L'Europe n'a pas fait défaut

 |   |  343  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Par Eric Benhamou, éditorialiste à La Tribune.

L'Europe s'est ressaisie. Enfin ! Après des mois d'atermoiements, de faux-semblants, de confrontations inédites entre l'Allemagne et la BCE d'une part, et la France et l'Allemagne d'autre part, le Conseil de l'Europe est parvenu à un compromis acceptable par toutes les parties. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont su chacun céder sur leurs positions initiales et offrir ainsi une porte de sortie plus qu'honorable à la BCE, gardienne de l'euro. L'accord est historique à plus d'un titre. Tout d'abord, il conforte le rôle central du Fonds européen de stabilité financière qui est désormais autorisé à racheter de la dette souveraine au prix de marché. Ce pas décisif pour l'Europe acte une mutualisation du coût de sauvetage des pays de la zone euro en difficulté et annonce, par conséquent, l'amorce d'un fédéralisme économique, idée qui s'est progressivement imposée chez tous ceux qui souhaitent la consolidation de l'euro.

Ensuite, il permet un rééchelonnement de la dette dans une approche globale et non plus au cas par cas. Il ne s'agit plus du sauvetage de la Grèce mais bien de la zone euro. Cette restructuration, qui cache encore son nom, devait avoir lieu et elle aura lieu de façon organisée. L'incertitude est levée et les marchés peuvent respirer. Enfin, l'accord traduit un début de volonté politique pour résoudre une crise qui s'éternise depuis trop longtemps. Il faudra sans doute du temps pour comprendre comment les autorités européennes ont pu s'enfermer ainsi dans une impasse au nom de la défense d'intérêts particuliers. C'est bien l'intérêt collectif qui a primé ce jeudi à Bruxelles. Et la consolidation budgétaire, qui reste nécessaire, est désormais crédible puisque les efforts exigés ne seront plus absorbés par des taux d'intérêt faramineux. Et tant pis si cela doit se traduire ou non par un « défaut sélectif » de la dette grecque ou portugaise. De cette épreuve, l'euro sortira finalement renforcé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :