Internet, c'est reparti

 |   |  270  mots
Par Jean-Baptiste Jacquin, rédacteur en chef à La Tribune.

Qu'arrive-t-il à l'Internet français ? Depuis le début du mois de septembre, les annonces de mariages se multiplient. Aujourd'hui, CommentÇaMarche (eh oui, malgré son nom pas vraiment pas sexy, ce site fait plus d'audience que ceux de TF1 ou Dailymotion) rachète une petite société familiale qui abritait Le Journal du Net, L'Internaute ou Les Copains d'avant. Une transaction à 60 millions d'euros que les annales oublieront vite. Pourtant, le nouvel ensemble constituera le premier groupe français de médias en ligne avec une audience mensuelle de quelque 20 millions de visiteurs uniques.

Il y a deux semaines, un autre mariage, entre Overblog et Wikio, deux autres acteurs des médias sur Internet, était conclu. L'objectif est chaque fois le même : obtenir une taille suffisante pour peser sur le marché de la pub en ligne. Où sont passés les Lagardère et autre TF1 ? Ils sont étonnamment absents d'un mouvement de consolidation qui ne fait que commencer.

Avec le redémarrage du marché publicitaire, les sociétés Internet, qui ont tenu pendant la crise publicitaire de 2008-2009, ont aujourd'hui repris des couleurs et retrouvé des marges de manoeuvre financières. Dans tous les domaines : les petites annonces immobilières avec Seloger.com, pour lequel l'allemand Springer est prêt à débourser 566 millions d'euros, ou les enchères entre particuliers avec Leboncoin.fr, valorisé 400 millions d'euros lors de son rachat annoncé mercredi par le norvégien Schibsted. Bien sûr, les prix s'emballent. Mais contrairement à la bulle Internet où l'on s'arrachait des perspectives de croissance, il s'agit ici d'affaires qui gagnent toutes du "vrai" argent. Cela change tout.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :