N'enterrez pas (trop vite) François Hollande !

 |   |  1047  mots
François Hollande n'avait certes rien à dire de bien nouveau pour sa quatrième conférence de presse. Visiblement atteint, le président a néanmoins démontré sa forte capacité de résistance face à l'adversité.

Déplacer 350 journalistes à l'Elysée pour leur expliquer que le président de la République a beaucoup de pouvoirs en France, dont celui de bombarder des « terroristes » en Irak, ou bien de se maintenir jusqu'au terme du mandat de cinq ans que lui a confié par le peuple, certes, mais pas le pouvoir de commander la pluie, qui l'a inondé lors de son discours à l'Ile de Sein fin août, la belle affaire ! Décidément, "c'est pas facile" d'être président, pour paraphraser la nouvelle anaphore élyséenne ! C'est un François Hollande spectral, presque enclin à solliciter la pitié des Français, que l'on a vu et entendu hier, visiblement atteint par l'impopularité record dont il fait l'objet, mais dont il affirme qu'elle ne le fera pas dévier de sa mission.

C'était finalement cela, la seule véritable annonce de la quatrième conférence de presse biannuelle du chef de l'Etat. Il est loin ce 14 janvier 2014 où un François Hollande déterminé lançait son pacte de responsabilité. Depuis lors, l'orage, qui a éclaté à Paris juste avant son intervention, n'a cessé de tonner sur une France en panne de croissance et de résultats sur les deux fronts économiques : l'inversion de la courbe du chômage et celle des déficits.

Touché, François Hollande, l'est assurément. Mais coulé ? Rien n'est moins sûr et ce qui frappe le plus, alors que Manuel Valls a obtenu cette semaine le vote de confiance qu'il n'était pourtant pas obligé de solliciter, c'est la résilience de cet homme à qui rien n'a été épargné et qui, à dire vrai, ne s'est rien épargné non plus, entre ses problèmes de couple, son divorce avec une partie de sa majorité frondeuse et la vengeance de son ex-Première Dame qui a été jusqu'à l'accuser de "ne pas aimer les pauvres", lui, le socialiste bourgeois. Avec une telle accumulation de catastrophes, nombreux, sans doute la majorité des Français, sont ceux qui se disent que ce président est fini, usé, fatigué. Et n'a non seulement aucune chance d'être réélu en 2017, mais pire, ne pourrait même pas, dans la situation actuelle, être candidat.

Le chef de l'Etat ne l'a d'ailleurs pas caché : si Manuel Valls n'avait pas obtenu une majorité, certes relative, mardi, il aurait dissous l'Assemblée nationale (lire à ce sujet notre fiction sur « Les 100 derniers jours de François Hollande » dans La Tribune hebdomadaire ce vendredi). Mais voilà, cette étape est désormais passée, et même s'il y aura d'autres rendez-vous, notamment cet automne le vote du budget, la route s'éclaircit pour la seconde partie du mandat, pour peu que le scénario qu'il a dessiné hier se produise.

La résilience, c'est le fait de survivre à un choc violent, d'y résister, de le surmonter et d'être malgré tout capable d'agir, sans peur. Si la résilience, c'est passer de l'autre côté, et avancer, alors oui, on peut reconnaître cette qualité à François Hollande. Le cap du gouvernement est désormais fixé pour les trois ans à venir, dans la cohérence du choix, assumé, bien qu'il soit politiquement coûteux, de la mise en œuvre du pacte de responsabilité. Voté en juillet, ce pacte est désormais qualifié « d'irrévocable ». Il ne reste plus qu'à espérer qu'il produise les résultats escomptés avant 2017.

Deuxième changement positif pour François Hollande : son appel à une « réorientation » de la politique économique européenne commence à être entendu. La Banque centrale européenne avec les propos sans ambigüité de Mario Draghi contre une austérité excessive, la baisse, encore modeste, mais réelle, de l'euro, le plan en faveur de l'investissement du nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, tout cela pourrait produire dans les mois qui viennent un environnement plus favorable qu'au cours de deux dernières années.

Surtout que, le chef de l'Etat a été très ferme sur la position de la France à l'égard de Bruxelles et de l'Allemagne. La France donc, même une nouvelle fois dégradée par l'agence Moody's, n'ira pas au-delà des 50 milliards d'euros d'économies promises pour ne pas casser une croissance déjà très affaiblie. Et il n'y aura plus de hausses d'impôts pour "des contribuables qui n'en peuvent plus" (un point à vérifier s'agissant de la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu, qui risque d'être financée par les 7 millions non concernés par la baisse promise...). En clair, comme l'a déclamé Manuel Valls devant les députés mardi, la France a décidé de tourner le dos à l'austérité.

La chance de François Hollande, finalement, dont on pourra mesurer la réalité dans les mois qui viennent, c'est qu'après avoir servi de paratonnerre pendant deux ans (il a subi la foudre dés son élection lors de son déplacement en avion à Berlin !), il va pouvoir gommer son image trop social-libérale en s'appuyant sur les deux repoussoirs traditionnels de la gauche : le premier est le Medef qui, lui-même traversé de forces contradictoires, entre les partisans de la négociation avec le gouvernement et ceux qui plaident pour des réformes plus radicales (35 heures, code du travail, fonctionnaires), joue la surenchère. Et le second n'est autre que l'adversaire idéal que va représenter Nicolas Sarkozy dont le retour au cœur de la mêlée politique est annoncée pour ce week-end... De ce point de vue, l'appel du pied de François Hollande à une ouverture en direction de la droite centriste pour élargir la majorité est assez cousue de fil blanc. Quelle meilleure façon, au moment où la gauche qui gouverne applique pour partie le programme de la droite que d'essayer de la diviser et de troubler la volonté de l'ex-président de fusionner l'UMP et l'UDI dans un nouveau parti d'opposition.

Une chose est sûre, François Hollande, pour être politiquement diminué, n'a pas oublié les leçons de son maître florentin François Mitterrand. 2017, ça commence... maintenant ? Comme le disait André Gide : "Il faut savoir suivre sa pente, mais en la remontant."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2014 à 8:26 :
Il nous a menti sur presque tout par incompétence ou préméditation pour arriver au pouvoir et aggraver la crise : il n'y aura aucun résultat d'ici deux ans et la situation du pays s'enfonce toujours plus : pour ceux qui lui succederont l'héritage sera terrible
a écrit le 22/09/2014 à 14:59 :
IL fait peur. Oui, à certains de son retour, pour la simple raison qu'avec les socialistes ILS ont pu magouiller, déclaration des revenus, prime substantielles...des accords dans le genre : donne moi ce que tu as, je te donnerai ce que j'ai ! Et la peur de tout perdre.
a écrit le 19/09/2014 à 21:13 :
Il aurait dissouT
a écrit le 19/09/2014 à 16:09 :
Calme, courage, dignité, honnêteté.. finesse et sens de l'Etat! Pas le moindre sectarisme.. et contrairement à d'autres, ne se cherchant pas de bouc émissaire.. cet homme responsable m'a impressionnée hier.. certes, c'est un soc dem, mais il fait du bien à la France. quand je repense à ces cinq années de vulgarité d'affairisme et qui se sont soldées par une dette accrue de 500 milliards d'euros.. je frémis. Il va falloir longtemps pour redresser la France, courage monsieur Hollande!
Réponse de le 19/09/2014 à 17:49 :
Et bien vous avez de la m...e dans les yeux où vous êtes maso
Réponse de le 20/09/2014 à 12:50 :
Non, elle se sert de son cerveau contrairement à ceux qui ne savent que cracher sur la classe... qui les dépasse.
Réponse de le 20/09/2014 à 22:33 :
+1.

Les Français n'en ont-ils pas eu assez de Nombril 1er et de son gang?
Réponse de le 30/09/2014 à 19:35 :
Lâche po François
Réponse de le 30/09/2014 à 20:53 :
+1
Enfin des commentaires intelligents.
C'est vous Chris qui avez de la m... dans les yeux, aveuglé par ceux qui crient avec les loups.
Comment peut-on comparer les responsables d'aujourd'hui avec les irresponsables mafieux d'hier...!?
a écrit le 19/09/2014 à 13:51 :
C'est qui les plus cons, François Hollande ou les 350 journaliste qu'ils l'ont écouté pendant 2 heures en sachachant qu'il n'avait rien à dire.
a écrit le 19/09/2014 à 12:56 :
S IL SE REMET AU TRAVAIL ET ACONPLIES SES IDEES POUR LA // 2 // TRANCHES DE SONT MANDAT? C EST A DIRE LA RETRISBUTION ET LES ECONOMIES DE LETAT ?IL PEUT REUSSIR A RENVERSE LA MAUVAISE OPIGNON ? QUE LE PEUPLE A DE SA POLITIQUE ACTUEL???
Réponse de le 19/09/2014 à 13:52 :
Oui éh ben il ne renversera pas la mienne d'opinion, je peux vous l'assurer. Par contre si vous pouviez renverser votre orthographe dans le bon sens se serait pas mal aussi.
Réponse de le 19/09/2014 à 17:51 :
Moui, vous n'êtes pas très bien placé pour donner des leçons : "ce serait pas mal aussi", plutôt que "se...".
Réponse de le 19/09/2014 à 20:15 :
ça serait pas mal, non ?
a écrit le 19/09/2014 à 12:01 :
Il a plutôt été bon hier soir. En dépit de ce que peuvent dire ses adversaires, les journalistes, les humoristes parfois à court et redondants, le peuple, le Président a deux grandes qualités: il est intelligent et à de l'humour. Peut-être meme que l'avenir nous apprendra que c'était quelqu'un d'honnete
a écrit le 19/09/2014 à 11:11 :
On a les élus que l'on mérite même si on a pas voté pour eux et même s'ils ne représentent pas plus de 30% des voix : c'est ce que l'on appelle la démocratie.
En général ceux ne sont pas des prix nobel mais des arrivistes à tout prix et quand ils sont "arrivés", ils ne lâchent plus le pouvoir.
Réponse de le 19/09/2014 à 13:59 :
Pour ma part je ne pense pas avoir mérité cet hurluberlu car je n'ai pas voté au second tour des présidentielles. Nous sommes 40% dans ce cas. Alors c'est allez un peu vite en besogne que d'affirmer qu'on a les élus que l'on mérite. Aujourd'hui la majorité c'est l'abstention. Tant qu'elle ne sera pas reconnue comme une opinion par ces élus-là, ces derniers ne mériteront pas nos votes.
Réponse de le 19/09/2014 à 21:11 :
En choisissant l'abstention, vous avez délégué aux autres la possibilité de choisir. Ce faisant, le candidat sorti des urnes ne peut pas ne pas vous convenir.
En outre, si vos candidats ne vous conviennent pas, engagez vous, vraiment, autrement qu'en vous cachant derrière votre canne à pêche les jours d'élection, il y a des partis, des syndicats, des groupes d'idées, qui n'attendent que les 40% de pêcheurs à la ligne. Et avec une telle masse, votre opinion sera prise en compte. Donc agissez vraiment si vous avez quelque chose à dire.
a écrit le 19/09/2014 à 10:58 :
>Qui voudrait rémunérer 14910 euros bruts par mois un type qui a fait de telles prestations durant 2 ans et demi ?
Il n'y a qu'un système républicain français pour se permettre cette absurdité
Réponse de le 19/09/2014 à 11:49 :
Donner le smic à nos gouvernants actuels serait encore gâcher de l'argent.
Par contre, pour avoir des ministres compétents, il faudrait des rémunérations nettement plus élevées que celles de simples cadres supérieurs !
a écrit le 19/09/2014 à 8:24 :
comme son predecesseur l'incompétence chronique
meme en affaire il est nul le sarko
oblige de revenir en polique pour vivre une honte pour les salaries francais
se personnage ne c'est meme pas se vendre malgré son carnet d'adresse
alors celui qui est en fonction qui pourrais demain lui faire confiance
tant de mensonge et surtout trop hesitant et innexistant
Réponse de le 19/09/2014 à 9:24 :
Ils devraient faire comme vous... se relire avant d'agir !
a écrit le 19/09/2014 à 7:56 :
j'aime cette presse libre et indépendante qui d'un seul élan, limite des années avant un scrutin, et sa porté et ses choix...
grotesque quand on y songe une minute. Et non, je ne pense pas à Le Pen en particulier, mais aux débats qui n'auront pas lieu ou seront détournés de leur mission essentielle.
a écrit le 19/09/2014 à 5:45 :
Le FRONT comme unique chance pour la FRANCE ou le chant des sirènes.
ACTIONNAIRE une activité très lucrative : Tous actionnaires alors, finis les livrets, les PEL, les assurances vie etc etc..... Investissez.
FH désigné lors d'une primaire alors que M.A mettait en garde contre le flou.. Les élections présidentielles :51,63 % 18 004 656 voix ,48,37 % 16 865 340 voix
Nicolas Sarkozy Abstentions 9 050 095 (19.65%)
la FRANCE est malade et tous veulent continuer les saignées pour aller mieux.
Relancer la consommation : fin des économies personnelles , achat des produits français
Réduction des dépenses de l'Etat : Les Français vont devenir de bons citoyens en privilégiant la prévention dans le domaine de la sécurité, de la santé etc etc..; vont être autre chose que des consommateurs n'ayant que des droits et pas de devoirs...... Ou il faudra payer plus.
a écrit le 19/09/2014 à 5:18 :
Bla-bla, tout cela n'est que sémantique et finira par le Front National... enfin on arrêtera de se fou--e du peuple et de la France!
a écrit le 18/09/2014 à 22:32 :
Ce pacte de responsabilité n’est qu’un transfert de richesse du peuple vers les actionnaires.

Qui peut m’expliquer en quoi le moindre emploi va être créé ? Sans carnet de commande plein, pas d’embauche, pacte ou non. Et si le carnet est plein, embauche, pacte ou non. Ce n’est pas compliqué pourtant.

Par contre, il est évident que, à activité équivalente, gagnant plus d’argent, le surplus sera reversé à l’actionnaire et/ou au dirigeant, qui bien entendu, lui, l’aura mérité. Merci pour eux. Je suis content de savoir que je paye, avec mes impôts, pour enrichir encore plus ces nantis…
Réponse de le 19/09/2014 à 0:17 :
Vrai pour les champions français qui vont très bien!
Utile pour d'autres, l'automobile, qui doit permettre d'augmenter les marges ou de proposer des prix plus attractif par rapport à la concurrence!
Un scandale que les banques, assurances et mutuelles en profitent!
Très utile pour certaines PME-TPE exportatrices qui sont sur la corde raide!
Donc, peut mieux faire....................
a écrit le 18/09/2014 à 21:51 :
Moi Président, je vous dévoilerai ma nouvelle anaphore : «Pas facile...»
Réponse de le 19/09/2014 à 8:51 :
Le tronc est pourri jusqu'au coeur : un petit effort, et il s'effondre, le flanby !
a écrit le 18/09/2014 à 21:49 :
C'est quoi ces choix de photos ? Genre Sarko qui l'air énervé et Hollande qui a l'air en pleine explication ? Une photo neutre de l'un et l'autre aurait été trop compliqué pour l'objectivité de l'auteur ?
Réponse de le 18/09/2014 à 22:33 :
En même temps, Sarkozy étant toujours énervé ou toujours dans l’outrance, difficile de trouver une autre photo. À l’impossible, nul n’est tenu.
Réponse de le 19/09/2014 à 0:08 :
excellente réponse validée. Marco
a écrit le 18/09/2014 à 21:16 :
Qu'il disparaisse de l'horizon, Julie et son scooter l'attendent.
Réponse de le 19/09/2014 à 14:48 :
c'est fini !
a écrit le 18/09/2014 à 21:10 :
Qui a beaucoup annoncé, qui attend, mais voilà nous sommes des millions et c'est dur coco !
a écrit le 18/09/2014 à 20:54 :
Comment la France a-t-elle pu élire un minus pareil... ?
Réponse de le 18/09/2014 à 23:26 :
Présentez-vous à la prochaine élection présidentielle !
Réponse de le 19/09/2014 à 11:02 :
je pense que la droite est en fait très contente de ne pas avoir le pouvoir en ce moment..... parceque la courbe du chômage avait repris son ascention vertigineuse, 1 ans avant que Hollande ne soit élu...... le déficit s'était réduit un peu...... à coup de subvention aux entreprises et à l'automobile..... mais les caisses étaient plus que vide....... et les impôt avaient réaugmenté de 30 milliards, avant hollande.....

bref, belle pagaille laissée par la droite après 10 ans de pouvoir.....
a écrit le 18/09/2014 à 20:13 :
Le pire qui puisse nous arriver c'est que Sarko annonce son intention de revenir à la tête de l'UMP, il va foutre un bordel monstre dont l'UMP ne se relèvera pas, et il va servir de repoussoir facile à cet hurluberlu qui se prend pour un président.
Ça ne va pas être triste !!!!
Réponse de le 18/09/2014 à 23:29 :
Comme on dit, même motif, même punition que pour @mollande...présentez-vous à la prochaine élection que l'on observe vos prouesses de dirigeant du pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :