Aérien, ferroviaire, une sûreté à deux vitesses

 |   |  798  mots
Faut-il alors appliquer les mesures de sûreté en vigueur dans l'aviation au transport ferroviaire ? Certains députés le demandent.
Faut-il alors appliquer les mesures de sûreté en vigueur dans l'aviation au transport ferroviaire ? Certains députés le demandent. (Crédits : Reuters)
Pour le gouvernement et la SNCF, transposer au secteur ferroviaire, les règles de sûreté en vigueur dans le transport aérien est impossible. Des fouilles de bagages inopinées et des appels à la vigilance vont se multiplier.

L'attaque déjouée d'un homme armé à bord d'un Thalys a mis en lumière ce que tous les professionnels du transport aérien pointaient du doigt depuis des années : l'énorme vulnérabilité du train aux attaques terroristes en raison notamment de l'absence de postes d'inspection filtrage (PIF) avec détecteurs de métaux et de traces d'explosifs qui permettent d'éviter qu'on puisse entrer armé jusqu'aux dents dans un avion comme dans un moulin, comme ce fut le cas vendredi dernier entre Amsterdam et Paris. Une vulnérabilité qui pose question à l'heure où la France est une cible prioritaire des terroristes.

Faut-il alors appliquer les mesures de sûreté en vigueur dans l'aviation au transport ferroviaire ? Certains députés le demandent.

Irréaliste

Au regard des énormes flux de voyageurs, du nombre de gares et de leur conception mais aussi de l'étendue du réseau ferré, l'affaire est compliquée. Pour le président du directoire de la SNCF Guillaume Pepy, c'est même "irréaliste".

Il faudrait en effet non seulement un grand nombre de postes d'inspection filtrage sur les quais pour contrôler les passagers et leurs bagages, le personnel, le catering..., bref une organisation colossale, contraignante et coûteuse.

« Il y a 2 milliards d'utilisateurs du train chaque année, contre 140 millions de passagers aériens. Les solutions ne peuvent évidemment pas être transposées » ou « cela prendrait des années », a déclaré de son côté Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat aux transports. "Cela peut se faire d'une manière précise, ponctuelle, éventuellement sur certains trains, ce que font par exemple les Espagnols, mais il n'y a aucun pays en Europe qui (ait) le même système transposé de l'aérien vers le ferroviaire", a-t-il ajouté.

Certes, mais comment expliquer au grand public le maintien d'un tel écart entre les niveaux de sûreté des deux modes de transport? La menace est-elle moindre dans les trains? Évidemment non.

Fouilles

Alain Vidalies préconise « des fouilles aléatoires »  au risque « d'être discriminatoires » et appelle à la vigilance des passagers avec des annonces en gare et un numéro national de signalement des situations anormales à partir du 1er septembre.

Ces fouilles vont donc se multiplier. Cela "veut dire qu'il y a des personnels spécialisés qui peuvent venir, dire « Monsieur, vous ouvrez votre sac », et, s'il y a un doute, « vous ne pouvez pas monter dans le train ». Ce sont ces mesures-là qui sont aujourd'hui les plus efficaces", a indiqué Guillaume Pepy sur BFM TV, en précisant que cette mesure "existe déjà, nous allons la renforcer avec la SNCF".

Pas besoin néanmoins d'être un grand expert pour dire que ces mesures sont insuffisantes. Et que la vulnérabilité du transport ferroviaire restera forte.

Pour la SNCF, l'enjeu de la sûreté est énorme. C'est tout son modèle économique qui est menacé. Dans l'Express, Bertrand Monnet, professeur titulaire de la Chaire Management des risques criminels à l'Edhec, "la SNCF doit revoir intégralement son dispositif de sécurité et son offre. Ce n'est pas une question sécuritaire mais une question stratégique, car c'est un défi économique".

- - -

[Encadré]

Quand la SNCF se moquait des files d'attente dans les aéroports

L'histoire remonte à mars 2004. Quand, dans une campagne de publicité radiophonique, la SNCF mettait en avant les atouts du TGV en dénigrant le transport aérien avec le slogan «Tout autre choix que le train ne serait pas très professionnel ». Parmi les griefs, les temps d'attente dans les aéroports que n'avaient pas à supporter les clients de la SNCF. L'argument commercial avait fait bondir les professionnels du transport aérien. Notamment le directeur commercial de l'époque de l'aéroport de Marseille, Philippe Wilmart:

«Aujourd'hui, avec les bornes libres-services, les seuls temps d'attente au sol résultent des contrôles de sûreté. C'est doublement difficile à digérer car, d'une part, la SNCF n'a pas les mêmes contraintes que nous, sauf pour l'Eurostar, et, d'autre part, ces mesures de sûreté se traduisent par des taxes pour le passager qui sont rajoutées au prix du billet, soit près de 20 euros pour un aller-retour. Alors que les coûts de sûreté sont supportés par le client dans l'aérien, il n'y a pas les mêmes mesures pour le train, et lorsqu'il en y a, elles sont financées par l'Etat et les contribuables", déclarait-il dans le Quotidien du Tourisme, le 18 mars 2003.

Air France avait vu rouge également. Son ancien PDG, Jean-Cyril Spinetta, avait téléphoné à son homologue à la SNCF Louis Gallois pour manifester son mécontentement. La compagnie aérienne avait déposé plainte. La justice lui avait donné raison en 2007.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2015 à 6:48 :
... c'est possible! la preuve : depuis quelques temps, il n'y a plus de contrôle d'identité à l'embarquement pour les vols intérieurs à la France! et idem quand vous faites un Paris-Münich ou un Münich-Paris par exemple!
Réponse de le 26/08/2015 à 8:52 :
...certes, mais ils passent quand même tous au rayon X....
a écrit le 25/08/2015 à 22:23 :
Cela fait 160 ans que le train fonctionne comme cela partout et d'un coup à cause d'une histoire qui a failli mal tourner, il faudrait céder au tout sécuritaire. Il suffit juste que la police ferroviaire soit plus vigilante.
a écrit le 25/08/2015 à 13:58 :
Dans notre pays ont est très fort pour commenter les évènements après et l'on voir les résultats catastrophiques mais pour une fois les choses ont pris une autre tournure .La sécurité ont peut la faire à plusieurs niveaux , il n'y a rien d'impossible , il faut simplement mettre les gens compétents d'ailleurs cela est valable pour tout. En l'absence donc de résultats dans tout les domaines , en tirer les conséquences et notre pays changera .
a écrit le 25/08/2015 à 13:18 :
"La menace est-elle moindre dans les trains? Évidemment non"

Evidemment Oui.
Bon courage pour détourner un train ou fabriquer une bombe capable de tuer tous ses passagers.
Réponse de le 25/08/2015 à 17:21 :
Sauf que bon courage pour passer une bombe dans les aéroports d'Amsterdam ou de Paris contrairement à n'importe quel train
a écrit le 25/08/2015 à 11:19 :
La police et les renseignements ne savaient même pas que le terroriste fiché S avait vécu en France.
Ne cherchez pas plus loin où est le problème....
Il y aurait 1800 fichés S...vous les prenez et vous les obligez à pointer chaque jour au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche. Vous changez les heures de pointage sans les prévenir à l'avance et des qu'il y en a un qui manque le pointage, vous savez que quelque chose se prepare.... Seul problème, les syndicats vont hurler à la charge de travail énorme...1800 sur toute la France.
a écrit le 25/08/2015 à 9:56 :
2 milliards d'utilisateurs du train chaque année contre 140 millions de passagers aériens : tout est dit ! Et l'idée d'appliquer dans les gares les mêmes mesures que dans les aréoports est bien évidemment totalement stupide et irréaliste ! (et, en supossant que ce soit le cas, on aimerait savoir le pourcentage d'usagers qui seraient d'accord pour arriver 1h avant le départ du train simplement pour voyager avec davantage de sécurité) Mais il faut bien que les journalistes trouvent des sujets et des gros titres qui fassent vendre, alors en voiture pour les débats stériles !
Réponse de le 25/08/2015 à 17:49 :
ben, en cas d'attaques en série, faudra bien faire quelque chose et on ne pourra pas dire "c'est trop compliqué, on ne fait rien". Moi je préfère arriver une heure avant avec ma famille et de me dire qu'il y a quasiment aucune chance pour qu'un homme armé soit dans le train que l'inverse.... Mais bon, chacun son truc.
a écrit le 25/08/2015 à 9:22 :
La chine à un nombre plus important de voyageurs par train qu'en France. A l'entrée des gares les bagages sont systématiquement scannés. Idem dans le métro. e serait-ce déjà pas une première mesure de sécurité "réalisable" ?
Réponse de le 25/08/2015 à 14:02 :
C'est tres facile de placer une bombe dans un train bien avant que celui-ci circule
a écrit le 25/08/2015 à 8:58 :
Comme quoi c'est pas la peine de payer des sociétés de gardiennage, des scanners, des militaires vigipirates, .... Depuis 1995; zéro attentats réussit dans un train. On n'a jamais vu les résultats des sociétés de gardiennage, des scanners, des militaires vigipirates. Par contre, les renseignement eux font leur travail.
Réponse de le 25/08/2015 à 9:41 :
Exactement, c'est grâce au renseignement qu'on peut faire avancer les choses. A conditions d'avoir une réponse appropriée une fois que les individus dangereux sont détectés. Leur coller une "fiche S" ne suffit plus. Il faut expulser les ressortissants étrangers dangereux avec interdiction d'entrer dans l'Espace Schengen + arrêter les nationaux les plus dangereux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :