Macron, retraite impossible, clause du « grand-père » impensable

 |   |  611  mots
(Crédits : BENOIT TESSIER)
ÉDITO. La grève du 5 décembre, que les syndicats annoncent dure, massive et reconductible, va mettre la France, et particulièrement la région parisienne, dans ce qui va ressembler à l'hiver de 1995. Par Philippe Mabille, directeur de la rédaction.

Est-il encore temps d'arrêter cette grève... Comme pour paraphraser Maurice Thorez, François ­Hollande vient d'alerter son successeur et ancien collaborateur. L'ex-président a demandé mercredi sur BFM et RMC au gouvernement « d'ouvrir toutes les discussions », de « mettre tout sur la table » d'ici au 5 décembre pour tenter « d'apaiser » une colère que les syndicats eux-mêmes ne sont pas certains de parvenir à contrôler. On l'a vu au dépôt de TGV de Châtillon, la base des cheminots est au bord de l'insurrection face aux trois chocs majeurs que va absorber la SNCF en 2020 : choc de compétitivité avec l'ouverture à la concurrence, choc statutaire avec la réforme de l'entreprise, et choc culturel avec la fin programmée de son régime
spécial de retraite.

Astuce politique

La grève du 5 décembre, que les syndicats annoncent dure, massive et reconductible, va mettre la France, et particulièrement la région parisienne, dans ce qui va ressembler à l'hiver de 1995. Le gouvernement a déjà « pour partie retiré » son projet, « puisqu'ils disent que ce serait uniquement pour les nouveaux entrants », a souligné François Hollande... L'ancien président fait référence à la fameuse « clause du grand-père » évoquée de moins en moins discrètement par le pouvoir pour faire avaler sa réforme aux opposants les plus récalcitrants.

SNCF, EDF, RATP, même capacité de nuisance, même pouvoir de bloquer le pays et donc même traitement de faveur : la réforme ne s'appliquerait qu'aux seuls nouveaux entrants à compter de la mise en application du nouveau régime universel en 2025... Et donc ne concernera en réalité que les « petits-enfants » de la génération actuelle, d'où le nom de clause du « grand-père », astuce politique qui donne des boutons au père de la réforme, Jean-Paul Delevoye, vertement recadré depuis par le Premier ministre Édouard Philippe.

Lire aussi : Retraites : Delevoye ne privilégie pas l'application de la réforme aux seuls nouveaux entrants

Égalité réelle VS iniquité

Le fils spirituel d'Alain Juppé est bien placé pour savoir où conduit le jusqu'au-boutisme lorsque l'on veut toucher aux régimes dits spéciaux. Et pourtant, qui peut sérieusement croire qu'Emmanuel Macron puisse n'appliquer en 2025 le régime universel des retraites qu'aux seuls salariés du privé de la génération 1963, au prétexte qu'ils sont les seuls que l'on n'entend jamais crier ? Comment le président de tous les Français, élu sur la défense de « l'égalité réelle » peut-il même imaginer une telle iniquité ? La clause du grand-père est bien évidemment impensable, tout comme est impossible la retraite d'Emmanuel Macron face à une réforme qui constituera le dernier marqueur de son quinquennat.

Reste que le chef de l'État, pourtant adepte depuis la crise des « gilets jaunes » d'une démocratie plus délibérative, rate une fois de plus sa cible : créer de l'adhésion et réconcilier les Français. Il vend le régime universel par points au nom de principes plus que légitimes - l'égalité femmes-hommes, la revalorisation de petites retraites - et en coulisse négocierait le maintien d'inégalités au nom de la loi du plus fort... Beau contre-exemple du macronisme alors que va exploser une autre bombe financière avec la publication, le 28 novembre, des nouvelles prévisions du Conseil d'orientation des retraites. Si se confirme l'hypothèse d'un déficit croissant, Macron pourra-t-il faire l'économie d'un débat sur le report de l'âge de départ, envisagé en Allemagne jusqu'à 69 ans ? En pleine grève des transports, ce serait le pompon...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2019 à 23:07 :
L'article est fragile car il essaye de faire de la caricature public/privé alors que les situations sont totalement disparates au sein de ces catégories!

En attendant le gouvernement a acté un régime spécial plus favorable pour les indépendants dans l'indifférence de la presse de droite!

Il laisse des régimes dérogatoires inacceptables (article 83, perco, participation, intéressement, exonération sur certaines composante de rétribution...) au privé ce qui constitue une scandale absolu, et une atteinte et l'égalité!

La désinformation est devenu un principe dans la presse de droite.
a écrit le 15/11/2019 à 11:13 :
L'injustice entre le public et le privé va perduré et le rapport Delevoye va comme tous les rapports de la cour des comptes finir dans une armoire à prendre la poussière. Macron et ses acolytes beaucoup de blablabla pour pas grand chose. La grand réforme du secteur du public et territoriale par manque de courage de se confronter à cette caste minoritaire qui met en faillite notre pays n'est pas pour demain... Macron cela n'est que de la reculade...
Réponse de le 15/11/2019 à 13:39 :
La vrai injustice c'est entre les cadres et les non-cadres dans les entreprises,dans le public et dans le privé il sont beaucoup trop aujourd'hui et souvent leur boulot est stérile.Ce qui les fatigue le plus ,c'est le transport !!.Il faut absolument supprimer ce statut cadre.
a écrit le 15/11/2019 à 10:26 :
Imaginons la fin des régime spéciaux : Aujourd'hui les salariés de ces régimes acceptent un salaire moindre que dans la privé en échange d'une retraite améliorée.
Si demain ces régimes disparaissent : la SNCF, RATP, EDF et autres devront augmenter les salaires pour attirer de nouveaux salariés. Conséquence : la masse salariale augmentera et par ricochet le prix des services aussi.
Décrier les régime spéciaux n'est peut être pas si intelligent sauf pour les idéologues du capitalisme
Réponse de le 15/11/2019 à 10:48 :
vu le chomage massif en France, pas sur qu ils aient du mal a recruter meme aux salaires actuels. et dans le cas de la RATP au moins, ils sont pas mal payé du tout
Réponse de le 15/11/2019 à 13:44 :
"et autres devront augmenter les salaires pour attirer de nouveaux salariés".

Les LREM ont tout prévu ,une fois privatisé ,ils ouvriront ces métiers à l'immigration ,plus la peine d'augmenter.les salaires.
Réponse de le 16/11/2019 à 18:51 :
votre logiciel sur les salaires inférieurs dans les entreprises publiques est daté ; en particulier dans les trois entreprises que vous citez .
a écrit le 15/11/2019 à 9:32 :
Comment pouvez vus ne pas réagir immédiatement sur une usurpation de pseudo ?
a écrit le 15/11/2019 à 9:31 :
Comment pouvez vus ne pas réagir immédiatement sur une usurpation de pseudo ?
a écrit le 15/11/2019 à 9:31 :
SI vous êtes trop faible pour assumer mon commentaire, comme cela semble être, vous le supprimez vous ne l'instrumentalisez pas.

Vous avez du temps à perdre je vois c'est bien...
a écrit le 15/11/2019 à 9:27 :
J'aimerais bien que quelqu'un m'explique enfin, plutôt que d'entendre tous les spécialistes financiers nous dire que c'est de la justice sociale hein, en quoi faire bosser un maçon dont l'espérance de vie ne dépasse guère 72 ans, autant qu'un politicien dont l'espérance de vie dépasse 90 ans est juste svp ?

Vous voulez tout remettre à plat ? En effet l'évolution de la société l'impose c'est un fait mais si c'est pour mettre au même niveau des financiers qui gagnent des millions sans rien faire pouvant se payer donc tous les meilleurs soins du monde et des manutentionnaires qui gagnent que dalle en s'usant au boulot sans pouvoir se payer des soins appropriés c'est ni plus ni moins que du foutage de gueule !

UN de plus me direz-vous...
Réponse de le 15/11/2019 à 15:16 :
Recherche google. Esperance de vie cadre : 84 ans. Esperance de vie ouvrier : 77 ans. Pouvez-vous me dire d'où viennent vos données pour les maçons et les politiciens car je ne parviens pas à trouver une source fiable sur l'espérance de vie par métiers ?
Réponse de le 16/11/2019 à 9:40 :
@ multipseudos:

"Esperance de vie cadre : 84 ans. Esperance de vie ouvrier : 77 ans"

Ben merci hein, servi !

Et si je peux pas et-c...
a écrit le 15/11/2019 à 9:27 :
J'aimerais bien que quelqu'un m'explique enfin, plutôt que d'entendre tous les spécialistes financiers nous dire que c'est de la justice sociale hein, en quoi faire bosser un maçon dont l'espérance de vie ne dépasse guère 72 ans, autant qu'un politicien dont l'espérance de vie dépasse 90 ans est juste svp ?

Vous voulez tout remettre à plat ? En effet l'évolution de la société l'impose c'est un fait mais si c'est pour mettre au même niveau des financiers qui gagnent des millions sans rien faire pouvant se payer donc tous les meilleurs soins du monde et des manutentionnaires qui gagnent que dalle en s'usant au boulot sans pouvoir se payer des soins appropriés c'est ni plus ni moins que du foutage de gueule !

UN de plus me direz-vous...
a écrit le 15/11/2019 à 9:27 :
J'aimerais bien que quelqu'un m'explique enfin, plutôt que d'entendre tous les spécialistes financiers nous dire que c'est de la justice sociale hein, en quoi faire bosser un maçon dont l'espérance de vie ne dépasse guère 72 ans, autant qu'un politicien dont l'espérance de vie dépasse 90 ans est juste svp ?

Vous voulez tout remettre à plat ? En effet l'évolution de la société l'impose c'est un fait mais si c'est pour mettre au même niveau des financiers qui gagnent des millions sans rien faire pouvant se payer donc tous les meilleurs soins du monde et des manutentionnaires qui gagnent que dalle en s'usant au boulot sans pouvoir se payer des soins appropriés c'est ni plus ni moins que du foutage de gueule !

UN de plus me direz-vous...
a écrit le 15/11/2019 à 9:23 :
J'aimerais bien que quelqu'un m'explique enfin, plutôt que d'entendre tous les spécialistes financiers nous dire que c'est de la justice sociale hein, en quoi faire bosser un maçon dont l'espérance de vie ne dépasse guère 72 ans, autant qu'un politicien dont l'espérance de vie dépasse 90 ans est juste svp ?

Vous voulez tout remettre à plat ? En effet l'évolution de la société l'impose c'est un fait mais si c'est pour mettre au même niveau des financiers qui gagnent des millions sans rien faire pouvant se payer donc tous les meilleurs soins du monde et des manutentionnaires qui gagnent que dalle en s'usant au boulot sans pouvoir se payer des soins appropriés c'est ni plus ni moins que du foutage de gueule !

UN de plus me direz-vous...
a écrit le 15/11/2019 à 7:36 :
Rien a voir avec 1995. Le monde à changé. aujourd'hui, il existe le teletravail, bla bla car, internet et il a existé un phénomène climatique en 95, paris etait enneigé, ce quia ajouté le bazar au bazar. Les grévistes même les plus déterminés vont avoir beaucoup de mal à faire plier le gouvernement ceci fois. 2019 n'est pas 1995. Comme quoi tout n'était pas mieux avant, du moins de mon point de vue pas de celui des futurs grévistes bien sur.
Réponse de le 15/11/2019 à 13:33 :
" il existe le teletravail"

Le teletravail ,c'est à 90% pour les cadres ,une bonne partie de cette population qui a voté Macron.
a écrit le 14/11/2019 à 23:41 :
"un euro année cotisé aura la même valeur point pour chacun". Clairement, c'est un mécanisme de solidarité universel qui doit être plafonné, disons à 3 fois le smic. Au delà, les hauts salariés sont en effet capables de gérer leurs retraites complémentaires par capitalisation comme ils le souhaitent avec les risques économiques que cela comporte. Il serait parfaitement injustes que les nantis bénéficient par solidarité nationale d'une retraite très élevée et sans risque au même titre que les pauvres. Car cette solidarité nationale consiste à faire payer aux jeunes la retraite des vieux. Il est totalement injuste qu'un smicard paie par sa cotisation la super retraite super élevée et super longue d'un député. Ce serait une oppression insupportable.
a écrit le 14/11/2019 à 23:19 :
Cet article cite les régimes spéciaux comme source de privilèges en oubliant les vrais privilèges qui se traduisent notamment par les retraites à prestations définies au profit des seigneurs de la mondialisation pour reprendre le titre du roman pamphlétaire de Cicéron Poincaré.
a écrit le 14/11/2019 à 22:46 :
Trop discuter avec tous est molesse. Faisons cette réforme sans tarder, par le parlement, et passons enfin à du constructif. Nous verrons ensuite s'il faut réformer le droit de grève..
a écrit le 14/11/2019 à 20:43 :
Ce que certains n'ont pas encore compris c'est que la réforme des retraites concerne TOUS les salariés, secteur public et privé confondus. La réforme ne concernera pas que les régimes "spéciaux".

Et que veut dire "un euro cotisé aura la même valeur pour chacun" ?

Si vous êtes smicard et que vous cotisez 50 €/mois vous aurez une retraite dix fois moindre que celui qui aura pu cotiser 500€/mois (ce qu'un cadre à 5000 € net peut faire sans toucher substantiellement à son niveau de vie).

Sans dispositif correcteur fort, ce dispositif est terriblement injuste, d'autant plus que ce sont les petits revenus, qui meurent plus tôt que la moyenne, qui vont payer les retraites des cadres sup.

Tant que Macron n'aura pas explicité la totalité des mécanismes, on peut craindre le pire et c'est pour celà (et tout le reste des dossiers brûlants, hôpitaux, enseignants, étudiants, notaires, avocats, policiers, maires, femmes battues et chômeurs ....) que le risque de regroupement de la colère sur la figure du président des super riches est maximal.
Réponse de le 15/11/2019 à 2:15 :
Non ca veut dire que quelqu'un qui cotise
100+100+100+100 aura la meme retraite que quelq'un qui cotise 400+0+0+0.
Ca n'empeche pas une dégressivité de la valeur des cotisations. Et j'espère qu'elle est prévue.

Par contre, selon la durée de la retraite (imprévisible), les prestations ne seront pas les mêmes. Si touche 10 de retraite pendant 10 ans ou 30ans, au final on aura pas eu les mêmes droits pour la meme cotisation. Je ne sais pas ce qui est prévu pour ca, mais on peut imaginer une dégressivité des droits avec le temps et/ou une reversion (conjoin, ppacs, petits enfants, dons au choix) jusqu'à une date pivot. Et la encore je ne sais pasnce qui est prevu.
a écrit le 14/11/2019 à 19:08 :
Il faut également que le statut de la retraite de la Police et de la Gendarmerie soient eux aussi revus de fond en comble. On met en cause les avantages d'EDF, La SNCF, RATP mais on se garde bien de rendre publique les énormes avantages en indices, en durée de cotisation, les multiples primes etc...... de la Police, Gendarmerie.
Réponse de le 14/11/2019 à 19:42 :
Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut entendre. Si le régime par point concerne tout le monde et permet la fin des régimes spéciaux, cela veut dire que sont concernés aussi, les fonctionnaires quels qu'ils soient. D'ailleurs, c'est ce qu'explique le haut commissaire, Jean-Paul Delevoye , sur la plate-forme de consultation des citoyens, à tous ceux qui chaque semaine redemandent (c'est leur seul sujet de préoccupation, leur jalousie viscérale) de commencer par appliquer la réforme aux parlementaires et Ministres, qu'ils sont eux-aussi des Français concernés par la réforme comme les autres...
a écrit le 14/11/2019 à 18:50 :
Cela sent la reculade Macron et son équipe de pingouins commencent à se dégonfler face à cette caste de fonctionnaires et salariés publics. Le privé n'est pas concerné par cette journée du 5 qui demande plus de justice et d'égalité. Les privilèges et avantages de cette minorité du secteur publique sont injustifiés alignement sans délai sur le privé.
Réponse de le 14/11/2019 à 19:05 :
Il faut repartir à zéro à la poste et à collisimo
Amazon seul interlocuteur capable de gérer l ensemble des services concernés
a écrit le 14/11/2019 à 17:20 :
Il serait temps de privatiser la SNCF et la RATP, des sociétés qui coûtent une fortune aux contribuables qui emploient des fonctionnaires ayant des privilèges d'un autre temps.
Chaque fois qu'un gouvernement a voulu supprimer les avantages exorbitants des cheminots , ils se sont heurtés à des grèves interminables et ont toujours cédé devant la CGT et Sud Rail. Macron va devoir céder à son tour laissant les salariés du privé travailler jusqu'à 65 ans avec une retraite calculée sur les 25 meilleures années contre 1 pour nos fonctionnaires employés dans les régimes spéciaux.
Réponse de le 14/11/2019 à 18:45 :
Les salariés du public partent au même age que ceux du privé (hors régime spéciaux) et avec des taux de remplacement similaires.

Macron a déjà acté un régime spécial pour les indépendants, pourquoi ne protestez vous pas?

Vous avez un sens de la justice très sélectif!
Réponse de le 14/11/2019 à 18:54 :
a bon gringo ?
On dit pourtant qu'à 55 ans un Cheminot peut déjà être retraité...
Idem pour un Enseignant qui a plusieurs enfants.
Réponse de le 18/11/2019 à 23:01 :
Vous avez des infos d'un autre temps!

Une enseignante avec 3 enfants doit cotiser exactement à l'identique qu'un salarié du privé. Elle partira à 62 ans.

Les cheminots sont un cas à part. Vous pouvez ajouter aussi policiers, militaires, contrôleurs aériens...

Mais Macron ne fera jamais rien contre eux par peur!
a écrit le 14/11/2019 à 17:01 :
la réforme des retraites passerait sans doute beaucoup mieux si les élus et l'exécutif montraient l'exemple en intégrant le nouveau système fusionné qu'ils proposent aux français
a écrit le 14/11/2019 à 16:58 :
ca existe des gens qui s'usent au boulot Citoyen blasé ?
Moi je n'en vois jamais autour de moi.
Le 5 decembre j'ai prévu de me rendre à mon travail.
Réponse de le 14/11/2019 à 17:55 :
@ multipseudos:

sous chaque commentaire est écrit en rouge, pour les mals voyants certainement, "répondre" qui te permet de répondre au commentaire plutôt que de répondre en l'air, ça faisait longtemps que tu ne me l'avais pas fait celle là hein... -_-

"Moi je n'en vois jamais autour de moi. "

Logique vu que t'es tout seul derrière ton ordinateur et tout le temps. Donc un seul remède... Va dehors prendre l'air !

SIgnalé
a écrit le 14/11/2019 à 16:45 :
C'est encore et toujours la "classe moyenne" du privé qui va manger
a écrit le 14/11/2019 à 16:14 :
J'aimerais bien que quelqu'un m'explique enfin, plutôt que d'entendre tous les spécialistes financiers nous dire que c'est de la justice sociale hein, en quoi faire bosser un maçon dont l'espérance de vie ne dépasse guère 72 ans, autant qu'un politicien dont l'espérance de vie dépasse 90 ans est juste svp ?

Vous voulez tout remettre à plat ? En effet l'évolution de la société l'impose c'est un fait mais si c'est pour mettre au même niveau des financiers qui gagnent des millions sans rien faire pouvant se payer donc tous les meilleurs soins du monde et des manutentionnaires qui gagnent que dalle en s'usant au boulot sans pouvoir se payer des soins appropriés c'est ni plus ni moins que du foutage de gueule !

UN de plus me direz-vous...
Réponse de le 14/11/2019 à 16:47 :
Oui, oui...c'est bien ça...tu as parfaitement résumé. On prend les mêmes et on recommence. Ils nous expliquent d'abord qu'il vont mettre les privilégiés au diapason... Puis il nous font à nouveau payer un peu plus sans toucher aux privilègiés
Réponse de le 14/11/2019 à 18:45 :
Tout à fait d'accord avec le citoyen. Il est urgent de mettre en place une vraie société égalitaire et sociale. Retraite à 50 ans pour tous, à 100% du salaire maximal obtenu durant la carrière. Tous les soins gratuits pour tous, y compris les étrangers en situation irrégulière ou les touristes. Études gratuites et salaires étudiants égal au smic tant que les études ne sont pas finies. Les riches peuvent payer !
Réponse de le 14/11/2019 à 18:58 :
Bien Amusante votre réponse à mon précédent message.
Que ce soit le 5 decembre ou un autre jours, c'est devenue d'une affligeante banalité de voir dans notre pays une Future Grève Annoncée.
Cela doit bien faire éclater de rire les populations des Pays Etrangers.
Car là-bas nos fameuses 35 heures n'existent pas...
Réponse de le 14/11/2019 à 19:01 :
c'est curieux pour travailler les gens sont d'avance épuisés.
Mais lorsqu'il s'agit de se payer des vacances les mêmes sont en pleine santé.
Réponse de le 15/11/2019 à 9:45 :
@ MULTIPSEUDOS:

Tout tes commentaires rentraient dans un seul, si si promis...

Signalé sans arrêt.
Réponse de le 15/11/2019 à 9:48 :
@ MULTIPSEUDOS:

Tout tes commentaires rentraient dans un seul, si si promis...

Signalé sans arrêt.
Réponse de le 15/11/2019 à 9:48 :
@ MULTIPSEUDOS:

Tout tes commentaires rentraient dans un seul, si si promis...

Signalé sans arrêt.
Réponse de le 15/11/2019 à 15:15 :
Recherche google. Esperance de vie cadre : 84 ans. Esperance de vie ouvrier : 77 ans. Pouvez-vous me dire d'où viennent vos données pour les maçons et les politiciens car je ne parviens pas à trouver une source fiable sur l'espérance de vie par métiers ?
Réponse de le 16/11/2019 à 9:41 :
@ multipseudos: "Esperance de vie cadre : 84 ans. Esperance de vie ouvrier : 77 ans"

Exactement ce que je dis, merci !

Et si je peux pas et-c...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :