L’industrie touristique, véritable relais de croissance pour les pays en développement

 |   |  571  mots
(Crédits : Reuters)
Malgré la crise, le tourisme demeure un secteur dynamique dont les pays en développement devraient profiter... Par Lahcen Haddad, Ministre du Tourisme du Royaume du Maroc

En ces temps de crise financière et de morosité économique, le secteur qui connait un regain significatif de dynamisme, est l'industrie des services, de loisirs et de voyages. En Espagne, secouée par une crise économique aigue et une flambée alarmante du chômage, le tourisme est le seul secteur qui connait une croissance soutenue depuis plus de trois années. Les  voyages et les secteurs connexes donnent une lueur d'espoir en Grèce qui se bat pour sortir d'un marasme financier profond. La Turquie, la Croatie, et les Iles Canaries ont vu leurs recettes de voyages augmenter alors que les autres indicateurs sont, soit au rouge, soit stagnants.

Le nombre de voyageurs et de touristes au Maroc n'a cessé de croître depuis 2012, malgré une crise économique qui a secoué plusieurs pays européens, principal marché touristique pour le Royaume Chérifien. En effet, le Maroc a dépassé en 2013, pour la première fois de son histoire, la barre des 10 millions de touristes.

 

Un ancrage structurel dans l'économie

Les gens continuent à voyager malgré la crise et malgré la perception d'insécurité dans certaines régions. La culture du voyage et de découverte s'installe en tant que comportement social universel. Même dans des pays à revenu limité, comme l'Afrique subsaharienne, une classe moyenne consommatrice de loisirs et de voyages est en train d'émerger et de changer le paysage économique de ces pays ,contribuant ainsi à la croissance spectaculaire que connait l'Afrique.

La résilience de l'industrie des voyages et des loisirs n'est plus à démontrer. Les facteurs qui auraient pu impacter négativement le secteur depuis 2008, tels que l'insécurité, les révolutions du Printemps Arabe, la crise financière et la crise économique, ont certes créé des drames économiques pour le secteur du tourisme comme en Tunisie et en Egypte, mais globalement le secteur a résisté, grâce à sa grande maturité et à son ancrage structurel  dans l'économie mondiale, ce qui lui permet une capacité de reprise aussi rapide que solide.

 

Un secteur créateur d'emploi

L'investissement dans l'économie du voyage et des loisirs permet aux pays en voie de développement de diversifier leurs économies, souvent dépendantes des exportations des matières premières à faible valeur ajoutée, et de créer de l'emploi. L'industrie des loisirs et des voyages est un secteur fort, créateur d'emplois et de richesses, grâce notamment à sa transversalité. Les retombées socio-économiques sur les populations locales sont concrètes et pérennes.

Les transformations que connait l'économie mondiale vers un modèle basé sur les services et la technologie et moins sur l'industrie lourde, expliquent l'attention accrue qu'accordent les gouvernements aux secteurs du tourisme, des voyages et de l'industrie des loisirs.

 

Un facteur de protection de la culture locale 

En plus des gains économiques, sociaux et macro-économiques, les gouvernements doivent également considérer les retombées possibles sur la culture et le patrimoine local. L'industrie des loisirs, peut être un facteur de protection de la culture locale, pourvu que la durabilité soit une démarche intégrée dans les politiques publiques.

L'industrie des services et des loisirs est un pari  certain pour une grande partie des pays en voie de développement. Pérenniser cet espoir à travers des approches durables est le meilleur moyen de permettre aux générations actuelles et futures d'en récolter les bénéfices.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :