Uber engage l'ex-commissaire européenne Neelie Kroes

 |   |  231  mots
En 2014, Neelie Kroes avait pris partie pour la société américaine après une décision de la justice belge visant à faire cesser UberPop, un service de covoiturage entre particuliers.
En 2014, Neelie Kroes avait pris partie pour la société américaine après une décision de la justice belge visant à faire cesser UberPop, un service de covoiturage entre particuliers. (Crédits : Reuters)
L'ancienne membre de la Commission européenne chargée de la Concurrence puis des Nouvelles technologies intègre le "comité de conseil en politique publique" de l'entreprise américaine.

Uber réunit un "comité de conseil en politique publique". Parmi ses membres: Neelie Kroes, qui a été chargée de la concurrence et des nouvelles technologies au sein de la Commission européenne. Le groupe américain en a fait état mercredi soir dans un post de blog.

"Scandalisée" par l'interdiction d'UberPop

En 2014, elle avait ardemment défendu la société américaine après une décision de la justice belge visant à faire cesser UberPop, un service de covoiturage entre particuliers. Neelie Kroes s'était alors déclarée "scandalisée" face à une décision qui "protège un cartel de taxis".

Le comité qu'elle rejoint chez Uber doit siéger deux fois par an. Il traitera des questions de régulation, de politiques publiques ou d'image, selon un porte-parole cité par l'AFP.

Des problématiques particulièrement importantes pour l'entreprise californienne qui créé des polémiques dans quasiment tous les lieux où elle lance ses services. Cette année encore, elle a été suspendue à Buenos Aires quelques jours seulement après son arrivée dans la capitale argentine.

Une princesse, un ex-ministre...

Parmi les autres membres de ce comité figurent l'ancien secrétaire américain aux Transports Ray LaHood, l'ex-président de l'autorité de la concurrence australienne Allan Fels, un ex-Premier ministre péruvien, Roberto Danino, o la princesse saoudienne Reema Bint Bandar Al Saud.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2016 à 19:39 :
Ce qui est bien avec les hommes/femmes d'État, c'est qu'à quelque niveau que ce soit, on retrouve les mêmes pratiques et les mêmes dérives. Elle est pas belle notre europe de technocrate qui pantouflent chez Uberpop a la fin des mandats ? Et dire qu'il y en a qui veulent un fédéralisme !
a écrit le 05/05/2016 à 18:19 :
Elle est ou finira Macron .
a écrit le 05/05/2016 à 18:11 :
Quand les peuples europeens vont-ils enfin se rendre-compte de cette duperie monumentale qu'est cette soi-disant union europeenne qui est devenue, au fil du temps un paravent pour une mafia cupide qui ne cherche même plus à sauver les apparences?
a écrit le 05/05/2016 à 14:25 :
Nous sommes censés etre défendus en Europe par ces gens là, Elle est pas belle la salade !!!!! Europe totalitaire.
a écrit le 05/05/2016 à 13:36 :
Ça ressemble de plus en plus à la fin de l Europe pourrie par la corruption les lobystes et qui laisse faire le dumping du Luxembourg de l Irlande etc ....
a écrit le 05/05/2016 à 12:19 :
Les nouveaux visages de la corruption : des conférences payées à des prix délirants, quelques heures par an dans un comité bidule, grassement rémunérées...
Les institutions nationales ou supranationales ressemblent de plus en plus à des écuries d'Augias !
a écrit le 05/05/2016 à 10:58 :
les lobbyist ne se cachent même plus...

heureusement qu'en Europe nous avons Trump
a écrit le 05/05/2016 à 10:53 :
Quel est le délai qu'un commissaire européen doit respecter avant de pantoufler dans une société dont il a eu à connaître ?
a écrit le 05/05/2016 à 10:25 :
Pas étonnant. Je me demande ce qu'elle a d'Européen. Comme Commissaire, elle n'a jamais caché son admiration sans borne pour le modèle US, tout au moins comme Commissaire ICT. Pour elle, chaque individu doit créer son entreprise avec zéro protection. C'est le rêve de ces politiques qui ne croient pas à la politique et qui sont déjà passés à l'idée que le vrai pouvoir est au main des sociétés privées. il y en a un paquet à Bruxelles. Elle a aussi a son actif une politique uniquement au bénéfice du consommateurs, juste pour faire le buzz média, qui n'a pas vraiment servi la filière télécom. J'espère qu'à 75 ans bien sonnés, elle se fera bientôt ubériser.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :