"La BCE réaffirme l'irréversibilité de l'euro"

 |  | 1740 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Mario Draghi et la BCE ont donné un signal très fort jeudi 6 septembre lors de la conférence de presse qui a suivi le comité de politique monétaire. Les propositions qui ont été faites peuvent en effet suggérer que la crise de la zone Euro pourrait enfin trouver une issue. Et celle-ci s'opèrerait en maintenant la zone Euro dans son intégrité. Dès lors, les perspectives changent et les éclairages sur la réalité ne sont plus tout à fait orientés de la même façon. Questions/réponses sur les problématiques posées avec Philippe Waechter, Directeur de la Recherche Economique de Natixis Asset Management.

Quels sont les objectifs de la BCE dans cette opération ?

Il y a en a deux qui sont explicites. Le premier est l'affirmation à nouveau de l'irréversibilité de l'Euro. Ce point que Mario Draghi avait mis en avant le 26 juillet à Londres, rappelé le 2 août dans la précédente conférence de presse puis le 29 août dans un article publié dans "Die Zeit" a été une nouvelle fois affirmé.

Il a deux composantes. La première est le maintien de la zone Euro dans son intégralité et la nécessité de mettre en ?uvre les moyens nécessaires pour y parvenir. La seconde composante est le changement institutionnel que cela implique et que Mario Draghi avait indiqué dans son article dans "Die Zeit". Il souhaite des institutions budgétaire et bancaire qui ne soient pas l'extension des gouvernements et qui disposent donc d'une indépendance de jugement et d'orientation qui ne soit pas ancrée dans des contingences locales.

Le deuxième objectif est de rendre davantage d'efficacité à la politique monétaire mise en ?uvre. La baisse des taux d'intérêt de la BCE n'est pas relayée par des taux d'intérêt longs très bas dans certains pays. Autant en Allemagne ou en France les taux d'intérêt sont très bas reflétant l'anticipation d'une politique monétaire anticipée comme durablement accommodante, autant ce n'est pas le cas en Espagne ou en Italie ou les taux d'intérêt de long terme restent très élevés. C'est ce dysfonctionnement que la BCE souhaite réduire pour permettre aux économies espagnole et italienne de bénéficier effectivement d'une politique monétaire très accommodante.

Quelles sont les décisions prises par la BCE ?

Le cadre qui avait été présenté par Mario Draghi lors de la conférence de presse du 2 août a été affiné. Un pays demandeur devra prendre des engagements sur ses orientations budgétaires, sur des réformes structurelles à mettre en ?uvre et sur les institutions européennes. Il devra faire une demande explicite au Fond Européen de Stabilité (FESF) ou au futur Mécanisme Européen de Stabilité (MES). Lorsque celui-ci donnera son accord la BCE pourra intervenir.Cette opération est appelé OMT (Outright Monetary Transactions). Le pays demandeur pourra le faire dans le cadre d'un ajustement macroéconomique ou à titre préventif. En d'autres termes, il n'est pas nécessaire d'attendre de façon excessive pour intervenir. Le FESF/MES pourra intervenir sur le marché primaire et la BCE sur le marché secondaire mais la BCE ne s'engagera pas sans que ceux-ci (FESF/MES) ne s'engagent également. Cela crée une conditionnalité forte pour le pays qui demande une aide. Les pays qui suivent aujourd'hui des programmes d'aide pourront recourir à cette demande d'intervention à condition d'être revenu sur le marché obligataire. Ce n'est pas le cas pour l'instant puisqu'ils sont financés par les différents plans.

L'intervention de la BCE est conditionnée à la mise en ?uvre des engagements pris par le pays demandeur. Tout arrêt des engagements se traduira par l'arrêt de l'intervention de la BCE. (voir plus loin néanmoins). Les montants engagés seront potentiellement illimités et seront stérilisés. La BCE ne souhaite pas que ces opérations de création monétaire via le rachat d'actifs sur le marché secondaire se traduisent par une hausse des agrégats monétaires. Elle rachètera cette liquidité par un autre moyen. Elle intervient ainsi sur un marché spécifique (la dette du pays demandeur) sans dérégler sa stratégie monétaire.

Quelle différence avec le programme précédent de rachat de la dette (SMP) ?

Un programme avait été mis en ?uvre pour le rachat des dettes européennes. On se souvient d'abord de l'intervention sur la dette grecque au printemps 2010 puis à l'été 2011 sur les dettes espagnole et italienne. Cependant l'impact n'avait été que temporaire malgré un total de 220 Mds d'obligations achetés. Cependant, ce programme n'a pas bien fonctionné car il était unilatéral et peu transparent. En effet la BCE achetait des titres de dette, sur la partie longue, mais sans qu'il y ait d'engagement de la part des Etats d'une part et sans donner d'informations précises sur les achats effectués d'autre part. On pouvait lire dans le bilan de la BCE la semaine suivante le montant acheté sans plus de précisions. Dans l'OMT, l'opération part du pays demandeur qui s'engage sur différents points. La BCE n'interviendra que conditionnellement à ces engagements et à celui du FESF/MES. La causalité n'est pas la même. Les achats se feront sur la partie courte de la courbe des taux d'intérêt (1 à 3 ans), sans définir d'objectif explicite de taux d'intérêt ou d'écart de taux d'intérêt (avec l'Allemagne par exemple) et les informations sur les montants, les actifs achetés, la duration seront rapidement disponibles. Les montants seront disponibles toutes les semaines et la décomposition par pays et la duration seront disponibles sur une base mensuelle.

Pourquoi se concentrer sur la partie courte de la courbe des taux d'intérêt ?

L'intervention de la BCE s'opèrera sur la partie 1 à 3 ans de la courbe dans le prolongement des opérations habituelles du marché monétaire. L'objectif est ici de peser fortement sur l'ensemble de la partie courte de la courbe. D'être suffisamment permanent dans l'intervention pour modifier les anticipations des investisseurs et finalement peser sur l'ensemble de la courbe. 

Quels sera l'impact sur les taux d'intérêt en zone Euro ?

L'objectif de la BCE est de disposer de taux d'intérêt cohérents avec sa politique monétaire. L'objectif est donc d'avoir des taux d'intérêt bas partout en zone Euro car c'est une condition nécessaire au retour de la croissance. Cela pourrait se traduire par des ajustements sur les actifs dont les taux sont aujourd'hui très bas mais la probabilité d'une remontée forte des taux allemand ou français me parait réduite. Ce sont les taux espagnol ou italien qui sont en anomalie par rapport à la politique monétaire et la conjoncture, pas les taux allemand ou français.

Quels sont les risques de l'opération OMT ?

On perçoit bien le mécanisme développé par la BCE et au regard de la détermination de Mario Draghi il est probable que cette opération permettra de donner des solutions à la crise que traverse la zone Euro. La difficulté est l'absence de complémentarité entre les engagements à prendre par les pays potentiellement demandeurs alors que ceux-ci (Espagne et Italie) connaissent aujourd'hui une récession profonde.

Mario Draghi ne s'est pas prononcé et n'a pas voulu le faire sur le détail des engagements à prendre. Il est clair que si les engagements se traduisent par une politique d'austérité avec un repli trop rapide du déficit public, le plan de la BCE sera voué à l'échec face à la dégradation économique que cela entrainera. Le risque est important car ces deux économies ont des taux de chômage élevés et une dynamique d'activité déjà très médiocre.

Que se passe-t-il si un pays s'engage, laisse la BCE acheter des titres et ne tient plus ses engagements ?

Mario Draghi a indiqué que dans ce cas la BCE arrêterait les achats d'obligations. Certes mais on peut imaginer une stratégie crédible qui permette à un pays d'attendre que la croissance mondiale redémarre, bénéficie à l'économie en question et permette à celle-ci de retrouver des degrés de liberté sur le plan budgétaire et des réformes. Il peut y avoir ce que les économistes appellent de l'incohérence temporelle de la part du pays demandeur parce qu'à un moment son intérêt peut avoir changé. On peut appuyer ce point en indiquant que les engagements de court terme porteront plutôt sur les finances publiques alors que les réformes structurelles sont longues à mettre en ?uvre et à être efficaces. Deux objectifs avec des temporalités différentes peuvent engendrer des comportements changeants.

Par ailleurs, si le pays s'arrête dans les réformes engagées parce que les efforts sont trop importants la BCE arrêtera alors ses achats. Mais comme le pays est en difficulté il peut se retrouver en défaut et la BCE sera pénalisée en raison de la dévalorisation des actifs qu'elle détiendra en portefeuille. Dès lors la menace est elle crédible ?

Finalement, c'est bien ou pas ?

C'est mieux. Les perspectives peuvent avoir changé avec ces propositions de la BCE. Par la forme de son intervention, la BCE s'engage fermement sous certaines conditions mais la mise en ?uvre de son intervention est totalement discrétionnaire, c'est-à-dire sans révéler d'objectif ni de timing. C'est généralement une façon efficace d'intervenir. En prenant à sa charge une partie du risque qu'il y a sur les marchés via la dette souveraine, la BCE joue pleinement son rôle car c'est la seule institution capable de prendre ce risque dans son bilan et de le répartir dans le temps. C'est en cela que la proposition de la BCE est importante. Elle redonne de la perspectives et réduit le risque immédiat pour que les acteurs de l'économie en prennent d'autres plus en phase avec le retour de la croissance.

Cependant, la question grecque n'est pas tranchée. La probabilité de défaut ou de sortie de la zone Euro de la Grèce reste et continuera d'avoir une incidence sur une éventuelle prime de contagion vers l'Espagne. C'est pourquoi il faut apporter un réponse rapide à la Grèce pour qu'effectivement la zone Euro retrouve une dynamique plus homogène non conditionnée par cet évènement dont l'impact éventuel serait fort.

L'autre point est qu'en prenant cette initiative, Mario Draghi et la BCE prennent le pas sur les gouvernements. C'est la BCE qui propose et qui donne son avis sur les institutions à mettre en ?uvre. Le rapport de force change c'est finalement la bonne nouvelle sur l'irréversibilité de la zone Euro.

Retrouvez Philippe Waechter dans les Flash Marchés, vidéo courte et pédagogique sur un point d'économie (http://www.webtv.am.natixis.com).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2012 à 1:19 :
Prenons l'argent de l'allemagne. Vivons au dessus de nos moyens. Ne remboursons pas...comme les US ! on va arriver à bout de ce système à bout de souffle. Si qq'un est assez betes pour me donner de l'argent pcq'il est pété de tunnes ! Je dit qu"il faut la prendre. Ca leur apprendra. Il me fatigue à la fin....
a écrit le 09/09/2012 à 20:19 :
il serait intéressent de faire un rapprochement de la représentation des lobbys dans le gouvernement européen et des fonds qui financent l'UMP et le PS
a écrit le 09/09/2012 à 12:28 :
La monnaie d'un état a la valeur qu'on lui donne, mais possède la valeur qu'elle mérite étayée par les ressources du pays. Non ?
a écrit le 09/09/2012 à 9:55 :
La BCE c'est quoi une banque qui relie tous les pays d'Europe ,ce qu'elle vient d'entreprendre a racheter les dettes ne feront que plus affaiblir lÉurope et les menbres de l?APEC l'ont compris puisqu'il s'organise de facon a ecarter l'Europe et les Etats Unis .Ce qu'il faut savoir que cet accord important de l'APEC HONKGONG,taiwan,Australie ,toute lÁmerique latine en pleine croissance,la Russie et la Chine ne font plus qu'un et vont faire leur commerce entre eux ,l'OCDE ne veut plus rien dire pour eux en quelques mois ils ont signés un accord douanier que l'OCDE apres 10 ans n'a pas trouv'e d'accord ,le continent europeen viellit il n'y a plus rien a esperer,et un Hollande en france precipitera la France aux oubliettes pour beaucoup d'années,Francais !!! preparez vous a demenager en Asie ,Russie,Chine ,Australie ou ailleurs pour aller ramasser les poubelles des nouveaux riches car il n'y aura plus de travail en France
a écrit le 09/09/2012 à 4:39 :
libertad46, lebret59 a raison, l'écologie est un truc de réacs, le but des écologistes de Droite et de Gauche est de revenir a la société traditionnelle, voilà pourquoi les peuples primitifs sont défendus par un milliardaire écologiste comme Goldsmith, car ces gens là détestent le Progrès, en bon Conservateurs qu'ils sont. Pour l'Allemagne je suis d'accord avec vous, y en a ras le bol de ce boulet Malthusien.
a écrit le 09/09/2012 à 0:24 :
Du même avis que Georges Soros. L 'Allemagne doit quitter la Zone Euro, cela sera mieux pour la France avec un Euro plus compétitif et une Allemagne moins compétitive et qui arrête d'être la sangsue de l'Europe !
a écrit le 08/09/2012 à 22:21 :
Pour information : Philippe Waechter est le cousin d'Antoine Waechter le leader écolo des années 1980. Ce qui explique tout.
Réponse de le 09/09/2012 à 0:20 :
Ce qui n'explique rien.....
a écrit le 08/09/2012 à 14:01 :
Le FESF/MES pourra intervenir sur le marché primaire. traduction: le personnel du MES, qui bénéficie statutairement de l'impunité judiciaire, peut injecter à tout moment sans aucune limites et quand il le décide, les économies des européens dans n'importe quel programme politique d'un pays de la zone euro qui le demande.
la BCE pourra intervenir sur le marché secondaire. traduction: la BCE couvre les pertes des échecs politico-économiques des gouvernements locaux.
a écrit le 08/09/2012 à 12:00 :
irréversibilité de l'euro, ce n'est pas à la BCE d'en décider, mais bien les gouvernements.
Réponse de le 08/09/2012 à 13:58 :
vous avez compris le sens du mot "démocratie" selon le parlement européen.
c'est bien.
a écrit le 08/09/2012 à 7:40 :
J'espère des solutions à petits, moyens et longs termes pour les pays en voie de développement "durables" je m'engage ajd à suivre cette actualité "d'abord pour moi-même" !
je le partage avec mes ami(e)s, sur facebook :-) bisous :-) <3
a écrit le 08/09/2012 à 1:04 :
J'ai vidé mes comptes euros et j'ai acheté des parkings que je viens de mettre en location. Au moins c'est du concret. Je n'ai plus aucune confiance dans cette monnaie et dans le système bancaire. Trop de mensonges de ces personnages politiques. Suis plus tranquille à présent. La crise risque de se transformer en cataclysme.
Réponse de le 09/09/2012 à 0:21 :
C'est bien! Vous allez payer Taxes foncières et Plus-value
Réponse de le 10/09/2012 à 14:09 :
Moi je trouve que vous avez raison, les biens immobiliers et les matieres premières (or & argent) sont tous ce qui pourront éviter d'être ruiné. Car la monnaie notamment l'euro n'est plus fiable.
Réponse de le 10/09/2012 à 14:11 :
PS : il n y a pas de taxe foncière sur les parkings.... La plus-value c'est seulement si il vend plus chère ses parkings...

Donc oui c'est bien
a écrit le 07/09/2012 à 23:06 :
On en reparle au plus tard au printemps le problème de l euro avec ses divergences est loin d être fini sans parler des problèmes sociaux et donc politiques. La survi de cette monnaie est loin d être certaine!
a écrit le 07/09/2012 à 21:28 :
Evidemment que les mecs de la BCE essaient de sauver l'Euro, parce que sans Euro, que deviendraient-ils, eux et la BCE ?
a écrit le 07/09/2012 à 18:30 :
Quand on a besoin de se protéger d'un doute, seul la foi est efficace, mais le doute ne disparait pas pour autant! L'existence de la question et l'obligation d'une réponse ne supprimera jamais le doute!
Avions nous des doutes sur le Franc pour avoir choisi l'Euro?
a écrit le 07/09/2012 à 18:07 :
Il faut penser exactement le contraire bien entendu. La BCE en abandonnant le principe de "séniorité" a admis officieusement qu'elle n'était pas une banque centrale mais un modérateur sans grand pouvoir. Elle a placé son intervention dans la reprises sur le marché secondaire très limité par les cautions déjà engagées sous la maîtrise unique des nations qui commandent son intervention. Elle a seulement réussi à trouver une sorte de présentation lui permettant de sauver la face et pour ce faire a organisé des délits d'initiés en laissant fuiter ses informations aux grands donneurs contre les petits épargants, une honte. Honte d'autant plus grande que la presse accaparée par ces commentateurs laissait imaginer que la Bourse pourrait s'écrouler et les entreprises quitter la zone en masse. Les nations candidates, la Bulgarie, on décidé de ne plus adhérer ...... sans que l'on en parle ou si peu. Bien entendu les fous de l'euro iront remettre le couvert dans quelques années. Mais depuis hier l'euro dont nous parlons n'est plus celui rêvé du fédéralisme délirant mais celui retrouvé d'une devise nationale. Waechter a pris lui aussi une claque, il tente de faire croire qu'il s'agit d'une caresse, loupé.
Réponse de le 10/09/2012 à 17:56 :
La Bulgarie n'a pas décidé de ne plus adhérer à l'Euro; elle a juste décidé de différer sa décision, ce qui dans le contexte actuel n'est franchement pas surprenant.
a écrit le 07/09/2012 à 17:42 :
La perte de souveraineté décriée il y encore quelques semaines semble être une couloeuvre avalée sans la moindre difficulté aujourd'hui. Petit à petit on laisse la BCE s'arroger tous les pouvoirs nécessaires à l'effacement de la dette par l'inflation. M; Schoible qui la veille encore disait à la télé allemande qu'il faisait confiance à Draghi pour maintenir le cap. J'attends sa réaction à froid. Car au bout du bout pour colmater le gouffre il n' y aura qu'une alternative: ou faire payer les Allemands ou faire tourner la planche à billets.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :