Sur le marché de l'énergie, tout se joue dès aujourd'hui

 |   |  700  mots
(Crédits : Reuters)
TRIBUNE. Le secteur de l'énergie se trouve à un point d'inflexion où les choix effectués auront un effet déterminant sur son avenir, les économies mondiales et l'environnement. Par Jean-Marc Ollagnier, Directeur Général Monde d'Accenture pour les secteurs de l'énergie, des utilities, des ressources naturelles et de la chimie

S'il est un secteur dans lequel les entreprises vont avoir à gérer un changement rapide et radical, c'est bien celui de l'énergie. Aujourd'hui, le marché des énergies renouvelables s'est considérablement accéléré. Mais la demande d'énergie à base de carbone reste élevée. Dans un contexte où le paysage géopolitique est de plus en plus incertain et les rendements économiques encore faibles, le développement d'un nouveau modèle énergétique reste un réel challenge pour les années à venir.

Comment allons-nous donc gérer ces défis et assurer une transition pérenne vers notre futur énergétique ? Le secteur de l'énergie se trouve à un point d'inflexion où les choix effectués auront un effet déterminant sur son avenir, les économies mondiales et l'environnement. Cinq raisons l'expliquent :

1. Une demande arrivée à maturité. Dans la prochaine décennie, la consommation d'énergie par habitant au niveau mondial devrait atteindre un plateau. Cela pourrait limiter la croissance des entreprises du secteur de l'énergie notamment dans les économies en développement.

2. Une création de valeur qui stagne. La multiplication des sources d'approvisionnement, fossiles et non fossiles, fait stagner voire baisser la création de valeur du secteur de l'énergie.

3. La menace du changement climatique. Face à l'accélération du réchauffement planétaire, même le scénario aujourd'hui considéré comme optimal, à savoir un monde uni et coordonné pour affronter ce défi, ne pourrait finalement pas atteindre l'objectif d'une hausse maximale de 1,5 °C attendu par l'Accord de Paris.

4. Un déficit de confiance. Consommateurs, salariés comme investisseurs considèrent désormais le secteur de l'énergie avec méfiance et le suspecte même parfois de « greenwashing » dès qu'il prend l'initiative en matière de développement durable.

5. Une mondialisation contestée. Avec la montée en puissance de l'unilatéralisme voire du nationalisme, la perspective d'une politique coordonnée pour lutter contre le changement climatique semble incertaine.

Se mobiliser et agir maintenant

Face à ces nombreux défis, le secteur de l'énergie peut toutefois compter sur la technologie et l'innovation pour générer de nouvelles opportunités. Mais cela nécessite une mobilisation et des actions immédiates. À commencer par :

- Considérer la transition énergétique non pas comme une menace, mais comme une opportunité et un facilitateur de croissance.

- Passer d'une approche « produits » à une approche axée sur le client, seule solution pour réenclencher une dynamique de création de valeur. L'énergie étant à la base de la prospérité, son développement nécessitera des investissements d'environ 100 000 milliards de dollars au cours des vingt prochaines années. Cela ne sera possible que si les investissements réalisés sont rentables, et donc si la création de valeur est au rendez-vous.

- Adopter une démarche résolument guidée par la technologie. Le numérique est un formidable vecteur de croissance : il peut permettre de développer de nouveaux services pour le consommateur d'énergie de demain, d'optimiser le système énergétique et d'améliorer la lutte contre le changement climatique, tout en permettant une transition énergétique socialement abordable.

- Éviter de sous-estimer les besoins, notamment en termes d'infrastructure et de partenariats transfrontaliers qui sont des facteurs déterminants pour le rythme, l'ampleur et la direction du changement du futur paysage énergétique.

- Relever le niveau des ambitions en matière de changement climatique. Chaque décision politique, technologique, économique et sociale aura une influence décisive afin de parvenir à une réduction de 50% des émissions au cours de la prochaine décennie et à un zéro net d'ici le milieu du siècle.

- Anticiper l'évolution de la technologie. Dirigeants d'entreprise et responsables politiques doivent passer d'une vision linéaire des évolutions technologiques à une vision plus disruptive et collaborative de l'innovation.

Les entreprises qui entament leur transformation dès maintenant seront mieux préparées à la transition énergétique et se mettront dans la meilleure position possible pour reconquérir la confiance des consommateurs, tout en gagnant des parts de marché dans le secteur de l'énergie de demain. Tout se joue dès aujourd'hui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :