Air France-KLM : les représentants de l'Etat contre l'arrivée des B787

 |   |  257  mots
La direction avait toujours indiqué qu'elle ne prendrait de nouveaux appareils que pour soutenir une certaine croissance de l'offre d'Air France, laquelle était conditionnée à des accords avec le personnel sur des mesures d'économies.
La direction avait toujours indiqué qu'elle ne prendrait de nouveaux appareils que pour soutenir une certaine croissance de l'offre d'Air France, laquelle était conditionnée à des accords avec le personnel sur des mesures d'économies. (Crédits : Reuters)
Les trois représentants de l'Etat au conseil d'administration se sont opposés à une décision qui donnait, selon eux, un signal positif aux pilotes, alors que ceux-ci avaient refusé les propositions de la direction sur des mesures d'économie. Initialement, la livraison des B787 était conditionnée à un schéma de croissance qui dépendait d'un accord avec les syndicats.

La décision d'Air France-KLM de prendre livraison de deux Boeing B787 est loin d'être passée comme une lettre à la poste au conseil d'administration du groupe qui s'est réuni ce mardi.

Pas d'accord, pas de B787

Selon des sources concordantes, les trois représentants de l'Etat, mais aussi l'une des administratrices indépendantes, Isabelle Bouillot, se sont opposés à cette mesure qui pouvait donner, selon eux, un message positif aux pilotes, alors que ces derniers ont refusé de signer un accord sur des mesures d'économies.

Pour rappel, la direction avait toujours indiqué qu'elle ne prendrait de nouveaux appareils que pour soutenir une certaine croissance de l'offre d'Air France, laquelle était conditionnée à des accords sur des mesures d'économies avec le personnel. Pas d'accord, pas d'avions, a-t-elle estimé.

Des reports coûteux

Même s'ils ont compris l'argument sur les coûts qu'aurait entraîné un report de ces livraisons d'avions en cours d'assemblage (et les gains opérationnels d'un tel avion une fois en exploitation), mais aussi celui rappelant que ces deux appareils ne garantissaient pas obligatoirement une croissance des capacités car ils pouvaient remplacer des appareils existants, ils ont néanmoins maintenu leur position en votant contre.

Le premier exemplaire arrivera dans la flotte de la compagnie française à l'automne pour une mise en service début 2017. Le second sera quant à lui livré en avril 2017 et sera mis en service l'été 2017. le conseil ne s'est pas prononcé sur trois autres exemplaires prévus en 2017 et un quatrième en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2016 à 9:46 :
la direction est infantile
c'est elle qui prive la compagnie des outils de croissance
et non l'inverse
cette direction a t'elle reduits ses remuneration
comme pour la gestion du pays chantage, menace et carotte
c'est ce que les enarques appelle la gestion
comment avoir de la croissance je croyais qu'ils avait pris
modele sur les allemands
mais les vieux demons de la magouille et du copinage
sont encore présents
voila une vrai reforme a realise
Réponse de le 09/05/2016 à 12:26 :
Vous présumez, sans réellement savoir, que ces administrateurs veulent priver le groupe de croissance.
Mais dans les faits, c'est le SNPL qui joue contre son camp !
-Quelle est la SEULE catégorie de personnel qui n'a pas respecté ses engagements ?
- Qui exige un plafonnement du nombre d'appareils chez Transavia ?
- Qui interdit à HOP d'utiliser des appareils plus gros ?
- Qui a déclenché une grève de 2 semaines en 2014 et mis le groupe en perte, pour refuser la création de nouvelles bases Transavia en Europe ?
- Qui exige que, chez Transavia, le personnel Transavia passe APRÈS les pilotes Air France ?
- Qui bloque, chez Transavia, un accord signé par le SNPL Transavia et le personnel Transavia à 80% ?
L'infantilité et les caprices ne viennent pas de là où vous voulez le faire croire.
NB: lorsque dans ce commentaire, lorsque je parle du SNPL, je parle bien sûr du SNPL Air France, qui joue contre son groupe, contre les autres catégories de personnel, mais aussi contre les syndicats pilotes de KLM, contre les pilotes de Hop, contre les pilotes de Transavia : ... bref : tout pour ma gueule !
a écrit le 06/05/2016 à 23:34 :
Pourquoi ne pas livrer ces avions à KLM en attendant que les pilotes AF acceptent enfin de faire des efforts?
a écrit le 06/05/2016 à 14:55 :
Il est pathétique et puéril de voir que des avions neufs soient considérés, par la Direction d'AF comme par certains administrateurs de l'entreprise, comme des jouets dont on priverait des gamins turbulents.
Des avions neufs - et plus généralement l'adaptation d'une flotte - n'est rien d'autre qu'un moyen de production. S'en priver revient à renoncer à moderniser son outil de production, ça ne va pas plus loin.
Réponse de le 09/05/2016 à 12:33 :
Les administrateurs ne parlent pas de se priver de ces appareils : ces appareils pourraient être attribués à la filiale KLM : vous savez, la filiale où les pilotes tiennent leurs engagements, la filiale dont les pilotes n'exigent pas le plafonnement du nombre d'appareil des autres filiales notamment Transavia, la filiale qui n'empêche pas la filiale low-cost d'ouvrir de nouvelles bases en Europe... !! Bref: la filiale où les pilotes ne se prennent pas pour les PDG du groupe !!
a écrit le 05/05/2016 à 17:57 :
si j'ai bien suivi : il arrive un nouveau patron , à Air France-KLM , alors :
message pour le nouveau patron : virez quelques pilotes , vous allez regagner des passagers . signé : un ancien usager qui boycott Air France ,en ayant eu marre , et des grèves , et de se faire plumer à cause des nantis .
a écrit le 05/05/2016 à 12:59 :
L'arrivée de ces nouveaux appareils apporte aux pilotes des séries de promotion (et hausses de salaire à la clé).
Il est donc clair que ces avantages à ces pilotes sont une part des contreparties en échange des efforts demandées aux pilotes: le SNPL a refusé les efforts... et recoit quand meme les contreparties !
Je comprend tout à fait la position de ces administrateurs... si seuls les pilotes de KLM font des efforts, il n'y a qu'à affecter ces nouveaux appareils à la filiale hollandaise !
C'est comme pour la base munichoise de Transavia : le SNPL n'en a pas voulu ...ce sont les hollandais qui l'ont eu ! Et les prochaines bases transavia hors de France : le SNPL n'en voudra toujours pas ? Après tout, ça ne fait que rééquilibrer la place des hollandais vs les Français !
KLM faisant parti du meme groupe, il sera toujours temps d'affecter de nouveaux appareils à la compagnie francaise quand le SNPL comprendra qu'il doit cesser de jouer contre son camp !
Accessoirement, quand les pilotes Transavia votent à 80% un accord avec la direction, il faut que le SNPL AirFrance cesse de s'en mêler pour tout bloquer afin de tirer des places et avantages pour leurs petits copains au détriment du personnel Transavia !!!
a écrit le 05/05/2016 à 9:48 :
Je ne comprends pas le refus des pilotes de voir baisser leurs salaires. Il faut bien trouver de l'argent pour augmenter le PDG de 65%.....
Réponse de le 05/05/2016 à 13:13 :
Le salaire du PDG AF-KLM est 1/10e de celui d'Airbus ! Il n'a pas évolué depuis 6 ans ! Pour ce type de poste, il est tellement bas que les administrateurs ont du mal à motiver les candidats ! Cette "hausse" est un One-shot : le paiement de 6 ans de prime variable. Cessez de faire pleurer dans les chaumières : le fixe étant de 600,000€, 65%, ça représente 390,000€ soit 65,000€ par année de présence ! Pour ce niveau de responsabilité...
Maintenant, si pour vous, comparer c'est raisonner, un conducteur de bus est payé en moyenne 1,200 bruts pour la responsabilité de la sécurité de 50 de vos enfants : un CDB d'Air-bus sur A320, c'est plus de 15,000 € ...
a écrit le 04/05/2016 à 23:12 :
A ceux qui n'ont manifestement pas compris le côté "prime" aux pilotes : l'arrivée de ces avions apportera combien de promotion aux pilotes ? (le pilote du gros avion passe sur un très gros, celui du moyen sur un gros, celui du petit sur un moyen, etc sans parler du passage de copilote à pilote, de Transavia à hop, de hop à AF, etc etc )
Et comment accorder des contreparties en échange d'efforts... si les contreparties sont accordées malgré le refus de faire les efforts demandés ???
Réponse de le 05/05/2016 à 3:12 :
Excellent résumé ......
a écrit le 04/05/2016 à 17:31 :
C'est un peu comme pour la salaire de CARLOS : on vote contre mais il l'obtient .
Encore un déni de bon sens , bien absent chez nos politiques.i
a écrit le 04/05/2016 à 17:07 :
"Pas d'accord, pas d'avion" et en plus, privés de dessert sur les plateaux repas...Qu'est-ce que c'est que ces arguments stupides? Comme si on achetait des avions pour faire plaisir aux pilotes, comme on paye une voiture en récompense du bac...Soit Air France a intérêt, pour des questions d'exploitation, a utiliser des 787, soit elle n'en a pas. Que viennent faire les pilotes là-dedans? C'est de l'argument de cour de récré. Maintenant, si les administrateurs représentant l'Etat veulent profiter de cette affaire pour imposer des Airbus 350à la place, ils verront bien le retour de bâton américain
a écrit le 04/05/2016 à 14:37 :
C'est du délire! Brider le développement et la compétitivité d'une entreprise par dogme! Qui sont ces trois clampins parachutés là? Quels sont ces accords secrets scellés au détriment des salariés et des actionnaires!
Réponse de le 09/05/2016 à 12:12 :
Ces administrateurs n'ont jamais dit qu'il fallait brider le développement du groupe, mais simplement que lorsqu'on propose des nouveaux appareils avec les promotions qui vont avec, e ce, contre des efforts de la part des pilotes... on ne donne pas ces contreparties alors que les efforts sont refusés par les pilotes ! Pour développer la compagnie, on peut toujours attribuer ces appareils à KLM... !!
Par contre, le SNPL qui exige un plafonnement du nombre d'appareil chez Transavia, ça, ça gêne le développement du groupe !
Le SNPL qui plafonne la taille des appareils chez Hop : là, c'est explicite : le SNPL veut empêcher le développement de ces 2 compagnies du groupe ! ET je ne parle même pas du blocage de la création de base européenne par Transavia France !!!)
a écrit le 04/05/2016 à 14:10 :
http://www.lesinrocks.com/2016/05/news/chemises-arrachees-air-france-avait-anticipe-derapage/
a écrit le 04/05/2016 à 14:10 :
"Même s'ils ont compris l'argument sur les coûts qu'aurait entraîné un report de ces livraisons d'avions en cours d'assemblage " Tout est dit dans ce "même si". Point de raisonnement économique, juste une position dogmatique.
Les "20 à 30 millions" témoignent déjà d'une certaine incapacité à compter juste....(belle marge d'erreur). Sans compter que cette économie aléatoire représente 0.1% du CA consolidé du groupe. C'est effectivement essentiel.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :