Le gouvernement peut-il répondre aux attentes des acteurs français du solaire ?

 |   |  903  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Certaines décisions symboliques pourraient être prises rapidement mais il n'est pas certain que le gouvernement souhaite se prononcer avant les élections législatives.

Les représentants du solaire français, une filière en plein marasme depuis plusieurs mois, n?ont pas perdu de temps. Moins d?une semaine après la nomination de Nicole Bricq à la tête du ministère de l?Environnement et de l?Energie, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et l?association des professionnels de l'électricité solaire Enerplan ont rendu publics leurs cahiers de doléances. Deux mots clés résument leurs desiderata : stabilité des tarifs et révision à la hausse des objectifs fixés par le Grenelle de l'environnement pour 2020.

Le secteur a en effet beaucoup souffert des baisses brutales de tarifs à répétition ces dernières années et plus encore du moratoire imposé de décembre 2011 au printemps 2012, suivi de l?instauration d?un système d?appel d?offres pour toutes les installations d?une puissance supérieure à 100 kilowatts (kW). Seules les installations de taille plus modeste (le résidentiel) sont aujourd?hui éligibles aux tarifs de rachat. "Moins la visibilité réglementaire et tarifaire est bonne, plus les investisseurs demandent des retours élevés", rappelle Daniel Bour, l'ancien président de Sunnco GC (Grands Comptes) qu?il a racheté il y a quelques mois pour fonder la Générale du Solaire.

Multiplier l?objectif cible pour 2020 par quatre

Pour justifier ces nouvelles règles, très décriées par la profession qui les rend responsables de la destruction de plusieurs milliers d?emplois, le précédent gouvernement a mis en avant la dérive des coûts pour le consommateur (via sa facture d?électricité) et la capacité installée, qui atteint déjà 2,5 GW pour un objectif de 5,4 GW en 2020, conformément au Grenelle de l?Environnement. Pour mémoire, les Allemands (premier marché au monde, il est vrai) ont déjà installé 24,7 GW fin 2011, les Italiens 12,5 GW et les Espagnols 4,2 GW.

Les acteurs de la filière réclament donc un relèvement de l?objectif à 20 GW, soit près de quatre fois plus que la puissance installée aujourd?hui. En termes de tarifs, ils remettent en cause le système actuel du corridor (consistant à une révision tous les trois mois en fonction des capacités installées au cours du trimestre précédent) et l?inéligibilité au tarif de rachat des projets supérieurs à 100 kW, un plafond qu?ils souhaiteraient voir relevé à 250 kWh.

Autoconsommation et régionalisation des tarifs

Au-delà de ces deux revendications principales sur les tarifs et les objectifs, certains professionnels souhaiteraient que le gouvernement favorise l?autoconsommation. Une façon, pour Enerplan, d?alléger la charge sur la CSPE (contribution au service public de l?électricité, payée par les consommateurs sur leur facture). "C?est très compliqué, à la fois sur le plan technique et sur le plan tarifaire", tempère Daniel Bour. "Mais cela inciterait les consommateurs à favoriser les heures creuses". Julien Chirol, en charge du solaire au sein du groupe japonais Panasonic en Europe, abonde : "l?autoconsommation a des vertus éducatives et elle a d?autant plus de sens si le bâtiment est équipé de domotique intelligente et de batteries" (des produits que Panasonic proposera bientôt sur le marché européen, ndlr).

Autre demande, le retour à des tarifs différenciés selon les régions, pour rétablir une égalité entre les territoires et éviter la concentration des installations dans le sud. "Depuis la suppression de la régionalisation, nous observons un fort basculement de notre activité vers le Sud", confirme Daniel Bour. "On pourrait envisager une autre forme de modulation des tarifs, favorables aux régions en déficit énergétique comme la Bretagne ou PACA".

Favoriser les petites entreprises et les petits projets

Enfin, Enerplan (qui, plus que le SER, regroupe des PME/PMI), plaide pour une décentralisation plus favorable aux petites entreprises. En ligne avec Panasonic, qui plaide pour le développement du marché résidentiel plutôt que pour les grandes fermes au sol. "La surchauffe (dans le coût pour la collectivité) est toujours due aux gros projets", affirme Julien Chirol. Il se désole que le marché résidentiel français soit devenu "un marché zombi". Un effet, selon lui, d?une communication négative autour du sujet "alors que cela n?a jamais été aussi rentable. Du coup, cela devient difficile pour un particulier de trouver des installateurs, et ceux qui restent sont contraints d?augmenter leurs marges pour compenser la baisse des volumes". Enerplan lui aussi s'exprime pour que soit "relancée une communication positive sur les atouts de l'énergie solaire photovoltaïque et thermique".

Le gouvernement réagira-t-il rapidement à ces diverses demandes ? Avant les élections législatives (les 10 et 17 juin), c?est un peu du quitte ou double. Il pourrait y avoir un "coup politique" à jouer pour se démarquer de l?image déplorable du précédent gouvernement sur le sujet. A moins que cela ne soit jugé trop polémique et donc, risqué avant le troisième tour. "Il faut trouver la bonne voie entre une logique de filière affirmée et une gestion rigoureuse sur le plan des dépenses publiques", reconnaît Daniel Bour. "Mais certaines mesures transitoires pourraient être prises rapidement, par simples décrets, comme le plafonnement de l?objectif annuel à 500 MW ou l?annonce de nouveaux appels d?offres pour les grandes centrales".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2012 à 10:33 :
Pour un éclairage sur la situation en Allemagne (boom du secteur, crise brutale quand le gouvernement fédéral a coup le robinet à subventions, interrogations sur les bonnes modalités d'un soutien public), voir cet excellent papier de ParisTech Review: http://www.paristechreview.com/2012/04/13/crise-solaire-allemand/
a écrit le 23/05/2012 à 13:11 :
toujours cette immense escroquerie, que nous devons au chantage d'un groupuscule de verts. šPourquoi ne pas rapporter ce qui est en passe de devenir un scandale, la situation dramatique des coûts énergétiques Allemands avec cette plaisanterie de l'éolien et du solaire. Lisez donc la une de votre confrère allemand le Handelsblatt et la menace du président de la Bavière quant à reprendre les choses en main pour produire de l'énergie électrique. Edifiant.
a écrit le 23/05/2012 à 11:43 :
avant de parler de mesures financières (donc par définition couteuses pour l'état), i faudrait peut-être commencer par alléger la réglementation lourde qui surencheri mécaniquement le cout des projets : pour mettre en place de tels projets il faut des mois d'enquête publique, des tonnes de paperasses des autorisation multiples, etc et ce cout ne fait que surencherir la facture finale !!!
a écrit le 22/05/2012 à 23:10 :
Pourquoi l'état déjà endetté plus que de raison devrait-il servir la soupe à des interêt privés et présenter la facture aux français ? C'est curieux comme ceux qui prônent le libéralisme sont les premiers à quémander des deniers publics ...
Réponse de le 23/05/2012 à 11:45 :
en même temps, si l'état réduit les taxes sur certains développements energético-écologiques, cela peut lui permettre d'augmenter sa recette globale si cela augmente le volume : mais à vouloir le beurre et l'argent du beurre ...!
Réponse de le 23/05/2012 à 13:51 :
Meca..., le libéralisme n'a rien à voir ici : La filière a TOUJOURS été ULTRA-SUBVENTIONNÉE !
a écrit le 22/05/2012 à 19:48 :
Et c'est là que nous "découvrons" que l'écologie n'est qu'une question d'intérêts ... financiers. Car l'investissement à long terme n'est plus de ce monde car il faut gagner un max en un mini de temps. Soit, tuer les autres, qui sont forcément un problème. Le pire est que je l'ai vécu dans deux sociétés américaines où un investissement devait être rentable en trois ans, alors que des investissements de plus longs termes auraient rapporté plus. Voilà la logique des cowboys que NOUS devons "être". Ecoeurant, non..?? L' "écologie", aussi écoeurante, car voulant jouer sur le fric, ne vaut pas mieux. Elle surfe sur la vague en voulant juste profiter.
Réponse de le 22/05/2012 à 22:56 :
@ Yvan : C'est un peu un cliché qui englobe injustement tout le secteur et pas vraiment la bonne cible. Les profits les plus "gras" dans le domaine de l'énergie sont de très, très loin et pour un bon moment encore ceux du pétrole.
1ère du CAC 40 : Total, largement au dessus de toutes les autres avec un profit de 12 milliards d'Euros (dont la moitié redistribué aux actionnaires et en payant moins de 3% d'impôts sur les sociétés...) Pour situer les choses auprès de ceux dont le compte en banque dépasse rarement 4 chifres, 12 000 000 000 d'Euros c'est grosso modo le chiffre d'affaire mondial du solaire photovoltaïque.
Si on veut dénoncer des profits "honteux" en voilà une parmi d'autres Exxon, Chervron etc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :