Comment la voiture électrique est en train de faire mentir ses détracteurs

CHRONIQUE. A l'occasion de la tenue du congrès Electric Road (1), il convient de rappeler la désinformation sur le développement de la production de voitures électriques à grande échelle, que ce soit en terme de demande des consommateurs, de rareté des métaux ou encore de performances des batteries. (*) Par Didier Julienne, Président de Commodities & Resources.

7 mn

Didier Julienne.
Didier Julienne. (Crédits : Patrick FITZ / M&B)

Les chiffres de la voiture électrique (VE) étaient faux. En 2015, le taux de pénétration des voitures électriques était prévu à 4 % pour 2021 et 8 % pour 2030. Six ans plus tard, le chiffre de juillet 2021 est le triple des prévisions, à 13 % pour l'ensemble des trois marchés Europe-Chine-Etats-Unis, mais 20 % pour l'Europe, et la nouvelle anticipation de 2030 a été multipliée par cinq, à 40 %, celle de 2040 elle est déjà figée à 95 %.

C'est-à-dire qu'alors que 15 .000 véhicules électriques furent vendus dans le monde en 2010, ils seront probablement proches de 6 millions en 2021, 37 millions en 2030, plus du double en 2040  ; les ventes d'hybrides après avoir joué un rôle de transition important seront quasi nulles dès 2035. Certes, en 2040, les véhicules électriques à batterie (VEB) côtoieront encore des véhicules thermiques sur les routes, mais combien seront ces derniers et dans quels pays seront-ils encore utilisés ?

Des anticipations fausses et un complot anti-électrique

Retour en 2015. Certains estimaient que les véhicules électriques à batterie (VEB) ne déplaceraient pas plus de 1 % de la consommation pétrolière, mais d'autres anticipaient qu'ils menaçaient toute la demande pétrolière consommée par l'automobile  ; elle est estimée à 26 % de la demande en Europe. La tromperie, la falsification et le mensonge employés comme moyen légitime de parvenir à la réalisation d'objectifs font partie de l'histoire. C'est pourquoi des pro-pétrole inventaient et finançaient l'infox des « métaux rares » notamment par des publications, livres ou documentaires pour combattre la menace de la propulsion électrique sur la consommation pétrolière.

Puisque le mensonge possède le grand avantage de savoir d'avance ce que le public souhaite entendre, ce complot insistait sur plusieurs éléments.

Les « métaux rares » n'existent pas

D'abord l'infox des « métaux rares » prévenait que les ressources minières souterraines seraient insuffisantes et entraveraient l'expansion de la voiture électrique. Il devenait alors nécessaire d'exploiter les réserves métalliques sous-marines, notamment les nodules de l'Océan Pacifique ou bien dans certains grands fonds des sulfures, encroûtements ou autres sédiments polymétalliques. En 2021, la folie de tels projets sous-marins saute aux yeux tant l'impact néfaste d'une telle exploitation sur la biodiversité sous-marine est encore très loin d'être connu, maîtrisé, donc souhaitable. De plus, les ressources souterraines en cobalt, nickel, platinoïdes, lanthanides, bauxite, minerai de fer, voire cuivre sont durables. Les « métaux rares » n'existent pas, c'était une infox anti-électrique.

Ensuite, le bilan carbone des véhicules et la Chine étaient en cause. Chacun sait en effet qu'une flotte automobile européenne 100 % électrique éliminerait quasiment 20 % des émissions de CO2 de notre continent puisque le cycle de vie d'une voiture électrique reste toujours moins émetteur de CO2 que celui d'une voiture thermique que l'électricité soit charbonnière (50 %) ou bien hydraulique ou nucléaire (98 %). Alors qu'aucun constructeur ne parlait de neutralité carbone il y a peu, aujourd'hui tous emboîtent l'évidence et visent une telle neutralité : en 2030, Renault prévoit de vendre 90 % de VEB en Europe, Daimler prévoit de vendre 100 % de VE dans le monde, Audi 100 %, Porsche 80 %... De leurs côtés, plus de 30 pays ont figé une date de prescription des véhicules thermiques : la Norvège en 2025, l'Europe en 2035, les États-Unis en 2045... Quant à la Chine, comme l'Europe, c'est en 2035, et sans sa R&D et ses compétences dans l'écosystème des batteries et des VEB depuis 20 ans, la transition écologique aurait 20 ans de retard.

« Voiture verte, batterie rouge »

Puisque le mensonge présente ce qui est attendu, l'infox des « métaux rares » insistait également sur le slogan « voiture verte, batterie rouge » et ignorait la substitution. En effet, en 2015, la mode était aux batteries fortement chargées en cobalt  ; en 2020, le nickel était en vogue  ; en 2021, l'emprise mortifère des prix de ces deux métaux et l'insécurité thermique des batteries fortement chargées en nickel propulsent les batteries LFP (Lithium-fer-phosphate) sans cobalt ni nickel, elles équipent plus d'une batterie sur deux en Chine ; demain les batteries LMNO (Lithium-manganese-nickel-oxide) et LMO (Lithium-manganese-oxide), fortement chargées en un métal abondant, le manganèse, équiperont 55 % des VEB, ne laissant au nickel qu'une part de marché d'environ 15 %. Cette substitution largement prévisible pour un esprit industriel, renverse les théories géopolitiques métalliques inspirées des guerres du pétrole et mises en œuvre par l'infox des « métaux rares ». En outre, le même complot anti-électrique affirmait que ces batteries n'étaient pas recyclables alors que l'économie circulaire à grande échelle des batteries existe, et les industriels se battent pour les recycler. Infirmons enfin une nouvelle fois une autre contrevérité : les batteries des VEB ne contiennent aucune terre rare.

La même infox mystifiait aussi l'économie. Dans le passé, à condition de rouler plus de 10.000 km par an et avec un prix du carburant à 1,30 euro/litre, les économies liées à l'achat d'ancien VEB, comparées à une voiture thermique, permettaient un retour sur investissement en... 56 ans. À l'époque, le poids des batteries était proche de 500 kg pour une capacité allant de 50KWh à 75KWh et un coût supérieur à 10 .000 euros, lui-même fortement dépendant des variations des prix du nickel et du cobalt. Améliorer le rendement d'un VEB signifiait augmenter le roulage annuel grâce à la combinaison de la voiture autonome et de l'auto partagée. Depuis, le progrès des cathodes, mais également des anodes dopées au silicium, la forme et la disposition des batteries dans le véhicule ont déjà abaissé le prix et augmenté l'autonomie des VEB. Les innovations de demain sont notamment des batteries denses à électrolyte solide, au poids moyen de 150 kg, un prix inférieur à 5 .000 euros et à recharge rapide. La parité VEB et moteur à combustion est à portée de main, l'infox des « métaux rares » était statique, l'économie est toujours dynamique.

Sans hydrogène natif, pas la solution

En 2006, je conduisais pour la première fois une voiture à hydrogène, un Nissan X-Trail. L'avenir de cette filière était prometteur. Mais, de nos jours, son rendement énergétique de l'éolienne à la roue est si pauvre que seule l'hypothèse d'une exploitation économique d'hydrogène natif permettrait de justifier la voiture à hydrogène. Toutefois, l'emprise des platinoïdes dans les piles à combustible n'est toujours pas résolue.

En dépit des statistiques initiales et d'un complot métallique, la voiture électrique a déjà séduit les consommateurs par son intelligence et abandonne derrière elle le stupide piège des « métaux rares ». Désormais, le travail des filières et des écosystèmes industriels ne fait que commencer pour répondre à un marché qui sera multiplié par un facteur 35 d'ici à 20 ans.

________

(1) Le congrès Electric Road se tiendra du 18 au 20 octobre au parc des expositions de Bordeaux. Ce congrès qui se déroule chaque année depuis six ans a pour ambition de réunir les meilleurs industriels et les meilleurs experts pour réfléchir et proposer des outils de décision sur l'ensemble des enjeux et des défis que représente la formidable mutation que nous imposent les dangers climatiques.

(*) Didier Julienne anime un blog sur les problématiques industrielles et géopolitiques liées aux marchés des métaux. Il est aussi auteur sur LaTribune.fr.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 41
à écrit le 17/09/2021 à 0:24
Signaler
Affirmez tant de chose sans aucune preuve ou source ... Quel beau journalisme ... Les reportages sur les enfants devant extraire des métaux rares des mines pour construire des batteries de VEB existent réellement et sont nombreux ...

le 19/09/2021 à 11:45
Signaler
Cultivez-vous au lieu de regarder Arte ou Netflix Lisez Mais d'où vient exactement l'information anti-voiture électrique ? Le chinois CATL et l'américain Tesla ont-ils signé la mort du cobalt  ?

à écrit le 16/09/2021 à 21:42
Signaler
Ma Zoé et moi on est content de lire tout cela.

à écrit le 16/09/2021 à 15:56
Signaler
On passe d'un extrême à l’autre, l'électrification des véhicules semble avoir réglé ses problèmes d'un coup de baguette disant, tout nos détracteurs étaient des menteurs pro pétrole. C'est puéril, et cela n'efface pas les problèmes majeurs, dont le p...

à écrit le 16/09/2021 à 7:04
Signaler
Et bien ! Ça c'est un article plein de certitudes. Quel ton ! On s'éloigne du journalisme apparement a la Tribune. Faites attention à ce que vous publiez quand même,. Il me semble que la crédibilité est un paramètre primordial quand on travai)e dans ...

à écrit le 15/09/2021 à 11:13
Signaler
J'avoue que j'ai du mal a comprendre (donc a croire) qu'une voiture électrique qui roulerait uniquement avec de l'électricité produite par du charbon, aurait une empreinte carbone 50 % plus faible qu'une voiture thermique. Beaucoup de mal a croire ce...

le 15/09/2021 à 12:10
Signaler
Bonjour, je vais taper vite car le site se rafraîchis tout seul supprimant le commentaire avance tapé. .. bref, pour essence vers moteur ou par centrale elec. Le bénéfice va à l'elec à cause des rendements. Entre 5 et 40% pour le mot à essence, et e...

à écrit le 15/09/2021 à 11:13
Signaler
J'avoue que j'ai du mal a comprendre (donc a croire) qu'une voiture électrique qui roulerait uniquement avec de l'électricité produite par du charbon, aurait une empreinte carbone 50 % plus faible qu'une voiture thermique. Beaucoup de mal a croire ce...

à écrit le 15/09/2021 à 10:19
Signaler
La simple maîtrise d une règle de trois et des notions de base de physique permettent de discréditer la conclusion de la article. La chute risque d être vertigineuse pour ceux qui pensent que un miracle technologique permettra de continuer à vivre c...

à écrit le 15/09/2021 à 9:49
Signaler
Les métaux rares n'existent pas, c'est un complot ! Et ce sont donc des complotistes qui ont inventé la révolte des paysans andins qui voient leur terre être pourrie par des industriels, ce sont encore d'affreux lobbyistes pro-pétrole qui obligent le...

le 16/09/2021 à 18:58
Signaler
En fait, les paysans andins qu'on voit sur les photos et les articles 'à charge' sont majoritairement ceux de Bolivie. Sauf que ce lithium est un sous-produit, ou plutot un déchet de l'exploitation des phosphates. En fait, les salars, ce sont des mar...

à écrit le 15/09/2021 à 8:58
Signaler
Quelques problèmes demeurent... 1 réseau électrique insuffisant 2 production électrique insuffisante 3 points de recharge en nombre insuffisant 4 durée de recharge (40 mn en supercharge contre 5mn pour faire le plein d'une thermique) : bonjour le...

à écrit le 15/09/2021 à 7:53
Signaler
Ce monsieur devrait venir en Asie, Japon, Coree pour se rendre compte que la penetration de l'electrique est quasi nul en dehors des grandes cites. Il doit toucher une com pour raconter des aneries.

le 15/09/2021 à 8:09
Signaler
Oui, au milieu du Sahara non plus il n'y a pas de VR

à écrit le 14/09/2021 à 19:20
Signaler
Alors Guillaume Pitron a tout faux sur les terres rares ? Quelle serait la demande de fourniture d'électricité pour alimenter un parc automobile de 30 millions en France ? A quel horizon l'autonomie de 500 km et la recharge en 10 mn ?

le 15/09/2021 à 8:20
Signaler
Pour le reste oui, pitron n'est qu'un Pitre qui a trouvé le gogo public dont a besoin ce genre de literature. Un journaliste a toujours été plus intéressé par le buzz et le scoop bidon que par l'information. L'autonomie de 500km et la recharge 10mn ...

le 15/09/2021 à 8:20
Signaler
Pour le reste oui, pitron n'est qu'un Pitre qui a trouvé le gogo public dont a besoin ce genre de literature. Un journaliste a toujours été plus intéressé par le buzz et le scoop bidon que par l'information. L'autonomie de 500km et la recharge 10mn ...

à écrit le 14/09/2021 à 19:02
Signaler
Tres bel exercice de lobbying, avec quelques contre-vérités au passage. J'espère qu'il sera grassement rémunéré pour l'effort produit.

le 15/09/2021 à 8:11
Signaler
On aurait aimé savoir ce que sont ces quelques contrevérités

à écrit le 14/09/2021 à 18:52
Signaler
Un menteur, il représente qui pour faire ce type d'article. le bilan carbone est negatif pour les voitures électriques. Elles roulent très peu, seulement pour les petits déplacements alors que la deuxieme voiture du couple un bon diesel roule bien pl...

le 14/09/2021 à 22:33
Signaler
Il n'y a aucune aberration à stocker de l'énergie électrique dans une batterie tel que des outils électroportatifs (e.g. perceuse-visseuse) exploités parfois sur des chantiers dépourvus de réseau électrique. La véritablement aberration c'est de ...

le 15/09/2021 à 9:07
Signaler
Que ce soit le GIEC, l'ADEME ou encore bien d'autres analyste spécialistes de l'économie énergétique, tout le monde se trompe en disant que sur le cycle de vie le VE est beaucoup plus écologique que le VT quelles que soient les lieux de la planète et...

le 15/09/2021 à 9:07
Signaler
Que ce soit le GIEC, l'ADEME ou encore bien d'autres analyste spécialistes de l'économie énergétique, tout le monde se trompe en disant que sur le cycle de vie le VE est beaucoup plus écologique que le VT quelles que soient les lieux de la planète et...

à écrit le 14/09/2021 à 16:18
Signaler
C'est qui le menteur qui dissimule l'implacable réalité du présent en débitant des balivernes d'un futur incertain? Par ailleurs, dans ce futur le lithium reste toujours un métal essentiel à la fabrication de batteries dont les gisements sont p...

le 15/09/2021 à 9:03
Signaler
le lithium particulièrement abondant sur Terre (32 em élément classé par abondance sur les 90 décrits dans la table de Mendeleïev) se trouve réparti partout sur la planète et la Chine est loin d'être favorisée sur ce plan. Le principal gisement conn...

le 15/09/2021 à 14:22
Signaler
Le lithium est très repandu sur la planète et le principal gisement est en Amérique du Sud et s'étend sur 3 pays différent.

à écrit le 14/09/2021 à 15:13
Signaler
Très bien, tous en voiture électrique, on recharge où et comment ?

le 15/09/2021 à 9:24
Signaler
comme moi et 95% des utilisateurs de VE, sur une prise ordinaire dans votre garage.

le 15/09/2021 à 9:25
Signaler
comme moi et 95% des utilisateurs de VE, sur une prise ordinaire dans votre garage.

le 15/09/2021 à 14:26
Signaler
Comme moi sur une prise ordinaire dand le garage, et comme 95% des electromobilstes

le 18/09/2021 à 12:06
Signaler
Bête que je suis, j'avais oublié que tous les citadins et banlieusards possédaient un garage muni d'une prise adéquate, et que le sur régénérateur D'EDF fonctionnait déjà

à écrit le 14/09/2021 à 14:06
Signaler
"puisque le cycle de vie d'une voiture électrique reste toujours moins émetteur de CO2 que celui d'une voiture thermique" il parait qu'une voiture électrique a un bilan CO2 plus élevé à la construction qu'une pétroleuse et qu'il faut donc s'en servir...

le 15/09/2021 à 9:16
Signaler
Le cycle de vie c'est de la fabrication au recyclage incus dans toutes les circonstances, pays de fabrication et d'utilisation. Par ailleurs le rendement de la traction VT est de 45% celui du VE de 98% et je ne connais pas de vt qui coute 1,50€ au 1...

à écrit le 14/09/2021 à 10:59
Signaler
J'ai hâte d'avoir une equivalente électrique digne d'une Dacia thermique d'aujourd'hui,la classe moyenne perdra beaucoup d'atout en passant en électrique...

à écrit le 14/09/2021 à 10:25
Signaler
Vous attaquez les détracteurs avant même qu'ils ne se prononcent, vous avez visiblement peur que cette rente disparaisse!

le 15/09/2021 à 9:21
Signaler
Cela fait déjà 10 ans que les détracteurs se prononcent, notamment Carlos Tavares qui a donc pris 10 ans de retard sur le reste du monde qui a choisi le VE. J'ai la mienne depuis 7 ans et je roule à 1,50 € au 100 km dans un confort que je ne connais...

à écrit le 14/09/2021 à 10:07
Signaler
Notre environnement a été façonné par et pour l'automobile, il semble que nous soyons handicapé de ne pas en avoir une au bord du trottoir! La mondialisation n'a pas arrangé les choses!

à écrit le 14/09/2021 à 10:07
Signaler
Merci pour ce point salutaire ! On attend une autre mise au point. Emmanuel M pour son deuxième mandat devra bien lancer la construction de 6 EPRs pour boucler la boucle

à écrit le 14/09/2021 à 8:23
Signaler
Soit. Mais les voitures électriques sont très chères, 35000 € pour l'ID3, c'est le double d'une VW Polo essence (17000 €). La voiture électrique reste un véhicule de riche

le 14/09/2021 à 14:01
Signaler
Il faut dire que la voiture abordable est un microévènement de l'histoire plutôt qu'une habitude. Si nous pouvions en parler à nos ancêtres, je pense qu'ils diraient tous, jusque dans les années 1950, que la locomotion autonome est chère et est limit...

le 15/09/2021 à 9:28
Signaler
Pouletcru a raison. lorsque j'etais enfant (j'ai 80ans) seuls les riches roulait VT. je conduits depuis 60 ans et je roule VE depuis 7. C'est vrai qu'elle était chere, mais aujourd'hui elles commencent à devenir abordable (DaciaSpring par exemple)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.