 les ondes des téléphones sur un Airbus dernier génération sont juste inexistant ! Alors c'est une excellente idée qui doit être reproduite en France.
a écrit le 01/11/2013 à 15:32 :
C'était un vieux principe de précaution pour un risque théorique. Dans la réalité, les fils électriques et les circuits électroniques sont déjà blindés pour éviter d'éventuelles interférence.
Réponse de le 01/11/2013 à 18:35 :
D'autant plus inadmissible pour les passagers que le personnel du cockpit utilise depuis des années tablettes et PC en vol aussi bien au décollage, à l’atterrissage que pendant les navigations

Je vous conseille par ailleurs un voyage en avion privé ou vous constaterez que les instructeurs envoient et recoivent en permanence des SMS

Bref on a pris les passagers pour des imbéciles depuis des années sur les vols commerciaux .

La sécurité des vols oui, la bêtise non !!
a écrit le 31/10/2013 à 21:50 :
Alors tablettes et autre gadgets techno autorisés, mais bouteilles d'eau interdites au contrôles de sécurité ?

Franchement de qui se moque-t-on ? Ras-la-Casquette de se faire édicter des règles imbéciles par les USA et la Grande Bretagne.

Quand est-ce que l'Europe saura s' imposer sans enlever son pantalon a chaque crise de parano des américains ??

Le caractère explosif de l'eau est effectivement bien connu !
Réponse de le 01/11/2013 à 10:48 :
C'est la composition du liquide qui fait débat, tout comme la composition de votre gadget (d'ou leurs passages aux détecteurs en tout genre). Vous aurez noté que vous pouvez très bien emporter de l'eau lorsque vous l'achetez après les contrôle de sécurité car le contenu des bouteilles est la supposé vérifié et non dangereux.
Réponse de le 01/11/2013 à 10:48 :
C'est la composition du liquide qui fait débat, tout comme la composition de votre gadget (d'ou leurs passages aux détecteurs en tout genre). Vous aurez noté que vous pouvez très bien emporter de l'eau lorsque vous l'achetez après les contrôle de sécurité car le contenu des bouteilles est la supposé vérifié et non dangereux.
Réponse de le 01/11/2013 à 10:49 :
C'est la composition du liquide qui fait débat, tout comme la composition de votre gadget (d'ou leurs passages aux détecteurs en tout genre). Vous aurez noté que vous pouvez très bien emporter de l'eau lorsque vous l'achetez après les contrôle de sécurité car le contenu des bouteilles est la supposé vérifié et non dangereux.
Réponse de le 01/11/2013 à 15:38 :
"supposé vérifié". C 'est n'importe quoi !! Toutes les bouteilles d'eau vendu après les contrôles sont vérifiés ?? De qui se moque t on ?
Et vérifiées comment SVP ? goutées ? par analyse chromatographique ?? Où est le certficat de vérification ?
Si un individu ou un groupe d 'individu a décidé de tuer des innocents, rien ne l'arrêtera et les contrôles imbéciles de bouteilles d'eau et de semelles de chaussures n'y changeront rien.
Ras le bol de la sécurité des aéroports gérée par des sociétés privées incompétentes
a écrit le 31/10/2013 à 21:49 :
Alors tablettes et autre gadgets techno autorisés, mais bouteilles d'eau interdites au contrôles de sécurité ?

Franchement de qui se moque-t-on ? Ras-la-Casquette de se faire édicter des règles imbéciles par les USA et la Grande Bretagne.

Quand est-ce que l'Europe saura s' imposer sans enlever son pantalon a chaque crise de parano des américains ??

Le caractère explosif de l'eau est effectivement bien connu !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :