L'avenir de la défense de la France a tout à perdre dans le SCAF (2/2)

Après le premier volet, le groupe de réflexions MARS publie le deuxième et dernier volet de son analyse sur la relation franco-allemande. Après avoir abordé la question ukrainienne, il décline dans ce volet l'échec de la coopération franco-allemande. "Le seul problème est l'aveuglement et le déni français", estime le groupe MARS.
Entendons-nous bien. Notre propos n'est pas de dénoncer un quelconque complot. Non, c'est tout au contraire une politique de longue haleine qui est tout sauf secrète. C'est le droit des Allemands de vouloir en quelque sorte « venger Keitel » en prenant leur revanche dans la défense après leur renaissance économique et la réunification.
Entendons-nous bien. Notre propos n'est pas de dénoncer un quelconque complot. Non, c'est tout au contraire une politique de longue haleine qui est tout sauf secrète. C'est le droit des Allemands de vouloir en quelque sorte « venger Keitel » en prenant leur revanche dans la défense après leur renaissance économique et la réunification. (Crédits : Dassault Aviation / Pierre Barut)

En dehors des terroristes islamistes, notre pays n'a, à ce jour, pas d'ennemi. Pour autant, il convient d'être lucides. Ce n'est pas parce que nous sommes satisfaits et pacifiques que les autres le sont aussi. En fait, peu de pays au monde sont aussi satisfaits et pacifiques que la France. Nous avons ainsi longtemps vécu dans le déni de la menace terroriste d'inspiration salafiste : entre les attentats du RER B et ceux de Charlie Hebdo, vingt ans ont passé. Aujourd'hui le djihadisme est justement dénoncé et identifié. Il a fallu 20 ans pour admettre qu'il existait une menace intérieure.

Nous sommes en 2022, vingt ans après l'entrée dans l'euro. Il est peut-être temps de comprendre qu'une autre guerre nous a été alors déclarée, cette fois une menace intérieure à l'Union européenne. Si les modes d'actions (non violents) sont heureusement différents, ses motivations partagent les mêmes ressorts du ressentiment.

A l'origine du couple franco-allemand

Il faut remonter au 8 mai 1945 pour comprendre la cause du ressentiment de certains Allemands. Quand Staline apprend le 7 mai au soir que la capitulation du IIIe Reich a été signée par le maréchal Jodl au QG d'Eisenhower installé dans un collège de Reims, il est furieux et exige une nouvelle cérémonie à Berlin au QG du maréchal Joukov. Contrairement à ce qui est souvent dit, ce n'est pas l'arrêt des combats sur le front ouest qui est signé à Reims et sur le front est le lendemain à Berlin, c'est la capitulation sans condition des armées allemandes sur tous les fronts qui est signée une première fois à Reims et une seconde fois à Berlin, à la demande de Staline, le texte de la seconde abrogeant la première.

Or, si la France est absente à Reims (quelle ironie !), sinon en tant que témoin via un modeste représentant du général de Gaulle, le général de Lattre de Tassigny, commandant la 1e armée française, impose sa présence sur l'acte définitif, au grand désespoir du maréchal Keitel (qui sera condamné à mort à Nuremberg) et à la surprise des trois représentants des grands vainqueurs. La France devient ainsi le 4e vainqueur de la guerre « sur tapis vert ». Même si l'alliance signée l'année précédente avec de Gaulle permet de la justifier, la manœuvre de Staline (sans l'accord de qui de Lattre n'aurait pu accéder au QG de Joukov) tient moins à l'amour de la France (trahie en 1939 et non invitée à Yalta) qu'à sa volonté de diviser les Occidentaux. C'est à cet extraordinaire retournement de l'histoire, appuyée à la conférence de San Francisco par la Grande-Bretagne d'Attlee, que la France doit aujourd'hui de siéger en tant que membre permanent du conseil de sécurité des Nations unies (P5).

Les Allemands ont longtemps accepté cette situation, la prédominance politique de la France en Europe justifiant en miroir la reconquête de leur prédominance économique, qui était loin d'être acquise jusque dans les années 1980. Cet équilibre vertueux est illustré par le couple Mitterrand-Kohl, immortalisé dans une inoubliable posture à Verdun près de 70 ans après l'effroyable bataille. Pour Helmut Kohl, l'Allemagne réunifiée ne se concevait ni comme une puissance dominante en Europe, ni contre la France. Angela Merkel, parvenue au pouvoir après avoir évincé son mentor, n'en gardait pas moins le même logiciel. Entre les deux, la parenthèse Schröder était parvenue à maintenir un équilibre dynamique avec la France de la cohabitation. Aujourd'hui, ce qui restera sans doute comme la parenthèse Scholz, avant le retour des conservateurs, ignore ostensiblement une France affaiblie par vingt ans de déficits dus avant tout aux conditions défavorables d'entrée dans l'euro. S'en est fini de cette époque heureuse d'échanges et de jumelages ouverte par le traité de l'Élysée de 1963.

L'UE ? Une guerre en dentelle mais une guerre

Dès lors, les Allemands, qui ne parlent même plus de tandem franco-allemand là où Paris croit encore dans son « couple » avec Berlin, considèrent qu'il est temps de secouer le joug politico-militaire imposé par les vainqueurs de 1945. Il en résulte un nouveau discours allemand (explicité très clairement par le Chancelier Scholz dans son discours de Prague) qui revendique son émancipation et son primat en Europe au prétexte de la défense de l'Ukraine. Le pilier de l'OTAN en Europe, c'est la Bundeswehr, point. Les autres sont les bienvenus en tant que supplétifs. Que la France aille barboter et s'enliser ailleurs, c'est très bien ; Bismarck aurait applaudi. Mais la haute intensité en Europe, c'est désormais l'Allemagne, seule.

Le problème n'est pas que les autres soient ingrats ou méchants ; ils ne font que travailler en fonction de leurs intérêts. Le problème est purement français. Comme en 1940, notre pays vit dans l'illusion, non d'une ligne Maginot, mais d'une « Europe puissance qui protège », sans se rendre compte que notre naïveté permet à nos partenaires de manœuvrer pour leurs intérêts contre les nôtres. L'UE, c'est la guerre, économique interne. Une guerre en dentelle, mais une guerre. L'UE ne préserve la paix en Europe qu'à condition d'organiser la compétition entre États membres. L'UE n'est qu'un marché, mais ce marché est le champ de bataille sur lequel les nations européennes policent leurs rivalités en les transformant en affrontement économique. Mais, comme on disait jusqu'en 1998, le football, c'est simple : c'est un ballon, un arbitre, onze joueurs de chaque côté, et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne. On peut y croire, ou pas.

UE : tuer les champions de la défense français

L'euro fort fait partie de cette stratégie de puissance, non pas de l'Europe (l'euro a échoué à concurrencer le dollar en dépit du différentiel de PIB), mais de l'Allemagne. En négociant favorablement les parités (un mark sous-évalué quand le franc et la lire étaient surévalués) à une époque où il fallait aider l'Allemagne à absorber les Länder de l'Est, l'économie allemande a bénéficié d'une rente qui ne fait que s'accroître année après année. Encore une fois, le problème est français. Le Trésor se félicitait de limiter ainsi l'inflation importée tout en incitant les entreprises exportatrices à tenir leurs coûts pour préserver leurs marges. Il en a résulté une baisse tendancielle du pouvoir d'achat (concomitant au passage aux 35 heures) et une désindustrialisation qui fait aujourd'hui de la France l'un des pays de l'UE où la part de l'industrie dans le PIB est la plus faible.

Simultanément, il fallait neutraliser le principal avantage concurrentiel de la France en Europe : les bas coûts de l'électricité produite alors à 80% par le parc électronucléaire d'EDF. L'UE a alors inventé, au nom de la libre concurrence, l'usine à gaz (sans jeu de mots) des marchés de l'énergie. Parallèlement, la France sabordait Areva, vendait (à l'instigation des États-Unis) Alstom à l'encan et saignait EDF.

C'est toujours au nom de la libre concurrence sur le marché de l'armement (véritable oxymore) que la Commission européenne s'emploie depuis près de vingt ans à démanteler les champions européens du secteur, au profit d'une « union européenne de défense plus inclusive », où la défense n'est pas comprise comme un enjeu vital de sécurité, mais un banal secteur économique. Cela s'entend dès lors que l'on admet que l'UE n'est qu'un marché et que la défense de l'Europe est garantie par l'OTAN. Encore une fois, il faut être Français pour croire que l'UE de la taxonomie (1) puisse parvenir un jour à défendre les Européens.

Coopérations : illusions perdues

Bien entendu, il n'est question d'inclusivité que pour l'industrie de défense. On peine à trouver l'équivalent dans d'autres secteurs, où prévalent quelques champions et un tissu de partenaires et sous-traitants dans les pays à bas coûts de main d'œuvre ; l'inclusivité est alors verticale. Avec la PESCO et le FEDEF, la France a vainement tenté de promouvoir une logique de puissance à l'échelle européenne. Les coopérations structurées permanentes en matière de défense, fonctionnant selon une logique intergouvernementale, sont un échec, de l'aveu même du secrétariat PESCO dans son dernier rapport remis au comité politique et de sécurité de l'UE (COPS). Quant au fonds européen de défense, l'affaire HYDEF (2) montre que l'outil a déjà perdu sa pertinence, et la Commission sa crédibilité.

Reste à la France l'illusion des coopérations bilatérales. On peut reprocher beaucoup de choses au premier quinquennat Macron, mais pas d'avoir négligé la dimension franco-allemande. Cinq ans plus tard, il ne reste rien des grands projets de l'été 2017 (3). La liste des acronymes, comme autant d'illusions perdues, est connue : MGCS, CIFS, MAWS, Tigre Mark3, RPAS, SCAF.

Berlin a renié sa parole sur tous ces projets, sauf pour l'Eurodrone (lancé avant 2017) dont le pilotage lui a été confié. Il en résulte un programme qui arrivera avec dix ans de retard et fournira une solution qui ne répond pas au besoin militaire français. Pour la rénovation du Tigre et l'avenir de la patrouille maritime, la Bundeswehr achètera finalement américain. L'artillerie du futur est reportée sine die. Après avoir obtenu le contrôle de Nexter, l'Allemagne a imposé Rheinmetall dans le programme de système de combat terrestre futur ; normal, c'est Berlin qui pilote. En échange de quoi, les Français avaient obtenu en 2017 le pilotage du projet SCAF ; pourtant cette fois, tout est négociable et chaque compromis est renégocié. Cinq ans plus tard, à force de passer au laminoir des exigences allemandes, la part française est tombée à 33% et cette part est encore en train d'être renégociée.

Cela fait 18 mois que le projet n'avance plus, la partie allemande n'étant toujours pas satisfaite d'un partage pourtant déjà très éloigné du deal initial. Il y a 18 mois, le groupe MARS titrait « SCAF, faut-il persévérer dans l'erreur » (4). La réponse est non. Il n'est que trop clair que le « but de guerre » de la partie allemande est moins de « nourrir Manching » (donner de la charge de travail aux héritiers de Messerschmidt en Bavière) que de tuer cette avance technologique française qui permet au vainqueur inattendu de 1945 de continuer à légitimer son siège au P5 en pérennisant la composante aérienne de sa force de dissuasion, dont les principaux maître d'œuvre industriels sont Dassault et MBDA. Comme par hasard, Composante que les Britanniques ont eux-mêmes abandonné.

Tuer Ariane 6

La politique spatiale de l'Allemagne n'a pas d'autre but. Après avoir concurrencé Airbus et Thales dans le secteur des satellites, au mépris du partage des tâches convenu, Berlin s'attaque aux lanceurs. Son « but de guerre » est de tuer Ariane 6, d'un côté en récupérant la fabrication du moteur, d'un autre côté en soutenant une industrie du petit lanceur et en confiant ses lancements institutionnels à la concurrence américaine. Parce qu'en tuant Ariane 6, c'est le modèle économique d'ArianeGroup qui sera anéanti, et donc la pérennité de la composante océanique de la dissuasion française. Et l'on s'étonne de la haine mortelle que vouent les chantiers de Kiel à Naval Group, au point d'orchestrer une guerre de l'information aux antipodes, afin de préparer le retournement des Australiens (5).

Entendons-nous bien. Notre propos n'est pas de dénoncer un quelconque complot. Non, c'est tout au contraire une politique de longue haleine qui est tout sauf secrète. C'est le droit des Allemands de vouloir en quelque sorte « venger Keitel » en prenant leur revanche dans la défense après leur renaissance économique et la réunification. Comme le chantait autrefois Jean-Jacques Goldman à une époque où le couple franco-allemand était une réalité : « aurais-je été meilleur ou pire que ces gens, si j'avais été Allemand ? » Le seul problème est l'aveuglement et le déni français.

La France a tout à perdre dans le SCAF

Alors, lorsqu'un ministre assure que « le SCAF se fera », on voudrait être sûr qu'il ait tout cela à l'esprit. La France a besoin de pérenniser la composante aérienne de sa dissuasion. Ce faisant, elle renouvellera son parc d'avions de combat pour toutes les autres missions de combat aérien qu'une armée de « première division » doit pouvoir remplir, y compris la guerre navale. Pour cela, il faut d'abord un avion d'arme piloté, au centre d'un système de combat comprenant des drones armés, des drones de mission et des munitions autonomes pour l'accompagner. Cet appareil doit rester assez léger pour être catapulté d'un porte-avions et assez manœuvrant en combat aérien. Est-ce le besoin allemand ? Non, puisque les missions nucléaires et aéronavales ont été sorties d'emblée des spécifications initiales du programme (high level requirements).

Dès lors, à quoi bon continuer dans une coopération bilatérale sans finalité opérationnelle ? L'expérience de l'A400M, avec un partage industriel aux conséquences désastreuses, et de l'Eurodrone, qui arrivera trop tard sans satisfaire le besoin français, devrait nous alerter. Encore ne s'agit-il pas d'outils de combat destinés à délivrer l'ultime avertissement aux ordres du chef des armées. L'avenir de la défense de la France a tout à perdre dans le SCAF.

Laissons le projet mourir, attendons l'échec de Tempest, et reprenons avec les Britanniques, voire avec les Suédois, les Italiens, les Néerlandais, les Belges, les Suisses, les Grecs et même les Allemands et les Espagnols, une coopération gagnant-gagnant sur le modèle du nEUROn ! Mais restons fermes sur la défense de nos intérêts vitaux. A terme, c'est l'équilibre de la construction européenne qui est en jeu, et la pérennité d'une Europe en paix.

(1) https://www.ifri.org/fr/publications/briefings-de-lifri/dont-bank-bombs-lindustrie-de-defense-face-aux-nouvelles-normes

(2) : https://www.latribune.fr/opinions/hypersonique-pourquoi-la-france-et-mbda-ont-pris-une-enorme-claque-de-bruxelles-929690.html

(3) https://www.latribune.fr/opinions/elections-allemandes-que-restera-t-il-des-cinq-programmes-d-armement-emblematiques-de-2017-892845.html

(4) https://www.latribune.fr/opinions/scaf-faut-il-perseverer-dans-l-erreur-878756.html

(5) https://www.latribune.fr/opinions/le-pacte-aukus-consequence-de-l-inconsequence-francaise-894959.html

                  ------------------------------------------------------------------------------------

(*) Le groupe Mars, constitué d'une trentaine de personnalités françaises issues d'horizons différents, des secteurs public et privé et du monde universitaire, se mobilise pour produire des analyses relatives aux enjeux concernant les intérêts stratégiques relatifs à l'industrie de défense et de sécurité et les choix technologiques et industriels qui sont à la base de la souveraineté de la France.




Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 18/10/2022 à 14:46
Signaler
article oh combien pertinent ... ( j'ai fait partie du 1er voyage échange lycéen Allemagne-France ... J'ai constaté l'évolution . Je me suis rendu en Allemagne il y a quelque temps ) Ce que vous dites a du sens .

à écrit le 16/10/2022 à 15:25
Signaler
Vainqueur sur tapis vert - présence à l armistice qui a surpris Keitel et les représentants alliés... à voir: à ce moment là la France avait repris le combat au fur et a mesure de la libération de son territoire, et en proportion de sa démographie et...

à écrit le 16/10/2022 à 10:22
Signaler
Tout est dit ds ces commentaires…pourquoi ne pas interroger nos responsables Militaires et Politiques, qui décidément font preuve d’une vue à court terme..pour ne pas tenir compte de ce crue d’alarme si bien expliqué ds ces commentaires…mais où est d...

à écrit le 16/10/2022 à 10:19
Signaler
Tout est dit ds ces commentaires…pourquoi ne pas interroger nos responsables Militaires et Politiques, qui décidément font preuve d’une vue à court terme..pour ne pas tenir compte de ce crue d’alarme si bien expliqué ds ces commentaires…mais où est d...

à écrit le 14/10/2022 à 13:32
Signaler
On peut penser ce que l'on veut de la coopération franco-allemande et du scaf en particulier, mais les missions nucléaires et la navalisation du NGF sont bien pris en compte dans les exigences amont. Les britanniques ont "abandonné" leur composan...

à écrit le 13/10/2022 à 17:02
Signaler
Bravo au groupe Mars. Encore une fois, votre analyse est pertinente et je la partage. Quand arriverons-nous à faire comprendre cette situation à nos grands responsables politiques ? Une suggestion complémentaire : pour finaliser un projet couteux,...

à écrit le 13/10/2022 à 13:31
Signaler
Analyse fouillée et extrêmement pertinente. Mais notre président n'a toujours pas compris qui continue à parler stupidement de couple franco-allemand L'Allemagne est notre pire ennemi économique. Elle a tout fait, et continue encore, pour détruire l...

à écrit le 12/10/2022 à 22:19
Signaler
Encore un bien bel article, une synthèse interressante du "couple" franco-allemand; de brillants commentaires, un régal à lire. Mais pour la conclusion "Laissons le projet mourir, attendons l'échec de Tempest, et reprenons avec les Britanniques, v...

à écrit le 12/10/2022 à 22:18
Signaler
Encore un bien bel article, une synthèse interressante du "couple" franco-allemand; de brillants commentaires, un régal à lire. Mais pour la conclusion "Laissons le projet mourir, attendons l'échec de Tempest, et reprenons avec les Britanniques, v...

à écrit le 12/10/2022 à 19:13
Signaler
Merci pour cet article plein de bon sens, à défaut des politiques, les analystes ont une vision claire de ce qui se joue en ce moment… Réagissons avant qu’il ne soit trop tard et que l’Allemagne tue nos industries et savoirs-faire !

à écrit le 12/10/2022 à 14:29
Signaler
" l'Allemagne réunifiée ne se concevait ni comme une puissance dominante en Europe", ben voyons ! Les lois de la physique sont immuables, c'est toujours le plus puissant qui domine. En fait de couple Franco-allemand, c'est la poursuite d'une longue c...

à écrit le 12/10/2022 à 10:14
Signaler
Toutes les coopérations avec nos amis allemands rappellent comme en écho la bataille d’Azincourt où la chevalerie lourde et triomphante française s’est embourbée dans les marécages pour mieux se faire transpercer par des archers anglais en guenilles...

à écrit le 12/10/2022 à 8:05
Signaler
Quid de l'Inde ? Si l'Allemagne démontre jour après jour son ambition à régenter l'Europe, et marginaliser; atomiser la place de la France et de son industrie de défense, l'Inde n'est elle pas un partenaire à cultiver ? Ses besoins sont énormes, ...

à écrit le 12/10/2022 à 0:09
Signaler
j'attends de l'Etat français et des français des engagements clairs non pour critiquer l'Allemagne( c'est facile : le gaz russe, le nucleaire , l'armée defaillante, l'argent jetté par les fenetres, le don'eur de leçon qui ne fait pas ce qu'il inflig...

à écrit le 11/10/2022 à 23:59
Signaler
Vous ne mentionnez pas la sabordage continuelle américaine de la technologie aéronautique européenne concurrentielle depuis 1945. Exemples récents en France: le A380 et A400M. Et AF447, après lequel le Brésil a renoncé à acheter le Rafale. Outre Manc...

à écrit le 11/10/2022 à 22:38
Signaler
Remarquable article auquel j’adhère à 100 %. Ayant travaillé dans un groupe allemand pendant plus de 15 ans, tout ce qui est écrit est criant de vérité. Dans ce fameux couple franco-allemand le cocu est toujours du même côté.

à écrit le 11/10/2022 à 21:06
Signaler
Bonjour, La France a surtout à perdre à acheter des munitions, il vaut mieux les produire et les vendre à l etranger

à écrit le 11/10/2022 à 19:09
Signaler
Bonjour, Avant toute chose, ce groupe de pression est opposé à toute coopération militaire, que se sois des programmes commun et autre .. Mais soyons réalistes, la France est très très endettée, et ils y a bien longtemps que nous n'avons plus les m...

le 12/10/2022 à 8:14
Signaler
La France n'a pas les moyens: vous avez des chiffres à nous proposer pour le développement de l'avion NGF , du drone qui l'accompagne, des satellites, de la partie sol sur une période de 10/15 ans d'un tel programme pour qu'on puisse comprendre votr...

à écrit le 11/10/2022 à 17:04
Signaler
L’excessif est insignifiant.

à écrit le 11/10/2022 à 14:39
Signaler
Cet article nourrit ma réflexion. Je ne saurai donner un avis pertinent, toutefois son contenu me trouble. Je pense depuis longtemps que nous sommes plus proches des Anglais que des Allemands, d'ailleurs la propension des Anglais à venir résider chez...

à écrit le 11/10/2022 à 14:00
Signaler
Excellente analyse des relations bilatérales et multilatérales de la France. La naïveté des dirigeants Français est malheureusement productrice d'un déclassement de nos compétences. Est-ce un complexe d'infériorité aux résultats économiques et indust...

à écrit le 11/10/2022 à 13:07
Signaler
Sans ce genre d'analyse, je me croirais fou à lier. Heureusement que MARS veille et publié ce genre de réflexions. Mais nos politiques aveugles et wokistes, adeptes du pas de vagues et de la bricole populiste, de la navigation a vue, sont-ils si benê...

à écrit le 11/10/2022 à 13:05
Signaler
Entièrement d'accord avec cette réflexion. C'est courageux de dire cette vérité , qui est cachée par les politiques . La gauche est en grande partie responsable , elle qui a été antimilitariste et antinucléaire ....

à écrit le 11/10/2022 à 12:00
Signaler
Je n'adhère pas à cette thèse revancharde remontant à Keitel. Les Allemands, comme les Britanniques, les Italiens, font du business . Les Français, notamment les politiques et la haute administration, sont encore dans l'incantation des coopérations...

à écrit le 11/10/2022 à 11:53
Signaler
Il y a de gros trous dans cet article, intéressant néanmoins. "La France a besoin de pérenniser la composante aérienne de sa dissuasion." Est-ce si sûr ? La dissuasion nucléaire "tout ou rien" n'est plus crédible, elle ne sera jamais utilisée. " i...

à écrit le 11/10/2022 à 10:28
Signaler
Maintenant que l'on sait que la deuxième armée du monde n'est même pas capable de conquérir le Donbass, les théoriciens de la haute intensité se sont trompés mais ils ne l'admettront pas. Il faut donc pour notre industrie et nos moyens militaire revo...

à écrit le 11/10/2022 à 10:24
Signaler
Connait-on le contenu des "high level requirements" ? S'agit-il des HLCORD dont le contenu n'a pas été rendu public ?

à écrit le 11/10/2022 à 9:54
Signaler
Chaque français ne se sent plus concerné par "La Défense" en la confiant a une entreprise "extérieure" !

à écrit le 11/10/2022 à 9:51
Signaler
Il n'y a de servitude que volontaire. Le manque de réaction des autorités françaises face aux manœuvres allemandes correspond à leur volonté de dissoudre les éléments de la puissance française dans le magma européiste et atlantiste.

à écrit le 11/10/2022 à 9:31
Signaler
l'Allemagne est pragmatique et favorise ses industriels. Tout en mettant en avant les champions franco allemand Airbus , MBDA elle pratique le contournement en favorisant de nouveaux champions purement allemand . De multiples exemples : Satellite : ...

le 11/10/2022 à 10:42
Signaler
Meme pour le tourisme ils préfèrent Espagne, Italie, Croatie, Portugal et Grèce. La seule chose qu'ils payeront en France sera l'autoroute pour ceux qui vont en Espagne et une nuit de passage dans un Hotel Low Cost

à écrit le 11/10/2022 à 9:29
Signaler
C’est amusant de lire la presse allemande. Ils écrivent dans le SDZ qu’il y a un accord sur 6 piliers du Scaf et que le 7ieme pose problème. Les 6 piliers en question sont sous maîtrise d’œuvre allemande. Le 7ieme est sous maîtrise d’œuvre française....

le 11/10/2022 à 11:19
Signaler
Pas d'inquiétude pour l'avenir de "l'Union", dans une à deux décennies la France retrouvera son ancienne amitié avec la Russie et de ce fait, sera un giron du plus grand pays du monde. De ce fait, l'industrie militaire retrouvera son dynamisme ainsi ...

le 11/10/2022 à 11:21
Signaler
Pas d'inquiétude pour l'avenir de "l'Union", dans une à deux décennies la France retrouvera son ancienne amitié avec la Russie et de ce fait, sera un giron du plus grand pays du monde. De ce fait, l'industrie militaire retrouvera son dynamisme ainsi ...

le 11/10/2022 à 12:34
Signaler
@ échec Parce que vous pensez qu’il faut travailler avec les Russes? Non. Il faut travailler avec des gens qui nous respectent et nous proposent autre chose que des affaires vérolées. L’Allemagne ne fait pas partie de ces gens. L’histoire est ce q...

à écrit le 11/10/2022 à 8:42
Signaler
Depuis la récente création de l'Allemagne ceux-ci n'ont eu de cesse que de s'em prendre aux français, mieux éduqués, de meilleures manières, de meilleurs gouts, plus raffinés, cette profonde jalousie, ce complexe d'infériorité total de leur part qu'i...

le 14/11/2022 à 16:17
Signaler
A bas l'allemagne et ses revanchards de la dernière guerre

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.