Air France-KLM, ce que propose l'ancien PDG pour contrer Emirates, Etihad, Qatar Airways (Spinetta)

Lors du Paris Air Forum, le président d'honneur d'Air France-KLM Jean-Cyril Spinetta a tiré à boulets rouges sur les compagnies du Golfe. Il demande notamment à celles-ci de démontrer qu'elles ne sont pas subventionnées. Pour Patrick Gandil, directeur de la DGAC, "ce que font les compagnies du Golfe n'est pas forcément critiquable".
Fabrice Gliszczynski

8 mn

(Crédits : reuters.com)

Lors du Paris Air Forum, organisé vendredi 11 juillet par La Tribune, Jean-Cyril Spinetta s'est lâché comme peut être il ne l'avait jamais fait en public. A l'occasion du débat sur  "la libéralisation est-elle le remède du transport aérien ou le poison", dans lequel il débattait avec le directeur de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), Patrick Gandil, l'ancien PDG d'Air France-KLM, aujourd'hui président d'honneur du groupe aérien français, a sorti l'artillerie lourde pour non seulement dénoncer les conséquences sur le transport aérien européen de la concurrence des compagnies du Golfe qu'il juge déloyale mais aussi pour proposer à Bruxelles une méthode visant à mettre en place des "règles de concurrence équitables".

"Les compagnies du Golfe ont déjà gagné la partie"

Entre l'Europe et les pays du Golfe, "les conditions de cette concurrence n'ont pas encore été définies (....). Il y a eu une véritable hémorragie au détriment des compagnies européennes dans des conditions d'opacité que je déplore"", a-t-il déclaré.

Pour lui, dans la mesure où la libéralisation des marchés devrait se développer à l'avenir et entrainer le déploiement des transporteurs sur tous les continents, la question fondamentale est de savoir si les compagnies européennes auront "la force financière pour devenir des acteurs économiques présents sur tous les marchés mondiaux".

"C'est un enjeu majeur et aujourd'hui je répondrai de manière dubitative à cette question (...). car les compagnies du Golfe ont déjà gagné la partie. 23 ou 24 des pays de l'Union européenne ont déjà signé des accords de ciel ouvert (permettant des services illimités entre ces pays et leur pays d'origine, ndlr) et un certain nombre d'entre eux ont concédé des droits de 5ème liberté (possibilité pour les compagnies non-européennes d'effectuer des vols entre l'Europe et des pays tiers autres que le pays d'origine de ces transporteurs, ndlr)". Aujourd'hui, seules la France et l'Allemagne continuent de résister.

Donner un mandat à Bruxelles pour négocier avec les pays du Golfe 

Pour Jean-Cyril Spinetta, il existe encore un moyen de retourner la situation.

"En liaison avec leur gouvernement, les compagnies européennes doivent définir un mandat à la Commission européenne pour négocier au nom de l'ensemble des pays de l'Union un accord de ciel ouvert avec les Etats du Golfe".

Ce mandat doit, selon lui, porter sur trois points qui permettraient d'obtenir des conditions de concurrence équitables. : "la gouvernance, la réciprocité, et la transparence financière".

Concernant la gouvernance, Jean-Cyril Spinetta la qualifie d'"inacceptable  dans ces pays où  la même personne préside à la fois la compagnie, l'aéroport, le régulateur, le duty free, la banque et j'en passe et des meilleures".

A propos de la réciprocité, il demande que tout ce que peuvent faire ces compagnies en Europe puisse être autorisé aux compagnies européennes dans les pays du Golfe. "Si elles peuvent investir dans les compagnies européennes, ces dernières doivent pouvoir le faire dans les compagnies du Golfe".

Alexandre de Juniac demande à l'Europe de faire respecter les règles

Une attaque qui vise la compagnie d'Abu Dhabi Etihad Airways laquelle multiplie les prises de participation capitalistique minoritaires dans des compagnies aux quatre coins du globe, notamment en Europe (Air Berlin, Alitalia demain). Sur ce point, Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM, qui intervenait également au Paris Air Forum sur le thème "les grandes compagnies européennes peuvent-elles rester des leaders mondiaux ?", a demandé à l'Europe de faire appliquer les règles d'investissement dans les compagnies européennes pour les opérateurs originaires de pays tiers. Autrement dit que ces derniers n'aient pas le contrôle effectif des compagnies européennes comme la réglementation européenne l'exige puisqu'ils ne peuvent disposer de plus de 49% du capital.

Transparence financière

Enfin sur la transparence financière, "le plus important" selon Jean-Cyril Spinetta, les "compagnies dont les dirigeants jurent la main sur le cœur qu'ils ne reçoivent pas de subventions doivent le démontrer. S'ils sont sérieux, ils peuvent le faire aisément".

En pratique, même s'il ne l'a pas dit en ces termes, Jean-Cyril Spinetta demande aux compagnies du Golfe d'ouvrir leurs comptes, comme il l'avait déjà dit il y a une dizaine d'années.

 Au final, a continué le président d'honneur d'Air France-KLM, si la Commission obtient ce mandat et l'exerce, "les discussions entre chaque pays et ces compagnies doivent s'interrompre. Si la négociation réussit, un ciel ouvert doit être instauré. Si elle échoue, les accords bilatéraux doivent être dénoncés et les fréquences des compagnies du Golfe gelées".

 "Ce que font les compagnies du Golfe n'est pas forcément critiquable"

Pour Patrick Gandil, "la question doit être vue de manière nuancée". « Il y a une vraie question sur l'univers des pays du Golfe, mais ils ne sont pas les seuls (...) Il y a une question d'ordre économique -de concurrence équitable- et une question d'ordre diplomatique (...).  C'est selon ces questions qu'il faut regarder le sujet et non avec un esprit qui raisonne en termes de bien et de mal. Je ne suis pas sûr que ce que font les compagnies du Golfe soit forcément critiquable. Il y a un choix de leur pays pour un certain développement. La question est : que faisons-nous par rapport à cela", a-t-il déclaré.

La dimension diplomatique est très importante à ses yeux.

"Si on laisse le système évoluer comme il évolue, la connectivité directe n'existera plus entre les villes européennes et le monde asiatique. Elle se fera par le Golfe". Pour lui, une absence de vols directs entre les villes européennes et asiatiques aura « des conséquences non seulement économiques mais aussi diplomatiques.

Il a cité l'exemple de l'Inde où les vols directs entre la France se limitent à seulement deux lignes.

 Dubai plus connecté au monde que Paris, Londres et Francfort réunies

Intervenant également au Paris Air Forum sur le thème "la sous-capacité aéroportuaire est-elle un mal européen ?", Olivier Jankovec, secrétaire général de l'ACI Europe, (l'association des aéroports européens) a fait part de son inquiétude à l'égard du manque d'investissement pour augmenter la capacité en Europe en rappelant qu'"en 2004, le niveau de connectivité intercontinentale des trois premiers hubs européens (Londres, Paris, Francfort) était trois fois supérieur à celui des trois plus gros hubs du Golfe (Dubai, Abu Dhabi, Doha) mais que dix ans plus tard, le niveau de connectivité intercontinentale de ces derniers était le double de celui des aéroports européens". "Le niveau de connectivité de Dubai est même équivalent à celui de Paris, Londres, Francfort réunies", a-t-il précisé.

 L'arme des droits de trafic

Face à cela, Patrick Gandil a rappelé que la France disposait d'un outil : les droits de trafic, "qui ont été créés pour respecter des équilibres de marché sur certaines liaisons directes, non pas pour fermer ce marché mais pour l'ouvrir de manière équilibrée afin de ne pas laisser notre marché disparaître en supprimant la connectivité directe au profit des marchés tiers".

"Nous avons la possibilité de dire non, de réguler le marché, d'accepter la relation de point-à -point qui correspond à la relation entre pays, et être plus malthusien sur les droits de 5ème liberté", a-t-il dit.

Intervenant également au Paris Air Forum, l'ancien directeur de la DGAC, Claude Abraham, qui s'était distingué l'an dernier en dirigeant l'équipe qui avait rendu au premier ministre un rapport intitulé "Les compagnies européennes sont-elles mortelles?" a appelé les autorités françaises à être "vigilantes dans l'attribution des droits de trafic".

Concernant les propositions de Jean-Cyril Spinetta de donner mandat à la Commission, Patrick Gandil s'est déclaré favorable sur le principe mais a rappelé les difficultés de l'exécution d'une telle démarche. "Il faut à la fois être certain que les négociateurs sont convaincus et vont le faire, sinon c'est extrêmement dangereux et il faut être capable de fixer en commun au niveau européen un mandat impératif à Bruxelles. Ce ne sont pas des petits codicilles", a-t-il dit.

 "Les compagnies françaises nous font un mauvais procès" dit Emirates 

Ce débat n'a pas laissé indifférent Thierry de Bailleul, le directeur général France d'Emirates. Ce dernier a déploré une "diabolisation qui ne sert à rien car elle renvoie à certaines faiblesses de notre pays (...), à une certaine faiblesse des compagnies françaises qui nous font un mauvais procès". Il a pris l'exemple de l'ouverture de la ligne Dubai-Lyon pour justifier l'apport économique d'Emirates pour Lyon et sa région. Il a également mis en avant le poids des Emirats arabes unis dans la balance commerciale française. Concernant les accusations de subventions, il a rappelé qu' Emirates publiait des comptes certifiés par un organisme international, "qui démontrent que nous ne recevons pas de subventions. Au contraire nous payons des impôts sur nos bénéfices".

Spinetta agacé

L'intervention de Thierry de Bailleul a visiblement agacé Jean-Cyril Spinetta. Ce dernier l'a sommé de dire sur le champ s'il était "pour une concurrence équitable ou pas et que si ce que disent les dirigeants des compagnies du Golfe est vrai (qu'elles ne reçoivent pas d'aides d'état, ndlr), il était de leur intérêt de retenir sa proposition et d'ouvrir immédiatement des négociations".

Comme il l'a répondu, Thierry de Bailleul ne pouvait évidemment prendre un tel engagement qui n'est pas de son ressort.

 

>> Voir ou revoir le coup de gueule de Jean-Cyril Spinetta au Paris Air Forum (à partir de 53'00'') 

 

 

Fabrice Gliszczynski

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 48
à écrit le 07/05/2015 à 1:56
Signaler
La vente des rafales nous a enchanté mais ils vont nous bouffer tout cru, le temps de nous rendre compte, il sera trop tard. Déjà qu'ils achètent tout...

à écrit le 29/01/2015 à 9:31
Signaler
M Spinetta a laissé air France en mauvais état. et il trouve le moyen de donner des leçons. Comme l'ancien PDG de Renault, celui d evivendi....c'est notre oligarchie a nous. Mais pour revenir a Air France, la solution proposée par M Spinetta est de ...

à écrit le 23/07/2014 à 2:25
Signaler
Bidon! Air France est juste à des années lumières en qualité de service notamment pour les familles. Exemple: le choix des sièges. Dans toutes les compagnies aériennes vous pouvez choisir vos sièges dans l'avion pour être ensemble, même si le billet ...

à écrit le 19/07/2014 à 7:21
Signaler
pour moi c'est un faux problème ou un faux débat air france n'a pas craindre a les compagnie du golfe au contraire je pense certaines compagnie golfe auront du soucis a se aire dans l'avenir tout simplement certains entre eux vont disparaitre ...air ...

le 07/05/2015 à 2:00
Signaler
Pour vos fautes, on vous excuse.

à écrit le 18/07/2014 à 16:50
Signaler
Chacun est dans son rôle, celui de l'influence. Le fond est que nous voulons vendre des avions à ces compagnies et qu'en le faisant massivement, nous les finançons également de façon terriblement avantageuse. Elles sont obligées d'acheter encore plus...

à écrit le 18/07/2014 à 14:10
Signaler
Comme d'habitude , les champions du french bashing s'en donnent à coeur joie sur ce sujet comme dans d'autres dès qu'il s'agit de critiquer les entreprise françaises ,contribuant ainsi au jeu gagnant des entreprises étrangères et à la mortification é...

à écrit le 18/07/2014 à 14:01
Signaler
C'est exact. C'est typiquement français de critiquer les étrangers quand ils font mieux que nous au lieu de nous remettre en question. Les arguments principaux sont bien sûr le libéralisme, ce diabolique, le social et j'en passe. On va même critiquer...

à écrit le 18/07/2014 à 10:55
Signaler
les compagnies du golfe sont peut -etre subventionnées, mais le niveau des couts de l'activité et de l'emploi en France est devenu prohibitif à cause des charges et des impots. S'y ajoute la complexité administrative qui necessite un bureaucratie cou...

le 18/07/2014 à 13:08
Signaler
Mais Air France est aussi subventionnée par les impots...

à écrit le 18/07/2014 à 5:56
Signaler
Jean-Cyril Spinetta est typique de la mauvaise foi : quand une entreprise française ne marche pas et a plein de défauts, c'est forcément la faute des autres, les méchants étrangers ? Se remettre en cause n'est pas dans la mentalité de certains pdg et...

le 18/07/2014 à 7:53
Signaler
Il ne vous a pas effleure l'esprit que ces compagnies du Golfe peuvent être supportées par la manne pétrolière… Quand les compagnies europeennes auront depose le bilan, asphyxiees, et que vos enfants devront aller travailler dans le Golfe avec des sa...

le 18/07/2014 à 11:04
Signaler
Air France a aussi reçu des millions d'euros de l'état. Et meme avec des milliard d'aides, cette société aurait fait faillite, car le problème n'est pas une question d'argent comme vous le prétendez, mais autre. Et au lieu de vous remettre en cause,...

à écrit le 18/07/2014 à 5:54
Signaler
C'est le jeu subtil entre ceux qui ont du gaz et du pétrole qui peuvent "gaver" leurs compagnies aériennes mais également nous acheter les avions et les armements que nous fabriquons et notre diplomatie économique fragile car dépendante de ces pays !

à écrit le 18/07/2014 à 3:53
Signaler
Les compagnies européennes ont un service a bord juste excrable. Même si mon CDG-DXB me coûterait 3x plus chère avec Emiratez qu'avec AF je le paierais sans soucis.

à écrit le 17/07/2014 à 23:50
Signaler
Il est vrai qu'avec des frais de € 15 pour un achat de billet avec une carte AMEX Flying Blues sur KLM et € 7.50 sur AF.com, les sièges devenus payants etc.... je suis sûr que AFKLM va dans le bon chemin, sans parler des allers simples vendus beaucou...

le 19/07/2014 à 3:24
Signaler
Alors bon vent,,,,,

à écrit le 17/07/2014 à 23:18
Signaler
Thierry de bailleul était il y a un an directeur est d'air France. Il a lancé le produit air rail au départ de Strasbourg. Il est parti à la concurrence avec une connaissance très bonne des lignes rentables et non de sa concurrente. Il defendait il y...

à écrit le 17/07/2014 à 19:50
Signaler
c'est une specialité française dans les transport ,les entreprises etrangeres font du benefice tandis qu'il font des pertes. la SNCM marseille corse en perte constament ..!!une entreprise italienne pour le meme trajet fait du benefice. l'une est...

à écrit le 17/07/2014 à 18:28
Signaler
II est mignon Spinetta, parlons un peu des milliards de Francs (provenants des contribuables) perçu par Air France pendant des années afin de la sauver, plusieurs fois, du gouffre... Sans parler que beaucoup de ces "subventions" comme il dit sont inv...

le 27/07/2014 à 19:46
Signaler
faux archi faux

à écrit le 17/07/2014 à 18:10
Signaler
Ils sont morts chez air france parce que la france ne peut rien imposer a ces etats voyous.

le 17/07/2014 à 22:29
Signaler
États voyous? Allez Georges W...c'est toi qui te cache sous ce pseudo lolo?? :)

à écrit le 17/07/2014 à 17:10
Signaler
Il doit être facile d'établir des comparaisons avec les autres compagnies aériennes. Qui peut s'en charger?

à écrit le 17/07/2014 à 17:04
Signaler
La différence entre compagnies provient essentiellement des salaires et des charges sociales. Essayons d'envisager de financer les retraites par une taxe sur l'énergie; ce problème sera en partie résolu.

le 17/07/2014 à 22:04
Signaler
@gépé : une taxe sur l'énergie...vendue à Dubaï ??

à écrit le 17/07/2014 à 16:10
Signaler
Si AF proposait des départs de Toulouse et pas seulement de CDG, ça donnerait du poids. Concernant le gagnant-gagnant dans les échanges de marchés, les lignes entre UAE et KSA sont toujours saturées, alors qu'elle opèrent en A 380 grosse capacité. ...

à écrit le 17/07/2014 à 15:31
Signaler
Spinetta n' pas tout à fait tort mais il est mal placé pour donner des leçons car lors de l'alliance" KLM/AF il n'a pas fait les restructurations qu'il fallait. Sa gestion de l'alliance a été catastrophique il a bien vu venir la concurrence mais il ...

à écrit le 17/07/2014 à 14:23
Signaler
pffff ils continuent encore à faire du bruit ceux-là... mais fermons cette compagnie aérienne une bonne fois pour toute, ils n'arrêtent pas de se plaindre, qu'ils soient employés ou patrons, rien ne va jamais pour eux. On entend jamais les patrons de...

le 17/07/2014 à 18:02
Signaler
Il est pas tout seul , lufthansa dit la même chose.

à écrit le 17/07/2014 à 12:47
Signaler
Juste par respect des dogmes liberaux et pour le plaisir d'une poignee qui regettent le temps ou l'on pouvait a sa guise pincer les fesses des hotesses,on doit accepter le depecage d'AF? Ce qui est certain c'est qu'il ne faut pas attendre la meme bet...

à écrit le 17/07/2014 à 12:13
Signaler
Savoureux qd on sait que De Bailleul est un ex cadre sup AF , et que c'est T.Antinori lui aussi ex AF qui l'a fait venir chez Emirates . JCSpi :prends ta rtraite et va profiter de ton village bien aimé .

à écrit le 17/07/2014 à 11:15
Signaler
Air France ferait mieux de faire progresser la qualité de son service plutôt que de jalouser les autres. Apres c'est plus facile de baver sur la concurrence que de tenir tete aux syndicats défendant leurs avantages datant d'un quasi monopole.

le 17/07/2014 à 11:54
Signaler
Commentaire inepte. C'est vous qui "bavez" sur Air France dans votre pseudo argumentaire. Et si Af était en monopole, elle ne se battrait pas contre asy, Ryanair, Aigle Azur, Xl airways, Corsair etc... je continue ? Ces compagnies opèrent toutes s...

le 17/07/2014 à 11:59
Signaler
Tout à fait d'accord. J'ai eu l'occasion de subir le mécontentement des PNC sur un vol CDG-LIS. Ils ne doivent pas confondre pressions internes et qualité de service qui fait partie intégrante de leur aspect commercial. Sinon, les standards de serv...

le 17/07/2014 à 13:03
Signaler
D'accord avec Antoine: service de m... sur AF

le 17/07/2014 à 15:10
Signaler
Je prends régulièrement l'avion et le service d'air France est à des km au dessus d'emirates. Affirmer le contraire serait malhonnête! Après pour les grèves par contre...

le 17/07/2014 à 23:55
Signaler
Je voyage trop peu sur AF car les prix proposés depuis Paris sont toujours beaucoup plus chers que la concurrence mais Emirates c'est très bien...J'ai fait un AS Paris Kuala Lumpur et un retour depuis Tokyo et c'était très bien. En plus ils proposent...

le 18/07/2014 à 3:58
Signaler
Faites un Dubai-Paris avec AF puis avec EK par exemple puis nous parlerons. AF est une compagnie pittoresque dont l'équipage est former d'une manière étrange : absence de sourire, hôtesse désagréable , ne parlons pas de la qualité gastronomique et ...

le 18/07/2014 à 8:03
Signaler
Le sens du service n'est pas Francais, ça se saurait… Et pas que dans les avions, regardez autour de vous… Je voyage beaucoup et sur d'autres compagnies qu'AF et franchement l'écart est grand… Alors sur les longs courriers; quand l'écart de cout n'es...

à écrit le 17/07/2014 à 11:03
Signaler
Quand on voit les liens affichés entre les pays du golf et Mr Sarkozy (loi exonérant les plus-values immobilières pour les Qataris, affaire Platini-coupe du monde) ou Mr Hollande (l'un des tout premier reçu à l’Élysée a été l'Emir du Qatar, non-supp...

à écrit le 17/07/2014 à 10:57
Signaler
d un cote l ultraliberalisme ,de l autre le socialisme etatique a la francaise sauce flamby,devinez qui vas gagner ...?

à écrit le 17/07/2014 à 10:43
Signaler
Air France n'est pas un exemple du libéralisme et du refus de subventions ou d'autres aides de l'Etat.

à écrit le 17/07/2014 à 10:29
Signaler
a quel prix les compagnies du golf paient le fuel ?

le 17/07/2014 à 10:58
Signaler
elles ne le payent pas...évidement. Sinon, elles ne seraient pas aussi rentable.

le 17/07/2014 à 11:48
Signaler
Elles le payent : - quand elles sont en escale elles font bien le plein donc elles le payent - a Dubai il n'y plus de pétrole depuis 15 ans - dans le Golfe il n'y a pas de raffinerie, les pays exportent du brut et importent des produits raffinés ...

le 17/07/2014 à 12:06
Signaler
Encore une fausse idée reçue. Et les américains ne paient pas le chewing-gum? Et les asiatiques leurs nouilles sautées à bord? Difficile d'effectuer un vol retour vers le moyen orient pour un B777 ou un A380 sans refueller. Oui donc, ces compagnie...

à écrit le 17/07/2014 à 10:26
Signaler
Dans des pays où il y a confusion entre l'argent de la nation et l'argent du monarque, tout est possible :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.