Le pari raté d'Uber en Chine

 |   |  311  mots
S'il était confirmé, l'accord serait un soulagement pour les deux entreprises qui ont dépensé sans compter pour s'imposer en Chine.
S'il était confirmé, l'accord serait un soulagement pour les deux entreprises qui ont dépensé sans compter pour s'imposer en Chine. (Crédits : © Robert Galbraith / Reuters)
Selon plusieurs médias, la plateforme américaine de VTC et sa concurrente chinoise Didi ont trouvé un accord pour rapprocher leurs activités sur le marché chinois. Uber se voit obligé de céder après avoir dépensé des fortunes pour accroître ses parts de marché.

La guerre sans merci entre Didi Chuxing et Uber est sur le point se terminer en Chine, avec une victoire de Didi. Selon l'agence financière Bloomberg, l'application chinoise de réservation de taxis et de VTC va fusionner avec le géant américain.

La nouvelle entité créée, dans laquelle Uber détiendrait seulement 20%, serait valorisée à 35 milliards de dollars. De son côté, Didi, qui va récupérer la marque et les clients chinois d'Uber, investirait 1 milliard de dollars dans la société, ce qui porterait sa valorisation à 68 milliards de dollars.

Néanmoins, Uber pourrait continuer à utiliser sa propre application un certain temps sur le sol chinois. Selon le Wall Street Journal, l'annonce officielle des deux groupes pourrait intervenir dès ce lundi.

Guerre coûteuse

S'il était confirmé, l'accord serait un soulagement pour les deux entreprises qui ont dépensé sans compter pour s'imposer en Chine. Jusqu'à présent, Didi était le leader incontesté, avec 300 millions d'inscrits, 99% du marché des réservations de taxis en ligne et 87% de celui des VTC.

Néanmoins, Uber, arrivé dans le pays en 2014, a très vite grappillé des parts de marché, grâce au subventionnement des trajets des usagers, sans parvenir cependant à renverser le leadership de Didi. Une stratégie qui a un prix: selon une déclaration faite en février par Travis Kalanick, patron d'Uber, son entreprise brûle "plus d'un milliard de dollars" par an en Chine. Cette politique coûteuse a sûrement poussé Uber à opérer un rapprochement avec son concurrent.

Didi avait dû donc répondre également via des subventions et des levées de fonds, la dernière bouclée il y a quelques jours s'élevant à près de 7,3 milliards de dollars. Née en 2015 d'une fusion, l'entreprise a désormais des fonds propres évalués à 10,5 milliards de dollars.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2016 à 16:03 :
Uber n'a pas compris qu'en Chine JAMAIS le gouvernement ne laissera une entreprise étrangère prendre le leadership d'un marché ? Pas possible d'être si naïf !
a écrit le 01/08/2016 à 13:44 :
encore un qui decouvre le business a la chinoise
remarquez, aux etats unis c'est pareil pour les non americains, alors ca fait sourire...
a écrit le 01/08/2016 à 12:36 :
Ben oui les dirigeants chinois se font moins facilement acheter...
a écrit le 01/08/2016 à 9:32 :
LES GROSSE ENTREPRISSES ONT TOUJOURS INTEREZ A FUSIONNE? A CONDITION QUE LE CLIENT SOIT GAGNENT MAIS C EST RAREMENT LE CAS???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :