Tour de France : un report sans conséquence sur la logistique

 |   |  582  mots
Passée la voiture-balai, le logisticien envoie ses 45 semi-remorques de 120 mètres cubes ramasser les 400 tonnes de matériel quotidiens: stands préfabriqués et climatisés, barrières de sécurité aux couleurs des sponsors, podiums, pots de peintures, réapprovisionnements de goodies, ou encore saucissons, maillots, lunettes de soleil, casquettes envoyés par les marques partenaires du haut de leur char.
Passée la voiture-balai, le logisticien envoie ses 45 semi-remorques de 120 mètres cubes ramasser les 400 tonnes de matériel quotidiens: stands préfabriqués et climatisés, barrières de sécurité aux couleurs des sponsors, podiums, pots de peintures, réapprovisionnements de goodies, ou encore saucissons, maillots, lunettes de soleil, casquettes envoyés par les marques partenaires du haut de leur char. (Crédits : C.A.)
L'Américain XPO Logistics, qui accompagne la Grande boucle pour la 40ème année consécutive, va, notamment, adapter son brief opération et sécurité "aux circonstances".

Tenue, report ou annulation. Depuis le début du confinement, se posait la question du maintien du Tour de France. C'est désormais officiel : la Grande boucle aura bien lieu, mais du 29 août au 20 septembre. "Ce sera sur le parcours tel qu'il était prévu, tous les élus sont d'accord", a annoncé, au JT de 13H de France 2, mercredi 15 avril, son directeur Christian Prudhomme.

La compétition aura bien lieu en présence du public et ne se déroulera donc pas à huis clos, comme l'avait suggéré la ministre des Sports le 25 mars. Sur France Bleu, Roxana Maracineanu avait en effet déclaré qu''en cette période de confinement, tout le monde est conscient et responsable, tout le monde a compris les bénéfices de rester chez soi et donc de privilégier plutôt le spectacle télévisé que le spectacle en live".

400 tonnes de matériel

Partenaire de l'Amaury Sport Organisation (ASO) pour la 40ème année consécutive, l'Américain XPO Logistics dit, à La Tribune, s'y être préparé avant les annonces pour être prêts à répondre aux différents scénarios. "Dès le début de la crise, et les premières mesures de restriction sur les rassemblements, entraînant reports et annulations, nous avons anticipé au maximum le casting des conducteurs", explique le directeur événementiel Jean-Baptiste Hocquaux.

Lire aussi : Dans les coulisses logistiques du Tour de France, l'autre « course contre-la-montre »

Passée la voiture-balai, signe de la fin de l'étape, le logisticien étasunien envoie ses 45 semi-remorques de 120 mètres cubes ramasser les 400 tonnes de matériel quotidiens : stands préfabriqués et climatisés, barrières de sécurité aux couleurs des sponsors, podiums, pots de peintures, réapprovisionnements de goodies, ou encore saucissons, maillots, lunettes de soleil et casquettes envoyés par les marques partenaires du haut de leur char. Ses équipes ont deux-trois heures maximum pour tout recueillir.

"Nous continuerons d'appliquer les gestes barrières, de la distanciation sociale, de même que nous distribuerons des kits de sécurité (gels, masques, gants avec ou sans visière)", promet Jean-Baptiste Hocquaux qui n'a, en revanche, "aucune idée" sur l'organisation de la caravane.

Un brief opération et sécurité "adapté aux circonstances"

Comme chaque année, l'appel à candidatures a été lancé auprès des 4.800 conducteurs de XPO France, à l'issue duquel 55 seront sélectionnés. "A l'heure qu'il est, nous avons déjà bien avancé, la majorité du casting a déjà été désigné", dit le directeur événementiel.

Avant de partir, tous les heureux élus seront réunis pour un brief "opération et sécurité" avec le même objectif : zéro accident. Ils roulent cinq jours, se reposent 24 ou 45 heures dans un camping-car situé dans un "village vie" équipé en douches et machines à laver, puis remontent à bord de leur camionLe brief sera en outre "adapté aux circonstances", assure Jean-Baptiste Hocquaux. "Nous bénéficierons de l'expérience de ce qui a déjà été mis en place depuis le début de la crise", ajoute-t-il.

En attendant, les annonces d'hier "ravissent" déjà les conducteurs. "Certains m'ont appelé juste après", s'amuse Jean-Baptiste Hocquaux. Manolo figurait sans doute parmi ceux-là. En juillet 2019, près du pont du Gard, il racontait à La Tribune sa fierté de "manger un bout avec les jeunes pour créer le respect". Il faut dire que c'était sa seizième présence consécutive sur le Tour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2020 à 13:20 :
Bien sûr qu'il y aura des conséquences :qui va fournir les quantités de produits pharmaceutiques nécessaires ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :