Des incitations fiscales pour le "social business"

 |   |  300  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Martin Hirsch est coprésident avec Muhammad Yunus de l'Action Tank Entreprise Pauvreté, initié par HEC et Danone.

Dans notre pays, les pauvres paient plus cher que le reste de la population les services et les biens, que ce soit l'alimentation, le logement, l'assurance, l'énergie, les produits bancaires. Ce n'est ni une question d'information, ni d'éducation, c'est un problème d'accès et de structure des prix. Ils ont accès à des segments de marché où les prix sont plus élevés. De facto, les pauvres paient une sur-TVA de 2 milliards d'euros par an ; 6 à 7% de leur budget sont engloutis par ce seul effet de prix.

Avec l'Action Tank Entreprise et Pauvreté, nous avons lancé, par exemple, des projets de "social business" avec Danone pour baisser le prix de l'alimentation infantile, idem pour le téléphone avec SFR. Les entreprises françaises se sont impliquées dans les pays pauvres ; Danone, Veolia, Crédit Agricole figurent parmi les partenaires de la Grameen Bank. Cela fait trois sur la totalité du CAC 40. La marge de progression est importante.

Dans la période qui s'ouvre, on le sait, les dépenses des pouvoirs publics ne seront pas en expansion. Or, les besoins sont énormes. Si on échoue à développer des initiatives de grande ampleur qui soient soutenables économiquement, sans subvention, qui ont un objet social et qui ne cherchent pas à faire du business sur le dos des plus nombreux, je pense que l'on va s'enfoncer. Les grands groupes impliqués dans le social business aujourd'hui le savent : c'est une condition de survie de leur modèle. Ils ne peuvent se couper de 15, 25, 30% de leurs consommateurs. Reste que, dans les semaines à venir, le grand sujet en discussion est celui de la mise en oeuvre d'un système juridique et fiscal incitatif qui, comme pour le mécénat, permettrait de soutenir le développement du "social business" en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :