Les Etats-Unis doivent trouver un autre coupable

 |   |  703  mots
(Crédits : Imaginechina/AFP)
Pour Washington, la sous-évaluation du yuan est le principal responsable des déficits commerciaux et du chômage. Vu l'ampleur de leur déficit, et pas seulement avec la Chine, les Etats-Unis auraient tout intérêt à se poser les bonnes questions et à s'interroger sur leur niveau d'épargne. Agir seulement sur les prix relatifs est le meilleur moyen que rien ne change.

Google, le renminbi, quel que soit le problème, les Etats-Unis tiennent leur coupable : la Chine. Quand les lecteurs s'interrogent sur la montée du chômage ou la pression sur les salaires, on leur répond que c'est à cause du déficit commercial. Et pour Washington, cela ne fait pas le moindre doute : la Chine, en sous-évaluant sa monnaie, est directement responsable de 39% du déficit commercial américain en 2008-2009, et le seul moyen pour les Etats-Unis d'aider les travailleurs américains, est de taper du poing sur la table.

Si l'argument peut sembler recevable, il repose sur un mauvais fondement économique. En 2008-2009, les Etats-Unis étaient en situation de déficit commercial avec plus de 90 pays. Ceci s'appelle un déficit commercial multilatéral. Mais Washington persiste, avec le soutien d'économistes les plus renommés du pays, à préconiser une solution bilatérale et demande soit une réévaluation importante du renminbi, soit une taxation à grande échelle des importations chinoises. Une solution bilatérale à un marasme multilatéral : autant essayer d'écoper le "Titanic" avec une cuillère à café... A moins de prendre à bras-le-corps les problèmes qui ont conduit à ce déficit, les Etats-Unis ne feront que reporter la part chinoise de "responsabilité" sur un autre pays.

Avec un tel déficit commercial, les Etats-Unis auraient tout intérêt à se poser les vraies questions. Le problème vient-il vraiment de la Chine, ou plutôt de l'épargne ? En 2009, l'épargne nationale nette américaine atteignait péniblement ? 2,5% du revenu national, son niveau le plus bas jamais enregistré. Pour financer leur croissance future, les Etats-Unis sont donc condamnés à compter sur l'excédent d'épargne des pays étrangers et à entretenir le déficit massif de leur balance commerciale pour attirer les capitaux étrangers. C'est un fait : sans épargne, impossible de résorber un déséquilibre commercial multilatéral.

Certes, la Chine y est pour beaucoup dans le déficit commercial multilatéral des Etats-Unis. Mais uniquement parce que les entreprises américaines vont chercher ailleurs une rentabilité que les coûts de production ne leur permettent pas d'atteindre chez elles. Quant aux consommateurs américains, ils se tournent de plus en plus vers des produits chinois bon marché dont la qualité ne cesse de s'améliorer. Etant donné leur niveau d'épargne, avoir la Chine pour principal partenaire commercial est donc presque une aubaine pour les Etats-Unis !

Reste que la Chine n'est pas irréprochable, et que l'excédent considérable de son compte courant, pour être un excédent, n'en est pas moins un déséquilibre. De même que dans l'intérêt général, les Etats-Unis doivent résoudre leur problème d'épargne, le monde est en droit d'attendre de la Chine qu'elle résolve le sien.

Il convient de replacer ces ajustements dans un contexte de déséquilibres multilatéraux. La Chine n'est qu'un des 90 pays avec lesquels les Etats-Unis sont en situation de déficit commercial et les échanges sino-américains ne représentent aujourd'hui que 12% des échanges commerciaux de la Chine. Toute solution bilatérale limitée à ces deux pays serait donc vouée à l'échec.

Cela n'empêche pas d'éminents économistes de clamer haut et fort qu'une réévaluation du renminbi au dollar entraînerait la création de plus d'un million d'emplois aux Etats-Unis. Ils devraient pourtant le savoir mieux que tout le monde : agir sur les prix relatifs est le meilleur moyen que rien ne change. Rééquilibrer le balancier de l'épargne mondiale est bien plus efficace. Schématiquement, les Etats-Unis doivent réduire leur déficit et relancer l'épargne des ménages alors que la Chine doit s'occuper de stimuler sa consommation intérieure. En s'acharnant sur la Chine, Washington pourrait entraîner le reste du monde sur une pente très glissante. Ce ne serait pas la première fois que face à un problème économique, la classe politique préfère se voiler la face. Mais les frictions commerciales et les mesures protectionnistes qui pourraient naître de cette erreur de jugement nous plongeraient dans une situation autrement plus inquiétante que la crise de 2008-2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2010 à 12:27 :
Article intéressant mais qui passe à côté de la vraie question: pourquoi les Américains épargnent-ils si peu?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :