Huile de palme comme biocarburant : le gouvernement veut rencontrer Total

 |   |  341  mots
(Crédits : Philippe Laurenson)
Jeudi, les députés avaient voté un amendement prévoyant le report de l'exclusion de l'huile de palme de la liste des biocarburants. Avant de faire marche arrière le lendemain.

Le gouvernement veut ouvrir "un groupe de travail" pour voir avec Total s'il est possible de se fournir en huile de palme sans impact sur la forêt, a indiqué ce lundi 18 novembre la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon. "Le sujet, ce n'est pas de déforestation à l'autre bout du monde", a déclaré Emmanuelle Wargon sur CNews, après l'imbroglio à l'Assemblée nationale autour de l'avantage fiscal accordé à l'huile de palme.

Marche arrière

Les députés ont voté jeudi à toute vitesse un amendement prévoyant le report à 2026 de l'exclusion de l'huile de palme de la liste des biocarburants (qui bénéficient d'un avantage fiscal), avant de faire marche arrière le lendemain, devant le tollé suscité auprès des défenseurs de l'environnement.

Le groupe Total en particulier est vent debout contre cette exclusion, qui remet selon lui en cause la viabilité de sa bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), ouverte en juillet.

"Ce que dit l'entreprise est qu'elle veut un délai pour adapter ses pratiques. Je crois qu'il faut qu'on regarde avec elle si c'est possible d'acheter de l'huile de palme qui ne déforeste pas", a déclaré Emmanuelle Wargon lundi.

Déforestation

"Il y a des certifications sur ces produits comme sur d'autres, données par des ONG, par des organisations internationales. On a donc dit qu'on allait ouvrir un groupe de travail avec l'entreprise pour voir si c'est possible, mais en tout cas pour moi le signal est clair: pas de signal à la déforestation", a-t-elle ajouté.

Le recours à l'huile de palme importée est dénoncé par les associations environnementales car sa culture extensive alimente la déforestation en Asie du sud-est.

Selon Total, la bioraffinerie de La Mède doit traiter 650.000 tonnes d'huiles et graisses par an et s'approvisionner en huile de palme "durable et certifiée" à hauteur de 300.000 tonnes au maximum. Mais les ONG dénoncent l'inefficacité des labels de certification et jugent que les entreprises ne peuvent pas contrôler la déforestation indirecte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2019 à 8:13 :
La position du gouvernement ne tient pas la route une seconde : il exige que l'on certifie les importations d'huile de palme par Total alors qu'elles le sont déjà.
Il suffit de consulter le site de Total pour le vérifier.
a écrit le 18/11/2019 à 21:48 :
Que l'on soit pour ou contre la huile de Palme est une chose par contre quand un État conclu un accord pour maintenir 450emplosi et une reconversion d une raffinerie pour des la fabrication de biocarburant jusqu'à en 2026 l état est en devoir de respecter son engagement et ne décide pas 6 mois apres l ouverture de la nouvelle usine et remettre en cause son accord pour le délire des pseudos écologistes. vous signez un contrat de location de votre appartement qui est fixé sur un an avec une augmentation limite chaque année et réglementaire.si votre propriétaire décide tout à coup de doubler votre loyer au bout de 6 mois et que de surcroît l état laisse faire vous aller faire quoi? Recasser les champs Elysées c'est ça? vous pensez vraiment que ça changera quelque chose? Ben même pour total c est pareil total s est engagé à restructurer cette raffinerie et à conserver plus de 450 emplois en ayant obtenu de la part de l'etat un abbatement des taxes pour la huile de Palme jusqu en 2026 et à peine la raffinerie recouverte on lui indique que les état à changer d'avis alors que total à investir plusieurs dizaines de millions de euros pour modifier le site. Les écolos en herbe ça va 5 mn un accord jusqu en 2026 c pas dans 200 ans et ne vous plaignez surtout pas si dans ce pays tout se délocalisé apres continuez à vous plaindre mais surtout ne faites aucun effort personnel Ben à vous
a écrit le 18/11/2019 à 17:38 :
Plaisant: notre gouvernement veut-il proposer une subvention pour convaincre TOTAL de rester en France puisque la majorité de ses actionnaires est étrangère (vérifié sur le site de TOTAL)? Pourvu que TOTAL ne s'installe pas aux Pays Bas, comme RENAULT-NISSAN ou FIAT- PEUGEOT et certainement tant d'autres qui ont fuit notre "beau" mais malheureux pays !
a écrit le 18/11/2019 à 14:27 :
L'état s'est engagé à laisser importer de l'huile de palme pour :
Assurer la reconversion de la raffinerie de La Mède,
Sécuriser des achats d"Airbus par des pays producteurs d'huile de Palme.
Pourquoi n'explique t'on pas le contexte des décisions?
a écrit le 18/11/2019 à 13:59 :
Quel vilain mot que Biocarburant, utilisez plutôt agrocarburant, c'est plus conforme au ressenti !
Si on veut vraiment avancer, il faut interdire tout ajout provenant de la culture pour faire rouler les voitures, voilà une action pour éviter de consommer des millions de litre d'eau et garder les terres agricoles pour nourrir les humains et pas les moteurs !!
a écrit le 18/11/2019 à 11:46 :
"Le recours à l'huile de palme importée est dénoncé par les associations environnementales"
celle importée pour la manger c'est "indispensable" ? Peut-être s'occuper de celle là aussi, voire d'abord ? L'ennui est qu'elle a trop de qualités pour l'industrie alimentaire, ne rancit pas, DLC très longue, etc etc...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :