Europe : à Christine Lagarde de jouer

 |   |  763  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Il faut aider l'Italie, et vite. Un engagement de la BCE étant prohibé par les Allemands, et le Fonds européen étant bridé par l'endettement des États, reste l'appel au Fonds monétaire international.

L'accord "Merkozy" a donc été entériné par le Conseil européen. Il faut s'en réjouir, sauf que Angela Merkel et Nicolas Sarkozy sont comme ces écoliers qui font leurs devoirs du lendemain pour éviter de se pencher sur ceux du jour, trop durs à faire. Ils songent à éviter que la grange ne brûle une prochaine fois, alors qu'elle se consume avec la récolte de l'année, sous leurs yeux. La tâche primordiale consiste d'abord à enrayer l'attaque spéculative contre l'Italie qui menace d'emporter la zone euro.

L'Italie, solvable aujourd'hui, ne le restera pas longtemps en raison des intérêts exorbitants pesant sur sa dette. Le gouvernement italien est contraint d'adopter des politiques restrictives la condamnant à prolonger sa stagnation, alors que l'une des conditions du retour de la confiance des marchés est le retour de la croissance. N'est-il pas urgent de casser le caractère autoréalisateur de la spéculation alors que les mesures d'assainissement ont été prises par Mario Monti ? Techniquement, quatre solutions sont envisageables pour que l'Italie refinance sa dette à un taux normal, autour de 3 %, mais seule la dernière est encore praticable, vu l'entêtement d'Angela Merkel à refuser les deux premières, la troisième étant condamnée par la trop grande faiblesse économique de la France et de l'Allemagne.

La première solution, la plus rapide, réside dans le rachat par la BCE de toute dette secondaire italienne, sans aucune limite. Cette simple annonce stopperait toute spéculation. Les banques pourraient de nouveau souscrire de la dette italienne à des taux normaux sans demander de prime pour un risque qu'elles n'auraient plus à porter : elles pourraient à tout moment revendre leurs bons du Trésor italiens à la banque centrale. Cet engagement témoignerait en outre de la totale confiance de la BCE dans la solvabilité italienne. Les dirigeants allemands condamnent cette solution en raison du risque d'inflation qu'elle réveillerait comme le fantôme de l'entre-deux-guerres. Ils pourraient avoir raison à long terme, si la BCE devait racheter toute la dette italienne. Mais l'intérêt de cette annonce réside dans sa capacité de dissuasion. La crédibilité de l'engagement rend non nécessaire sa mise en oeuvre effective.

La mutualisation de la dette déjà émise à travers une formule d'euro-obligations, seconde option, est aujourd'hui raillée par Nicolas Sarkozy, s'inscrivant dans les pas d'Angela Merkel au prétexte qu'"elles n'ont guère de sens". Cette formule n'inciterait pas, selon eux, les pays à respecter la discipline budgétaire, la charge de la dette d'un pays pouvant être supportée par d'autres, en cas de graves difficultés. S'il est exact que l'on a tendance à moins être prévoyant quand on est assuré, des dispositifs peuvent être imaginés pour contrer cet effet d'aléa moral.

Pour être envisageable, la troisième solution, un recours au Fonds européen de stabilité financière (FESF) en vue d'aider l'Italie, nécessite un abondement de celui-ci. Le Fonds actuel permet seulement de couvrir un quart de la dette italienne. Les Français et les Allemands auraient pu y remédier à la condition d'un moindre endettement. Un taux d'endettement public à hauteur de 40 % de leur PIB aurait permis aux deux pays d'apporter 2.000 milliards d'euros de garantie au Fonds européen, faisant ainsi refluer la spéculation. À plus de 80 % d'endettement, cette solution n'a pas d'avenir. D'où la tentative des Européens au sommet de Cannes d'impliquer les pays émergents dans le FESF. Une tentative qui a avorté.

L'intuition était pourtant bonne à Cannes. Lorsqu'on ne veut pas ou ne peut pas combattre l'incendie avec l'extincteur familial, il faut appeler les pompiers. Comme la zone euro refuse un rôle de prêteur en dernier ressort, il faut se tourner vers une institution extérieure, en l'occurrence, le FMI. Seul celui-ci a potentiellement les ressources, en procédant à une augmentation de capital auprès de ses membres, de permettre à l'Italie d'éviter d'avoir à refinancer sa dette auprès des marchés pendant un, deux, voire trois ans, et ainsi mettre à sa disposition une ligne de crédit de 600 milliards d'Euros. Toutefois, il faut réaliser le coût politique pour l'Europe, les pays émergents demandant en contrepartie une augmentation de leur poids en termes de quote-part et de droit de vote. À Christine Lagarde de sortir du bois, puisqu'elle trouve à juste raison insuffisant l'accord Merkel-Sarkozy, et ainsi justifier la confiance placée en elle comme directrice du FMI. À Nicolas Sarkozy de jouer son joker et de faire comprendre à Angela Merkel le prix de ses "nein", l'abaissement de l'Europe dans une grande institution internationale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2011 à 17:18 :
Excellent analyse mais il manque une 5è possibilité -un emprunt national pour la France ou européen pour FESF- pour être moins exposé au 'marché'. Il faudrait aussi la compléter par des pistes pour remettre de la croissance car sinon les solutions de financement ne feront que reporter le problème.
Réponse de le 19/12/2011 à 10:09 :
désolé, mais celà ne marchera pas : les Français ont été habitués à des emprunts nationaux assortis de conditions très avantageuses, en particulier taux d'intérêts élevés et déductions fiscales ; tout celà creuserait encore plus le gouffre de la dette... et sans ces avantages, les Français ne souscriront pas ; nous ne sommes pas au Japon où les citoyens acceptent de prêter à l'Etat à 0% !
a écrit le 16/12/2011 à 11:12 :
a quoi servez-vous m Trannoy
pas d'autres idées ?? moi j'ai d'autres idées, mais vous êtes sûrement convaincu que vous seuls les économistes vous connaissez tout ??
il y a une autre idée : l'économie, la croissance peut repartir tout de suite, à l'instant, mais comme tous vous ne voyez que les marchés et vous ne cherchez pas quel est le maillon fondamental de l'économie ?? cherchez bien : vous avez mon mail
Réponse de le 17/12/2011 à 14:19 :
"Je sais tout mais je dirai rien!"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :