Le monde se dirige vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7°C, alerte l’ONU

Six ans après avoir conclu l'Accord de Paris, qui fixe l’objectif d’une hausse des températures de maximum +2°C, si possible +1,5°C, d’ici à la fin du siècle, les Etats signataires mènent le monde à un réchauffement « catastrophique » de +2,7°C, alerte l’ONU. A quelques semaines de la prochaine conférence internationale sur le climat (COP26), elle appelle les pays à une plus grande ambition.

4 mn

L'étude de l'ONU intervient à six semaines de la COP26, la conférence internationale organisée par les Nations-unies, qui se tiendra cette année à Glasgow, en Ecosse.
L'étude de l'ONU intervient à six semaines de la COP26, la conférence internationale organisée par les Nations-unies, qui se tiendra cette année à Glasgow, en Ecosse. (Crédits : Carlo Allegri)

Une fois de plus, les prévisions internationales font froid dans le dos. Six ans après la promesse des 195 signataires de l'Accord de Paris de rester sous le seuil fatidique des +2°C, si possible 1,5°C, d'ici à la fin du siècle par rapport à l'ère pré-industrielle, les engagements réels des Etats restent largement insuffisants. Résultat : le monde se dirige peu à peu vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7 °C, avertit l'ONU dans un rapport publié le 17 septembre. Et ce, alors même que le GIEC (groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat) ne cesse d'alerter l'opinion publique sur les événements dramatiques associés à chaque fraction de degré supplémentaire.

Pour cause, en prenant en compte l'ensemble des contributions nationales des Etats (c'est-à-dire leur stratégie pour atteindre les ambitions de préservation du climat), les émissions de gaz à effet de serre devraient augmenter de 16% en 2030 par rapport à 2010. Il faudrait pourtant les réduire de 40% d'ici à 2030 pour rester sous les +1,5°C, et de 25% pour se maintenir sous les +2°C, fait valoir l'organisation internationale.

« Nous devons agir, nous tous, nous devons agir maintenant », a rapidement réagi le président américain, Joe Biden, au début d'un sommet virtuel avec neuf dirigeants étrangers. « Pour ceux qui ne l'ont pas fait, le temps presse », a-t-il ajouté, appelant à la « plus grande » ambition.

Le G20 pointé du doigt

En effet, seuls 113 pays, représentant moins de la moitié des émissions mondiales de gaz à effet de serre (49%), avaient déposé leurs engagements climatiques révisés au 30 juillet dernier. C'était la date butoir, déjà repoussée à cause du Covid-19, afin d'être pris en compte dans l'évaluation globale de l'ONU. La Chine fait partie des absents, alors même qu'elle est responsable de plus d'un quart des émissions de gaz à effet de serre. Le président Xi Jinping avait pourtant surpris le monde il y a un an, en annonçant une nouvelle ambition de neutralité carbone d'ici à 2060.

Lire aussi Climat: Pékin assure qu'il tiendra ses engagements...mais rouvre des mines de charbon

Mais la Chine n'est pas la seule responsable : c'est tout le G20 qui est pointé du doigt dans ce nouveau rapport. Cependant, l'Argentine, le Canada, l'Union européenne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont bien renforcé leurs objectifs pour 2030. Mais en réalité, seul le plan du Royaume-Uni de 68% au moins de baisse des émissions en 2030 par rapport à 1990, est considéré comme compatible avec la limite de +1,5°C, selon une analyse publiée cette semaine par Climate Action Tracker.

« Le rapport de l'ONU souligne l'automutilation que les grands émetteurs infligent à la planète en ne remplissant pas leurs obligations en vertu de l'Accord de Paris », a réagi Laurence Tubiana, présidente de la Fondation européenne pour le climat.

Le Brésil, le Mexique, et la Russie, ont pour leur part soumis des plans qui autorisent des hausses d'émissions.

COP26 en novembre

L'étude de l'ONU intervient à six semaines de la COP26, la conférence internationale organisée par les Nations-unies, qui se tiendra cette année à Glasgow, en Ecosse. Dans ce contexte, elle se doit d'être « un succès », a martelé la responsable climat de l'ONU, Patricia Espinosa. Et d'appeler les Etats à négocier en étant « poussés pas uniquement par le désir légitime de protection de leur intérêt national mais aussi par l'objectif de contribuer au bien-être de l'humanité ».

Alors qu'une dernière évaluation aura lieu d'ici à fin octobre, l'institution espère également de nouveaux engagements. « L'échec à respecter cet objectif [de l'accord de Paris, ndlr] se mesurera à l'aune du nombre de morts et de moyens de subsistance détruits », a insisté le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

« Nous avons maintenant besoin que tous les pays du G20 présentent des plans plus stricts d'ici la COP26 conformément au 1,5°C », a abondé Laurence Tubiana.

En août, le dernier rapport des scientifiques du GIEC mettait déjà en garde contre le risque d'atteindre le seuil de 1,5°C autour de 2030, dix ans plus tôt qu'estimé, menaçant l'humanité de désastres sans précédent.

Lire aussi La crise climatique s'aggravera, même à +1,5°C, alerte le GIEC

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 19/09/2021 à 10:02
Signaler
Il serait temps de se pencher très sérieusement sur l'impact environnemental colossal du tourisme spatial.

le 19/09/2021 à 11:41
Signaler
Et sur les pets des petits oiseaux, c'est pour ça qu'il faut tuer les petits oiseaux en voie de disparition, pour sauver la planète, tout se tient !

à écrit le 18/09/2021 à 20:00
Signaler
Chantez avec moi : "Lété va être chaud oh oh oh"

à écrit le 18/09/2021 à 15:25
Signaler
Arrêtons ce catastrophisme qui ne sert que des intérêts politiques troubles. Le réchauffement climatique compte tenu de la vitesse de progression ne peut pas être lié uniquement à l'activité humaine. Cela ne dispense pas de modifier drastiquement n...

le 18/09/2021 à 23:15
Signaler
compte tenu de la vitesse de progression, cela ne peut pas être un phénomène naturel... c'est donc dû uniquement à l'activité humaine

le 19/09/2021 à 4:36
Signaler
La première raison de la hausse des températures c'est la hausse de la démographie, mais pour le politiquement correct on ne peut pas aborder ce sujet.

le 19/09/2021 à 14:40
Signaler
Hausse de la démographie ardemment souhaitée par le capitalisme puisque c'est la cause 1ere de la croAAAssance ! Ne se réjouissait-on pas de la hausse démographique en France il y a seulement quelques années ? Par ce qu'infoutus de construire d...

à écrit le 18/09/2021 à 13:06
Signaler
Franchement...je suis étonné ! et je pense que les chiffres sont en dessous des prévisions au train où la reprise économique reprend et les consommations d'énergie explosent.

le 18/09/2021 à 19:55
Signaler
La consommation d'énergie n'a pas encore atteint les valeurs de 2019. Il n'y a donc pas encore d'explosion.

le 19/09/2021 à 10:16
Signaler
@tototiti Encore quelques mois et vous verrez que la tendance est à la hausse, avec une production de CO2 ( et autres gaz (... à la hausse.

à écrit le 18/09/2021 à 11:23
Signaler
La planète va être de plus en plus chaude : pourquoi mieux isoler sa maison ?

le 18/09/2021 à 13:55
Signaler
Pour résister aux fortes chaleurs... L'isolation marche dans les 2 sens

à écrit le 18/09/2021 à 10:30
Signaler
Il s'agit de produire sans émettre d'oxyde de carbone et, bien plus encore, qui l'absorbe... nous voilà face a inadaptabilité du capitalisme mondial a résoudre le problème!

le 19/09/2021 à 6:38
Signaler
@Bah: Le communisme ferait-il mieux?

le 19/09/2021 à 13:15
Signaler
@Henry. Non, mais je ne vois pas en quoi c'est rassurant. Il n'y a pas d'autre alternative que ces deux ?

à écrit le 18/09/2021 à 9:32
Signaler
Je suppose que ces annonces qui reposent sur des analyses solides ne sont là que pour culpabiliser la masse qui n'y peut rien afin de toujours et encore dédouaner ceux qui possèdent et détruisent le monde en ronflant qui pourraient tout mais qui sont...

le 18/09/2021 à 11:24
Signaler
Cher Citoyen Blasé, l'histoire ne retiendra rien, puisqu'il n'y aura plus personne pour la lire.

le 18/09/2021 à 15:50
Signaler
Tu sais que l'espace et le temps sont infinis et que les possibilités humaines et extra humaines sont nombreuses dans ce contexte là ? Mais il est vrai que pour le voir il faut arriver à se projeter or de soi et de tout son petit monde qui tourne aut...

à écrit le 18/09/2021 à 9:06
Signaler
Je ne comprend pas pourquoi l'ONU s'acharne à vouloir "qu'on fasse des efforts". Il est évident que depuis dix ans, les différentes COP n'ont eu aucun effet sur la production de CO2, et que cette dernière va continuer comme avant dans les prochaines ...

à écrit le 18/09/2021 à 8:35
Signaler
"Désunis, nous courrons à la catastrophe. Unis, nous y parviendrons". CIORAN

à écrit le 18/09/2021 à 8:28
Signaler
Le titre est très optimiste; l'augmentation sera plus exactement, à une date non précisée, de 2,71354°C.

à écrit le 18/09/2021 à 8:13
Signaler
Il faut se servir du soleil au maximum pour refroidir l'air au niveau mondial. En effet, il faut construire le maximum de centrales solaires, héloliennes etc, réservées seulement à la production de FROID.

à écrit le 18/09/2021 à 8:04
Signaler
2.7 degrés Celsius,une broutille.

à écrit le 18/09/2021 à 7:55
Signaler
Tant qu'ils ne comprendront pas que la première pollution c'est l'humanité ca servira a rien tous leurs trucs. Moi je m'en fout, je me laisse 20/25 ans a vivre et après moi le déluge. Qu'est ce que ça va être génial quand il y aura 10/12 milliards de...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.