Macron face au risque du miroir aux alouettes

Donné en tête dans les sondages, au coude-à-coude avec Marine Le Pen, Emmanuel Macron va se retrouver jusqu'au premier tour la cible des critiques. Nouvelle étape à franchir, le débat de ce soir, où il doit démontrer que son programme est une alternative crédible.
Robert Jules
Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron. (Crédits : Reuters)

Lors du débat de ce soir, Emmanuel Macron va être l'objet de toutes les attentions et concentrer sur lui nombre de critiques de la part des dix autres candidats. Lors du premier débat, il avait été jugé le plus convaincant, ce qui lui avait permis par la suite de devancer régulièrement Marine Le Pen dans les sondages. En sera-t-il de même ce soir, c'est tout l'enjeu de ce deuxième débat.

Si la numéro un du Front National dispose d'un solide socle d'électeurs, mais limité par ce fameux "plafond de verre" pour gagner, ce n'est pas le cas du leader d'«En marche!». Il attire des électeurs qui sont avant tout séduits par son positionnement progressiste et moderne, sinon œcuménique comme l'illustre le large spectre de ses soutiens qui vont de Robert Hue (ancien dirigeant du PCF) à Alain Madelin (libéral) en passant par François Bayrou (centriste) dont le Modem qui, il faut le souligner, est l'une des rares structures organisées au sein d'«En marche!».

Il peut compter également sur le soutien d'un poids lourd du gouvernement, Jean-Yves Le Drian, ou encore sur Manuel Valls qui, à défaut de ralliement, a annoncé bruyamment qu'il voterait Macron, en trahissant au passage son engagement envers le vainqueur de la primaire de gauche, et en rappelant  ainsi que la morale fait rarement bon ménage avec la politique, un art qui consiste à savoir agir en fonction des circonstances et des opportunités.

Talon d'Achille

Cette large adhésion est paradoxalement le talon d'Achille du leader d'«En marche!». Si l'éclectisme des soutiens peut faire une majorité, il fait aussi la fragilité de la popularité actuelle d'Emmanuel Macron, avec le risque d'un retournement suffisamment important pour se retrouver à la troisième place. On se rappellera des déboires de certains favoris en leur temps tels Edouard Balladur, Lionel Jospin ou, plus récemment, Alain Juppé. Avant le deuxième tour, il y a un premier tour.

Jusqu'à maintenant, en effet, l'ancien ministre de l'Economie a su habilement composer avec un contexte qui l'a servi. La décision de François Hollande de renoncer à se présenter, une extrême-droite puissante, un candidat des Républicains (dont l'ambitieux programme économique radical inquiète certains électeurs) mis en examen pour soupçon d'utilisation d'argent public à des fins personnelles, un Parti socialiste au bord de l'implosion, et un Jean-Luc Mélenchon en pleine forme. Tout cela lui a ouvert un boulevard.

Ensuite, le personnage, jeune, brillant, nouveau venu dans la politique, ringardise une partie du personnel politique. Son discours policé mais qui tranche avec la langue de bois courante trouve des oreilles attentives. Il apporte ainsi un air frais dans un milieu qui peine à sortir de ses bonnes vieilles habitudes d'appareils. Une partie importante de son électorat potentiel adhère à sa vision du renouvellement de la société française.

Il connaît le monde de l'entreprise et de l'économie en général, et il a inspiré nombre de réformes adoptées par le gouvernement socialiste, en tant que secrétaire de l'Elysée ou en tant que ministre de l'Economie. Pour certains, c'est un handicap, pour d'autres un avantage.

Réformes réalistes et modérées

Les réformes qu'il propose dans son programme se veulent réalistes et modérées tant sur les questions économiques (« étatisation » de l'assurance chômage, baisse des charges...) que sociétales ou encore internationales (ancrage européen et éloge de la mondialisation).

Son passé d'ancien banquier d'affaires rassure le secteur privé, et il n'a de cesse de mettre en avant la nécessaire modernisation du pays, ce qui passe par une politique ambitieuse en matière d'innovation et de transformation numérique.

Il veut que la France retrouve de la compétitivité pour créer des emplois et faire baisser le chômage, notamment chez les jeunes. Cet air est déjà connu, on l'a entendu chez François Fillon ou encore chez François Hollande.

S'il est élu, la moitié de son gouvernement sera issue de la société civile, a-t-il promis, et l'autre moitié, donc, du monde politique professionnel. Mais il s'est bien gardé de dire à quelle catégorie les postes régaliens seraient attribués.

Convertir à tout prix

S'il veut gagner, Emmanuel Macron doit donc impérativement convaincre - au moins jusqu'au premier tour - que son programme n'est pas un miroir aux alouettes et convertir des citoyens séduits en électeurs convaincus.

Le débat de ce soir constitue donc une étape importante qu'il ne peut rater. Car si le doute s'installe, nombre d'électeurs seront tentés dans le secret de l'isoloir de retrouver les vieux réflexes en revenant à leur famille politique habituelle.

Robert Jules

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 48
à écrit le 06/04/2017 à 9:51
Signaler
Une salle à moitié pleine à Marseille et beaucoup de monde s'en allant durant son discours tellement il était sans intérêt...

le 06/04/2017 à 21:31
Signaler
Idem à la Réunion salle presque vide et les gens quittaient la salle pendant le meeting

à écrit le 06/04/2017 à 7:59
Signaler
Bonnet Blanc, Blanc Bonnet Comme Choix ;))!! Le candidat d'en marche propose l'austerite pour marginaliser la classe moyenne et les faibles/pauvres!! L'autre, soit disant patriote! propose "le nationalism" qui dans l'histoire as toujours fini en cata...

à écrit le 06/04/2017 à 6:21
Signaler
1) oui, M. Emma Cron est un "miroir aux alouettes" et l'on sait, dans l'histoire, ce qu'il advient aux alouettes qui se laissent berner, 2) avec tous ces ralliements grossièrement et grassement mis en scène, il est quand même surprenant que M. Emma ...

à écrit le 05/04/2017 à 19:13
Signaler
Macron cumule les résultats positifs face à le Pen et Fillon, son parcours est exceptionnel, pas vu depuis longtemps en France car parti de rien comparé aux autres donc super vision des choses, il fallait le faire. Cà redonne enfin de l'espoir de nou...

le 05/04/2017 à 22:48
Signaler
@Parcours objectivement exceptionnel de Machin, etc...." "...son parcours est exceptionnel, bla, bla, bla,...." - La gauche ou ce qu'il en reste, a perdu la bataille idéologique depuis belle lurette. On est face à un moribond qui n'en finit pas de...

le 05/04/2017 à 23:36
Signaler
@ Kiki : le parcours de Macron parti de presque rien avec presque rien sans parti et sur le point d'être élu président en un temps réduit est exceptionnel. Trouvez d'autres exemples en France ?? Par ailleurs c'est lui qui regroupe le maximum de franç...

le 06/04/2017 à 7:40
Signaler
@ parcours ...: un parcours que vous qualifiez d'exceptionnel ne fait pas pour autant un bon chef d'état. Quant au parcours, il laisse des traces guère reluisantes, comme conseiller de FH et avec de nombreuses zones d'ombre

le 06/04/2017 à 21:37
Signaler
Parti de rien ... ancien banquier chez ROTHSCHILD puis secrétaire d'état et enfin ministre des finances et de l'économie chez Hollande avec le bilan catastrophique que l'on connait !

à écrit le 05/04/2017 à 18:02
Signaler
Macron, deuxième étage de la fusée socialiste. le premier étage est largué et va se désintégrer. mais à force de faire monter tout et n'importe qui dans sa navette, l'attraction terrestre va se révéler inéluctable

à écrit le 05/04/2017 à 17:51
Signaler
...Au moins, et en tout cas, il ne semble pas avoir la propension ni la volonté de transformer toute la France en pays du «Pas vu, pas pris!»...

à écrit le 05/04/2017 à 15:58
Signaler
La gauche a brillé , et Mr Macron l'européen convaincu , à lui , scintillé comme étant l'unique valeur sûre carrossable pour le costume de chef de l'état , vue les autres concurrents peux crédibles , ou demagos et sectaires ou extrêmes , ou avec ...

le 05/04/2017 à 18:04
Signaler
"vrai rassembleur" ? De qui, des gogos qui se laissent prendre à ses discours creux, contradictoires et à sa figuration de télévangéliste, alors qu'il n'a jamais gouverné quoi que ce soit et uniquement ciré les bottes de Hollande ? Les autres ont des...

à écrit le 05/04/2017 à 15:39
Signaler
Au final, il n'a rien prouvé. Il a été fade et les concurrents ont été plutôt gentils avec le bizuth

à écrit le 05/04/2017 à 14:49
Signaler
Macron est au contraire le plus unificateur des français, les sondages y compris de ce débat le confirment comme le meilleur président très loin devant Fillon et le Pen. Il est un peu comme Giscard en son temps qui avait laissé un bon bilan. Macron e...

le 05/04/2017 à 15:02
Signaler
Il a un grand effet unificateur de la majorité du P.S et même au de la du modem , des vieux routards de la politique de ces quarante dernières années , c'est le changement dans la continuité d'une jeunesse qui n'en finit pas .

à écrit le 05/04/2017 à 14:40
Signaler
vous entrez dans une petite agence bancaire et là, un Macron beau parleur en costard cravate vous propose un contrat miracle à 25% par an pour 5 ans. Allez vous signer ?

à écrit le 05/04/2017 à 13:57
Signaler
Macron? Toujours aussi creux, il cherche à faire plaisir à tout le monde mais personne ne comprend le cap qu'il veut donner..et pour cause, il vaut économiser 60 Mds sur les dépenses, mais annonce un tas de dépenses supplémentaires? Il veut supprimer...

à écrit le 05/04/2017 à 11:48
Signaler
Macron laisse l'impression du beau parleur style vendeur de foire, mais au final on ne comprends pas grand chose à ce qu'il dit, probablement parce qu'il répète des phrases toutes faites, souvent copiées dans les discours des candidats du passé, ...

à écrit le 05/04/2017 à 11:25
Signaler
Macron dans l'analyse de son électorat regroupe la majorité des jeunes, des gens formés, des cadres, des entrepreneurs, des ouvriers qualifiés, une bonne partie des agriculteurs etc. Il regroupe donc la majorité des français. Ne lui manque qu'une par...

à écrit le 05/04/2017 à 11:09
Signaler
Ilui faudra une majorité pour gouverner, et ce n'est pas gagné avec son rassemblement digne de la cour des miracles.

à écrit le 05/04/2017 à 10:32
Signaler
m macron c est bisounourse et tous monde il est beau tous le monde il est gentil?mais la realite c est qu il y derriere lui le monde de la finance de la presse ecrite et des medias de droite et meme les socialites de droite ; en reprendre pour 5 a...

à écrit le 05/04/2017 à 10:25
Signaler
Macron face au risque du miroir aux alouettes Macron face EST UN GROSSIER miroir aux alouettes, la bulle Macron est purement artificielle, il ne passera pas le 1er tour, il n'a pas la stature, Macron n'est que le fils spirituel de HollandeValls...

à écrit le 05/04/2017 à 9:17
Signaler
Comment pouvez vous parler de macron comme d'un homme neuf alors que toutes ses idées économiques sont de la droite néolibérale que l'on se tape depuis 30 ans ? Travailler plus pour gagner moins, en quoi c'est neuf comme programme ? C'est LE pro...

à écrit le 05/04/2017 à 8:37
Signaler
Macron est quand même relativement protégé par l'extrémisme des autres candidats, le plafond de verre ne s'applique pas qu'à MLP mais aussi aux autres candidats.

à écrit le 05/04/2017 à 8:31
Signaler
Les propos de la marionnette Macron n’ont ni queue, ni tête. Ses prises de parole sont tellement CONFUSES et INCOHÉRENTES que cela en devient presque comique. Macron est comparable à un acteur amateur jouant dans les mauvaises annonces publicitaires ...

le 05/04/2017 à 10:04
Signaler
C'est quoi une entreprise française ? Toyota qui construit ses Yaris à Dunkerque, Mercedes ses Smart à Hambach ou Renault ses Dacia en Roumanie ? Discours creux et contradictoire.

à écrit le 05/04/2017 à 8:21
Signaler
Attention danger pour les propriétaires occupants. Macron lorsqu'il était au gouvernement était proche des individus qui proclament: qu'il faut taxer les propriétaires occupants. Et monsieur Macron est contre la rente immobilières sous toutes ses for...

le 05/04/2017 à 8:41
Signaler
Helas Macron n a pas dit qu il allait taxer les proprietaitaires occupant (cflemonde.fr). Ca serait pourtant une bonne idee, c est deja appliquee dans des pays notoirement communistes : les USA et la suisse

le 05/04/2017 à 9:07
Signaler
@cd . Il n'y a pas d'impôt foncier en Suisse

le 05/04/2017 à 10:59
Signaler
Les propriétaires occupants sont déjà taxés en France, ça s'appelle la taxe foncière.

à écrit le 05/04/2017 à 7:51
Signaler
Macron, et de loin le plus fiable !

le 05/04/2017 à 9:44
Signaler
Fiable ? Alors qu'il se contredit sur de nombreux sujets, qu'il reste dans le flou sur des thèmes importants, qu'il dénigre la France, et qu'il est l'esclave de la grande finance mondialiste, il est impossible de lui accorder la moindre confiance. En...

le 05/04/2017 à 15:41
Signaler
Oui, il est nul et de manière constante. Pas de mauvaise surprise, la Hollandie est à son cours, proche de zéro crédibilité

à écrit le 05/04/2017 à 7:14
Signaler
MACRON un candidat brillant mais trop fragile avec un programme économique qui ne va au bout pour relever le pays il fera un excellent chef d'une opposition constructive

à écrit le 05/04/2017 à 6:19
Signaler
Macron, lhomme qui va faire Pschittttt comme dirait Chirac.

à écrit le 05/04/2017 à 3:54
Signaler
C'est en lisant ce genre d'article qu'on se réjouit du mariage pour tous. L'auteur n'aurait pas pu mieux s'y prendre pour déclarer sa flamme. C'est beau, vraiment. J'en aurais les larmes aux yeux...

à écrit le 05/04/2017 à 2:44
Signaler
Macron ressort comme le présidentiable le plus crédible selon les sondages à la suite des débats. Il avait effectivement peu de temps pour s'exprimer mais son programme est le plus réaliste et intègre le mieux la majorité des français même s'il y ava...

à écrit le 04/04/2017 à 23:05
Signaler
Macron est apparu creux, agressif et pour tout dire, ridicule

à écrit le 04/04/2017 à 22:49
Signaler
Macron c'est une imprimante 3D ENA, Rostchild et holandais. Ses discours sont creux et sonnent faux. C'est le fiston de sa mère

à écrit le 04/04/2017 à 20:26
Signaler
"Son discours policé mais qui tranche avec la langue de bois courante" Vous plaisantez ? Vous avez déjà ecouté un de ses discours. Le vide sidéral, cet homme est l'incarnation de la langue de bois.

à écrit le 04/04/2017 à 20:08
Signaler
La moitié des pseudo électeurs de Macron disent penser à lui par défaut !

à écrit le 04/04/2017 à 20:03
Signaler
Macron , c'est aussi la hausse de 1.7 % de la CSG, un impôt qui frappe les revenus. Comment imaginer qu'un responsable puisse encore envisager une augmentation de la fiscalité. 45 milliards d'impôts en plus sous le quinquennat Hollande avec Macron c...

le 05/04/2017 à 8:24
Signaler
La CSG est un excellent impôt à assiette large, frappant de la même manière tous les revenus c'est probablement l'impôt le plus juste, auquel chacun contribue à raison de ses revenus.

le 05/04/2017 à 8:44
Signaler
Macon veut taxer plus les retraités, taxer l immobilier et detaxer l investissement dans l economie francaise. Bref si vous etes vieux votez Fillon qui lui promet de serrer la ceinture qu aux actifs. Si vous etes jeunes ou pensez a l avenir de vos en...

le 05/04/2017 à 9:49
Signaler
@ bruno_bd: quelles que soient avantages ou non de tel ou tel impôt, il est impératif de diminuer l'overdose fiscale de la France, la taxation à tout va, et les dépenses publiques, nationales et locales. Le peuple, incluant la classe dite moyenne, cr...

le 05/04/2017 à 10:55
Signaler
Suis d'accord avec vous, le problème , c'est qu'il ne reste plus que 47 % de français qui payent l'IR . Dans l'idéal, il faudrait fusionner l'IR avec la CSG et ainsi avoir un impôt payé par tous les français avec des taux de prélèvement très bas. Q...

le 05/04/2017 à 13:47
Signaler
Je me permets d'intervenir dans ce débat intéressant. L'économie est une chaine dans laquelle ce que certains donnent est reçu par d'autres. Mais le monde extérieur refuse de payer sauf s'il ne peut faire autrement. Dans le cas des avions, il achèter...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.