Grandes entreprises et société : en finir avec la grande incompréhension

 |   |  1595  mots
Le sénateur suisse Thomas Minder, patron d'une PME familiale, est à l'origine de la loi limitant les « rémunérations abusives » de dirigeants des sociétés suisses cotées et interdisant les « parachutes dorés ». Copyright Reuters
Le sénateur suisse Thomas Minder, patron d'une PME familiale, est à l'origine de la loi limitant les « rémunérations abusives » de dirigeants des sociétés suisses cotées et interdisant les « parachutes dorés ». Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour un certain nombre de grands groupes, les problèmes de la France proviendraient d'un trop grand nombre de CDI, de salaires trop élevés et d'une protection sociale trop développée. Alors qu'une partie de la population se plaint justement de la montée de la précarité, d'un pouvoir d'achat en berne et d'une protection sociale rognée. L'incompréhension réciproque semble donc être à son comble. Un tribune d'Eddy Fougier, politologue et chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

L'approbation en Suisse le 3 mars dernier par 68 % des suffrages exprimés de l'initiative Minder limitant les « rémunérations abusives » de dirigeants des sociétés suisses cotées et interdisant les « parachutes dorés » et les réactions que ce scrutin a suscité un peu partout en Europe sont à coup sûr le symptôme d'une incompréhension grandissante entre le monde des grandes entreprises et le grand public (avec les médias et les politiques comme relais). Celle-ci a été bien entendu alimentée récemment par le contexte plus général de crise économique, de multiplication des plans sociaux, d'affaires comme celle du « chevalgate » ou de la pilule de 3e génération ou encore d'exil fiscal de nombreux chefs d'entreprise. Cette incompréhension est bien entendu tout particulièrement prégnante en France. Les entreprises semblent, en effet, y avoir des difficultés à saisir un certain nombre de phénomènes d'opinion, tandis que la société française - une partie de l'opinion publique, des médias et de la société civile - ne comprend plus vraiment le fonctionnement des grandes entreprises et l'attitude de leurs dirigeants.

La France, pays du "corporate-bashing" 

Nul ne peut ainsi nier l'existence en France d'un véritable corporate-bashing, c'est-à-dire d'une vision des grandes entreprises très souvent critique dans un grand nombre de médias, une partie de l'opinion publique et de la société civile et même des partis politiques et du gouvernement. De nombreux responsables d'entreprise se plaignent ainsi du traitement par les médias de leur activité uniquement à travers des crises, des scandales, des polémiques en multipliant les amalgames, les généralisations et les soupçons. Ils rejettent également l'obsession d'une partie de la société vis-à-vis de toute forme de risque, notamment sanitaire, et la défense corrélative du principe de précaution qu'ils considèrent comme un obstacle à l'innovation technologique, notamment en ce qui concerne les plantes génétiquement modifiées, les nanotechnologies ou désormais l'exploitation du gaz de schiste. Enfin, par rapport au gouvernement, ils tendent à dénoncer la fiscalité élevée sur les entreprises, la surréglementation et la multiplication des normes, les « rigidités » du marché du travail, ainsi que le coût élevé du travail.

Pour le financier Charles Gave, une seule et même cause aux problèmes de la France : le coût du travail trop élevé...
Mais, on ne doit pas non plus ignorer l'existence d'une sorte de people-bashing comme peuvent en témoigner différents points de vue récents. Dans un entretien accordé au Figaro le 20 novembre 2012, Dietmar Hornung, l'analyste en chef de l'agence de notation Moody's, expliquait que l'une des causes de la dégradation de la note souveraine de la France résidait dans le fait « que la France affiche un degré très élevé de règlements juridiques et de contrats à durée indéterminée qui rendent difficiles l'adaptation des emplois aux cycles économiques ». Maurice Taylor, le PDG de l'entreprise américaine de pneumatiques Titan, expliquait quant à lui dans un courrier retentissant adressé à Arnaud Montebourg et publié le 19 février dernier par Les Echos que les salariés français touchaient des salaires élevés, alors qu'ils ne travaillaient que trois heures. Enfin, pour un financier comme Charles Gave, qui a publié un texte le 3 mars 2013 sur le site Atlantico, tous les problèmes économiques de la France proviennent d'une seule et même cause : le coût du travail trop élevé. En définitive, si l'on suit ces différents raisonnements assez symptomatiques de ce que l'on pense au sein des directions de grands groupes, les problèmes de la France proviendraient d'un trop grand nombre de CDI, de salaires trop élevés et d'une protection sociale trop développée, alors qu'une partie de la population se plaint justement de la montée de la précarité, d'un pouvoir d'achat en berne et d'une protection sociale rognée. L'incompréhension réciproque semble donc être à son comble. Cela aboutit au sentiment de plus en plus partagé selon lequel l'intérêt des grandes entreprises, qui seraient mues uniquement par la maximisation du profit, l'intérêt de leurs dirigeants et de leurs actionnaires, ne convergerait plus avec celui de la société.

La société française n'a pas fait le deuil de l'entreprise de la période des Trente Glorieuses

Du point de vue d'une large partie de la société, le contrat implicite liant entreprises et société aurait été rompu par les premières. Ce contrat garantissait un emploi stable, un pouvoir d'achat grâce à des salaires progressant de façon régulière, une sécurité économique et sociale grâce à des CDI et une protection sociale étendue, des écarts décents dans les rémunérations entre dirigeants et employés, des innovations qui allaient dans le sens du progrès social et de l'amélioration de la santé, des entreprises fournissant des produits de qualité et agissant au nom de l'intérêt national. En clair, une partie de la société française ne semble pas véritablement avoir fait le deuil de l'entreprise de la période des Trente Glorieuses et elle n'accepte pas un certain nombre d'évolutions : les licenciements et les fermetures d'usines d'entreprises qui font des bénéfices, les délocalisations d'unités de production pourtant jugées productives par leurs salariés, les rémunérations astronomiques de certains dirigeants et de certains salariés de grandes entreprises et autres avantages (stock options, bonus, retraites-chapeaux, etc.), de grandes entreprises nationales qui ne paient pas d'impôt en France, des dirigeants d'entreprises en difficultés qui bénéficient de « parachutes dorés » ou des innovations technologiques dont l'utilité et les gains en termes de santé ne sont pas évidents (comme les OGM).

Une société qui rejette ses grandes entreprises est une société qui se tire une balle dans le pied

Or, il faut bien admettre que cette situation d'incompréhension réciproque n'est pas tenable sur la durée car chacun a besoin de l'autre. D'un côté, les grands groupes créent des richesses, fournissent des emplois et des salaires, sont des facteurs d'innovation, les principaux acteurs du commerce extérieur, d'importants contributeurs au budget de l'Etat et au financement de la protection sociale et sont en définitive des moteurs importants de la croissance. De l'autre, les citoyens sont aussi des employés, des consommateurs, voire des actionnaires plus ou moins directs via des organismes de gestion collective de l'épargne. En clair, une société qui rejette ses grandes entreprises est une société qui se tire quelque peu une balle dans le pied, tandis que des entreprises qui ne prennent pas suffisamment en compte le point de vue de toutes les parties prenantes à leur activité, donc y compris l'opinion publique, les médias ou la société civile, finissent par se rendre vulnérables et risquent au bout du compte de mettre en jeu leurs intérêts.
Il convient par conséquent de sortir d'une double illusion qui ne mène à rien. La première, du côté des entreprises, est le chantage à l'exil (l'exit option), que celui-ci prenne la forme de délocalisations de certaines activités, de départ définitif ou d'exil fiscal. La seconde, du côté de la société, est le chantage à la sanction, que celui-ci prenne la forme d'une réglementation, par exemple sur les « licenciements boursiers », d'une menace de nationalisation ou d'une tentation de démondialisation. Il convient également sans aucun doute de sortir de la méconnaissance réciproque qu'entretiennent société et grandes entreprises et de la logique dans laquelle chacun se trouve enfermé sans jamais véritablement prendre en compte les préoccupations et les contraintes des autres parties : la logique de compétitivité et de création de valeur actionnariale pour les entreprises, la logique de l'annonce de « mauvaises nouvelles » et de la dénonciation de scandales pour les médias, la logique consistant à prendre l'opinion à témoin de l'existence d'un scandale pour la société civile, la logique précautionniste de l'opinion publique ou la logique suiviste des politiques par rapport à l'air du temps sociétal.

Privilégier un « investissement sociétalement responsable »

Les entreprises doivent donc privilégier un « investissement sociétalement responsable » car désormais, elles ne peuvent ignorer la société et la communauté dans lesquelles elles sont implantées sous peine de porter atteinte à leur réputation, ce qui peut s'avérer extrêmement préjudiciable pour leur chiffre d'affaires. Cela passe sans aucun doute par une posture moins cynique de la part d'un grand nombre de leurs dirigeants, qui n'appliquent pas à eux-mêmes ce qu'ils prônent communément. Un certain nombre d'acteurs, du gouvernement aux écoles en passant par les think tanks ou les universitaires, doivent également expliquer que le monde des grandes entreprises a largement évolué depuis les Trente glorieuses, plutôt qu'être dans une posture de nature populiste en suivant les inclinations anti-élites et anti-Big business d'une partie de l'opinion publique (n'oublions pas à ce propos que l'instigateur du vote suisse, Thomas Minder, est un sénateur de l'Union démocratique du centre, le parti de la droite populiste suisse). C'est seulement ainsi que l'on pourra envisager une réconciliation entre la société française et ses grandes entreprises, qui est absolument indispensable pour la première, comme pour les secondes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2013 à 12:52 :
Etonnant cet article !
Alors tous les abus seraient justifiables ? Les patrons salariés seraient de pauvres victimes riches ?
Je rejoins le commentaire de Thierry44chat : un patron possède le capital de son entreprise. Il en supporte les risques. Les patrons salariés sont des salariés comme les autres. Leur pouvoir excessif conduit à des catastrophes. Faut-il rappeler l'exemple de Messier et d'Universal ?
D'autre part, les classe moyennes, qui ont fait le succès de nos pays, sont en régression forte. Assistons-nous à un retour au féodalisme ? Le modèle a pourtant montré ses limites depuis longtemps,il a été combattu, abattu pour celui que nous avions adopté, un truc qui s'appelle la démocratie et qui sert tellement mieux le développement économique
a écrit le 16/03/2013 à 19:33 :
L'auteur passe à côté de son sujet car il évacue le principal responsable de cette incompréhension mutuelle : l'Etat obèse qui agite des boucs émissaires et manipule à son profit une "opinion publique" absolument artificielle, ne relevant ni de l'opinion ni du public, mais de la propagande étatiste. L'objectif de l'Etat et de ceux qui en vivent grassement (politiciens, hauts fonctionnaires, syndicalistes, subventionnés sociaux) est d'opposer les Français entre eux, selon le principe tristement banal qui consiste à diviser pour mieux régner. LA question : les Français seront-ils assez stupides pour se laisser subvertir par cette propagande ou, pour une fois, feront-ils preuve d'intelligence pour s'attaquer au véritable responsable de leurs difficultés, c'est-à-dire à l'Etat obèse ?
a écrit le 15/03/2013 à 10:03 :
Ce ne sont pas les salaires des français qui sont élevés , ce sont les cotisations et toutes les taxes prelevées autour de ces salaires. Et qui bénéficie de cet argent ? L'état, l'état et encore l'état....par une multiplicité de dépenses (un sénat qui ne sert à rien, des frais de ministères somptuaires, une police et une gendarmerie redondantes, etc, etc, etc....) . Si on faisait du vrai ménage dans tous ces couts, il y aurait beaucoup d'argent à repartager et les entreprises se plaindraient moins de leurs charges salariales qui les empechent d'etre concurentielles...elles vendraient mieux , donc une économie relancée et moins de chomage à la clé...
a écrit le 15/03/2013 à 10:02 :
Il faudrait aussi sortir du stalinisme managérial..

http://assietteanglaise.blogspot.co.uk/2013/01/stalins-not-dead.html?m=1
a écrit le 15/03/2013 à 5:19 :
mais n'est ce pas les salaires élevés qui font des français des consommateurs ?
a écrit le 14/03/2013 à 22:32 :
Degre de reflexion proche du zero pointe. Qui sont les gdes entreprises, comment sont elles devenues grandes, quelles place laissent-elles aux autres, quelle est leur politique de developpement en France, quelle l'evolution en nbre de salaries de ces entreprises en France et l'echelle de salaires. En 1 posant ces questions et 2 en fournissant ne serait que quelques elements de reponses vous comprendrez pourquoi il y a disgrace. Ensuite si vous avez encore du temps ouvrez un livre d'histoire et voyez comment evoluent les institutions sur le long dont le developpement va a contre courant du plus grand nombre. Ensuite illustrez en prenant par exemple la gde distribution qui monopolise 95% du marche alimentaire en France.
a écrit le 14/03/2013 à 19:34 :
"La société française n'a pas fait le deuil de l'entreprise de la période des Trente Glorieuses"

Tu m'étonnes, ... mais quelle personne saine d'esprit arriverait à faire le deuil d'une période où le rapport entre le salaire du plus riche et du plus pauvre était faible et quand la répartition client/employé/actionnaire ne plaçait pas l'actionnaire qui représente 1% en premier ?

On lit des absurdités sans nom dans certains journaux parfois... dur à avaler.
a écrit le 14/03/2013 à 18:18 :
arretons de parler des grands patrons pour moi ils ne sont que des directeurs gestionnaires en effet un patron c'est une personne qui a investi majoritairement dans son entreprise et qui risque son patrimoine
a écrit le 14/03/2013 à 17:04 :
tres bonne tribune, avec une constat fort : il y un vrai problème de perspective entre les entreprises et la société ...phénomène d'optique soigneusement entretenu par une démagogie politique assise sur une méconnaissance des mécanismes entrepreneuriaux, d'une part, et par eu réelle myopie cynique de certains patrons d?autre parts, à la limite de la cécité hystérique..
a écrit le 14/03/2013 à 15:41 :
Je lisais dernièrement le témoignage d'un chef d'entreprise d'une TPE installée en province ,dans le secteur de la mécanique essentiellement en sous traitance.
Pour lui ses principales difficultés provenaient de trouver des compétences et pas du niveau de salaire !!! et d'etre reconnu par les donneurs d'ordres qui souvent s'adressent .....en Allemagne alors qu'ils ont sur place des fournisseurs et prestataires qualifiés .
Tout ça pour dire que le niveau des salaires et charges n'est pas la seule et principale raison qui expliquerait un manque de compétitivité de nos entreprises .
a écrit le 14/03/2013 à 14:57 :
L?incompréhension est effectivement toujours mutuelle et si il est vrai que les médias en ont rajouté des couches sur le désamour croissant des français pour leur industrie, il faut bien avouer que beaucoup d'entreprises passent plus de temps à scruter la variable salaire que celle des investissements, talon d'Achille de l'économie française et moyen efficace de transformer un coût salarial en avantage compétitif.
La sortie de crise financière demandait une gestion d'image au même titre que celle des accidents majeurs, paramètre que les représentants des entreprises n'ont absolument pas pris en compte et paient rubis sur l'ongle aujourd'hui.
Il est alors "comique" de voir tant de patrons prôner la diminution des CDI au motif qu'ils freinent la mobilité au moment même où la patronne du Medef intrigue pour sa reconduction "perpétuelle" !
Les plus incohérents ne sont pas ceux qu'on croit !
a écrit le 14/03/2013 à 14:55 :
Il y a en France un problème avec les grandes entreprises. Beaucoup utilisent une forte optimisation fiscale ce qui fait peser sur les TPE PME le coût du social. Il y a aussi de nombreuses situations de rente dans pas mal de secteurs ce qui rend impossible la naissance et la croissance de TPE PME.
Quand on est indépendant et que l'on doit se battre contre une grande entreprise, c'est difficile.
La France continue par ses lois d'aider les grandes entreprises contre les petites, il n'y a qu'à voir ce que vient de faire Hollande.
Notre pays ne s'en sortira que si on rétablit la balance et que l'on aide les TPE PME, c'est là qu'est l'innovation et l'emploi, pas dans les grandes.
Réponse de le 14/03/2013 à 16:48 :
pas vraiment d?accord sur le "social". l?optimisation fiscale, elle réduit l'IS. hors la majorité de la couverture sociale repose sur les cotisations, et sur de taxes diverses payées sur les emplois ou les sites en France..donc ça ne change rien. ça représente par contre un manque à gagner pour le budget de l?état - et donc sur son endettement. sachant que l'IS ne pèse que pour 30 % des ressources ,autant que al TVA, et que de mémoire, les 10 premiers contribuables du CAC 40 pèsent à eux seuls 50% de l'IS global, la nécessaire lutte contre l?optimisation ne changera pas les fondamentaux, ni pour les PME , ni pour les contribuables...
a écrit le 14/03/2013 à 14:47 :
En tant que patron d'une PME où le rapport entre salaire le plus bas et le plus haut est voisin de 3, je partage tout à fait l'indignation des Français devant l'arrogance du grand patronat. Comment peut-on affirmer que les salaires ouvriers sont trop élevés en France quand on gagne soi-même plusieurs millions d'euros par an ? C'est indécent. Et si c'était vrai, alors Messieurs les Grands Patrons devraient commencer par réduire leur propre salaire et autres parachutes dorés immérités pour améliorer la santé financière de leur entreprise. D'autant plus que la France ne manque pas de talents pour remplacer ces dinosaures hors de prix. Si les patrons payés à prix d'or étaient vraiment utiles, Alcatel serait une société prospère et Renault ferait des bénéfices. Il est grand temps de remplacer cette caste de rapaces par des dirigeants qui se soucient de leur entreprise avant de songer à leur propre fortune.
Réponse de le 14/03/2013 à 16:39 :
de mémoire, merril linch ( le fondateur de la banque, grand capitaliste s'il en est ), a été le premier à dire que rein ne justifiait un salaire 20 plus élevé qu'un autre...c?est aussi un critère de sélection de Waren Buffet (et le patron de Titan s?applique cette regle)à ...et aussi des "vrais " fonds de capital investissement. Comme quoi..
Réponse de le 14/03/2013 à 22:30 :
en tant que d'une tpe-pme je suis parfaitement d'accord avec ce patron "mépris et arrogance"
il faudrait une vraie révolution qui expulse ces grands nobles pire que tout
a écrit le 14/03/2013 à 14:39 :
Je propose l'esclavage comme solution pour tout le monde journalistes compris.
a écrit le 14/03/2013 à 14:36 :
Les médias plutot que d'afficher des gros titres provocateurs auraient un role à jouer en mettant du liant entre la société et les entreprises mais nous en sommes toujours à opposer secteur public et privé ,patrons et salariés ....
Exemple , il y a quelques jours sur ce meme site un article concernant Bernard CHarlès de Dassault Système .L'article était présenté de telle façon que les lecteurs se sont déchainés ...L'article n'évoquait à aucun moment ce qu'était Dassault Système d'où était partie cette société pour devenir aujourd'hui un fleuron français leader mondial de son secteur et que cette réussite était due à des gens comme Bernard Charlès qui ont créé 10.000 emplois ce qui permettrait de mettre en perspective son désir de quitter la France au regard de ce que lui et ses équipes ont apporté à l'économie nationale .
Réponse de le 14/03/2013 à 15:04 :
pnv : vous ne dites rien sur les destructeurs d'emplois comme Gohsn,Peugeot,Varin et pas
mal d'autres.
Réponse de le 14/03/2013 à 16:32 :
détruisent ils des emplois ? combien d'emploi crées dans les usines Dacia ouverte ces 10 dernières années, par exemple ? que des emplois disparaissent en France ne signifie pas que ne nombre total d?employé baisse...
Réponse de le 14/03/2013 à 18:44 :
Bonjour à tous, Une seule remarque : la destruction d'emploi en France via les délocalisation ne tient à mon sens que principalement à une chose ; les écarts de fiscalité éffarantes entre pays d'europe économique d'abord, continental ensuite, mondial aussi mais peut être avec une influence moindre.
Je crois que tout le monde politico économique en a parfaitement consicience mais que personne n'ose vraiment s'y attaquer.
Pourtant avec une politique fiscale comblant les inégalités salariale une immense partie de la question serait réglée.
Réponse de le 15/03/2013 à 1:22 :
Les multinationales, particulièrement les françaises, sont indéfendables et la nullité de votre réflexion ne peut qu'encourager les critiques de cette forme métastasée du capitalisme qu'est la multinationale. Dans quelle tour d'ivoire vivez vous pour oser affirmer que les français ignorent les réalités économiques des multinationales ? Quel mépris pour les 60 millions de consommateurs. C'est précisément parce que les français ne connaissent que trop bien dans leur vie quotidienne les Bouygues ( bonjour les malfaçons dans les hôpitaux publics) les Vinci , les Veolia, et qu'ils sont obligés de pratiquer tous les jours les Total (recordman d'Europe de l'entreprise la plus condamnée pour ses pratiques de cartel ) , les Orange et consorts qu'ils en ont ras la casquette. Monsieur le chercheur , pouvez vous me dire pourquoi malgré que nous ayons les leaders mondiaux du verre de bâtiment, les fenêtres sont parmi les plus chères d'Europe ? Pourquoi malgré que nous ayons un leader mondial du ciment en France, nous avons le ciment le plus cher d'Europe ? Pourquoi malgré que nous ayons les leaders mondiaux du GPL, nous avons le propane de chauffage le plus cher d'Europe ......etc... Les multinationales françaises créent de l'emploi ? A l'étranger peut être. Pas en France. Vous avez déjà vu une entreprise (ou un groupe d'entreprise) créer de l'emploi en rachetant toute forme de concurrence autour d'elle(s) ? En rationalisant des pans entiers de l'économie ( grande distribution) ? On voit bien avec l'histoire des OGM que la multinationale est le stade intermédiaire entre le capitalisme à papa et le fascisme de demain. L'histoire du "corporate bashing" comme vous dites est, à ce titre, indissociable de la montée de l'écologie politique dans la seconde moitié du XXeme siècle. A ce titre c'est évidement devenu un "marqueur politique" très utile pour démasquer les prétendus écolos du Front National qui n'ont de cesse de s'agenouiller, comme vous le réclamez, devant les "moteurs" de la croissance.
Réponse de le 16/03/2013 à 19:17 :
Réponse facile, cher Denis : les taxes, les impôts, les charges ! Quand vous achetez une fenêtre ou un kilo de ciment, vous payez plus de 50% de charges fiscales et sociales dessus. Quand vous achetez une voiture, vous payez plus de 50% de charges indues. Le problème ne tient ni aux entreprises ni à la population, mais à l'Etat obèse.
Réponse de le 16/03/2013 à 23:51 :
Je savais que quelqu'un allait répondre cela et j'avais précisément choisi mes exemples dans ce but. Ce genre de réponse, c'est juste bon pour mettre la pression sur les ouvriers et le populo. Dans le cas du ciment et du verre le premier poste de dépenses dans le prix de revient ( et de très loin) c'est l'énergie électrique nécessaire à la fabrication, le prix du KWH en France étant le plus faible d'Europe. Le second poste c' est la manutention et le transport jusqu'au fabricant de fenêtre ou jusqu'au détaillant. Ca fait un bail que les ouvriers ne comptent plus pour grand chose dans le coûts de revient des matériaux du bâtiment. Donc il vous faut chercher l'explication ailleurs.

Par contre dans les états majors, il y a effectivement des armées de cadres moyens ou supérieurs (et de charges sociales ! ) dont l'activité principale et quotidienne consiste à accaparer le marché ( par exemple pourrir la vie des (petits) concurrents pour les empêcher de se créer des niches, une attitude typique des patrons français) , ou convaincre le client d'acheter à des prix abusifs ( ce qui prend nécessairement beaucoup plus de temps que si on essayait de lui vendre à un prix correct !) , ou (pire) à organiser des cartels à l'échelle de la France ou de l'Europe.
Quand Saint Gobain se prend une amende colossale pour entente avec ses concurrents, quand les Colas et les SPIE arrosent à la cantonnade et s'attribuent les travaux de voirie à tour de rôle, ou quand l'Autorité de la Concurrence tombe à bras raccourcis sur le cartel de l'acier, les consommateurs savent pourquoi ils doivent payer beaucoup d'impôt communaux et pourquoi les fenêtres isolantes sont les plus chères d'Europe. Ils comprennent que les prix abusifs des multinationales n'ont qu'un lointain rapport avec les coûts de main d'oeuvre systématiquement mis en avant auprès des journalistes prêt à tout gober. Et beaucoup à voir avec les pratiques d'un "capitalisme de la rente" dont les multiples visages ne font jamais l'objet d'études systémiques. Et c'est bien dommage parce qu'on est là en face d'une véritable pathologie du capitalisme.... dont le diagnostic est plus sévère en France que dans les autres pays de l'OCDE .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :