Attaquer Dexia  : est-ce raisonnable ?

 |  | 879 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque franco-belge fait l'objet de 58 assignations en justice. Écrasées par la charge des intérêts de leurs emprunts « toxiques », les collectivités veulent ainsi en suspendre le paiement.

L'« affaire Sassenage » fait des émules. Cette petite ville de 10.000 habitants de l'Isère a bénéficié, le 31 mai dernier, d'un avis de la chambre régionale des comptes (CRC) lui permettant de ne pas rembourser ses intérêts à Dexia tant que le jugement du procès qui l'oppose à la banque n'aura pas été rendu. Depuis, le nombre de plaintes contre la banque historique des collectivités locales a bondi : 58 assignations de collectivités pour avoir vendu des prêts « structurés », potentiellement « toxiques ». Soit trois fois plus d'actions en justice qu'avant l'avis de la CRC d'Auvergne Rhône-Alpes. Et ce n'est sans doute pas fini.
À la fin de 2011, Sassenage avait en effet décidé de ne plus rembourser les intérêts d'un emprunt « toxique » contracté auprès de la banque Dexia, et dont le montant était passé, en un an, de 170.000 à 636.000 euros. Or aujourd'hui, entre 100 et 150 collectivités locales, principalement des villes de moins de 10.000 habitants, sont écrasées par la charge trop lourde des intérêts qu'elles paient....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :