A l'origine de la stratégie de Poutine

Voir dans l'agressivité de Poutine vis-à-vis de l'Occident l'effet de l'âme russe, c'est se tromper lourdement. Le président russe parie simplement, depuis la crise financière, sur l'affaiblissement de l'Occident. Par Harold James, professeur, Princeton.

7 mn

Harold James est professeur d'histoire à l'Université de Princeton et professeur émérite au Centre pour l'Innovation sur la Gouvernance Internationale (CIGI).
Harold James est professeur d'histoire à l'Université de Princeton et professeur émérite au Centre pour l'Innovation sur la Gouvernance Internationale (CIGI). (Crédits : Reuters)

La politique du président russe Vladimir Poutine à l'égard des « pays étrangers proches » de son pays et de l'Occident a été profondément mal interprétée. Au lieu de se concentrer sur des tendances géopolitiques plus larges (en particulier, l'effet de la crise financière de 2007-2008 sur la politique mondiale), les commentateurs ont transformé la politique du Kremlin en un psychodrame qui ne peut se comprendre que par une exploration en profondeur de l'âme russe. Il en a résulté d'innombrables idées fausses sur les raisons du changement de Poutine, de ce qui semblait être une politique de modernisation conciliante, voire même dans une veine pro-occidentale, vers un révisionnisme agressif.

Deux explications erronées

Deux explications erronées ont été proposées sur la politique étrangère actuelle de la Russie. La première, proposée par ceux qui se décrivent eux-mêmes comme les Putin-Versteher allemands (« les sympathisants de Poutine »), est que la politique russe est une réponse logique à la stratégie d'encerclement de l'Occident. Ils soutiennent que l'expansion vers l'Est de l'OTAN et de l'Union européenne était une provocation inutile. En fait, George Kennan en personne, l'initiateur de la stratégie de "confinement" menée par l'Amérique pendant la Guerre froide, s'est opposé à l'élargissement de l'OTAN dans les années 1990 précisément sur cette base.

Il y a des limites évidentes à cette théorie. Tout d'abord, elle se fonde sur l'affirmation selon laquelle, au moment de l'effondrement du mur de Berlin et de la désintégration de l'Union soviétique, l'Occident avait promis qu'il n'y aurait pas d'élargissement de l'OTAN. Même Mikhaïl Gorbatchev, lors du 25ème anniversaire de la chute du mur, a accusé l'Occident de ne pas tenir les promesses faites en 1989 et de plutôt « tirer parti de la faiblesse de la Russie » dans les années 1990 pour revendiquer « le monopole du leadership et de la domination du monde », y compris par élargissement de l'OTAN.

Mais en réalité, l'Occident n'a jamais promis de ne pas étendre l'Otan. En fait, au printemps 1990, les États-Unis ont présenté un puissant plaidoyer, selon lequel un projet de réunification de l'Allemagne ne pouvait pas faire partie de deux systèmes de sécurité différents.

Un point plus fondamental est que la Russie dans les années 1990 a témoigné peu d'inquiétude quant à l'expansion des structures économiques et de sécurité européennes vers les anciens satellites de l'Union soviétique en Europe centrale et de l'Est, ou même dans les anciennes républiques soviétiques nouvellement indépendantes. Dans le cas contraire, il n'aurait probablement pas fallu au Kremlin près de deux décennies pour riposter.

Un Russe irrationnel?

La deuxième explication populaire du changement de Poutine, c'est qu'il est irrationnel et que la politique étrangère de la Russie n'est qu'une extension des fantasmes d'un homme qui met en scène ses cascades pour guider les grues blanches de Sibérie dans leur migration en ULM. Mais cela soulève une question évidente : comment une personne qui paraissait être autrefois le souverain le plus moderne et le plus fiable de la Russie depuis le Tsar Alexandre II (un homme que le président américain George W. Bush a qualifié de « très simple et digne de confiance » en 2001) est soudain devenu plus fou que Raspoutine ?

 Une meilleure explication peut être trouvée en retraçant la chronologie de l'évolution de la politique étrangère de la Russie, qui a commencé avec la crise de la Géorgie 2008. Lorsque la Géorgie, qui flirtait avec son adhésion à l'OTAN, a élaboré une réponse militaire aux attaques des séparatistes en Ossétie du Sud, une enclave ethnique dont le gouvernement était soutenu par le Kremlin depuis plus d'une décennie, la Russie a lancé une invasion à grande échelle pour protéger la région. La Russie a également renforcé sa présence en Abkhazie, une autre province séparatiste. La crise, qui a été précédée par l'émission à grande échelle de passeports russes aux Géorgiens, préfigurait le déploiement des forces russes en Crimée, sous le prétexte de protéger les citoyens russes.

On peut même dire que le changement était manifeste même avant cela. Lors de la Conférence de sécurité de Munich 2007, Poutine a montré son nouveau visage, en insistant sur le potentiel des grandes économies émergentes (le Brésil, l'Inde, la Chine et la Russie) à fournir une alternative à ce qu'il considérait comme un ordre mondial unipolaire et arbitraire. De nombreux observateurs ont été choqués par ses déclarations et ont pris son discours comme une preuve de son danger ou de son irrationalité.

Pour Poutine, la crise financière égale la fin de la domination américaine

L'année suivante, la crise financière a frappé et a convaincu Poutine que son évaluation avait été prophétique. La crise, à son avis, était la preuve que les jours de la domination mondiale américaine étaient révolus.

En fait, avant la crise, la Russie avait approuvé la logique du capitalisme mondial, en reconnaissant la nécessité de coopérer avec les multinationales afin de moderniser et de diversifier une économie basée sur les matières premières et la production d'énergie. Cependant après la crise, il n'y avait plus autant à gagner sur les marchés mondiaux, du moins pas en termes de puissance. Au lieu de cela, la meilleure option pour la Russie était de coopérer avec d'autres pays qui ont adopté un modèle similaire du capitalisme centré sur l'État, en particulier la Chine.

L'interprétation de la crise par Poutine a été étayée par les développements politiques en Amérique et en Europe. Les États-Unis ont élu un président qui est apparu résolu à réduire les engagements mondiaux de l'Amérique. Lorsque les révolutions du Printemps arabe ont éclaté, la réponse des États-Unis a été faible et confuse, oscillant entre la rhétorique et le soutien pro-démocratique pour les autocrates anti-islamistes. Cela a permis à Poutine de se projeter, en particulier en Syrie, comme un promoteur crédible du pragmatisme géopolitique.

Le retour à une doctrine géopolitique soviétique

La dette de la crise en Europe (et l'incapacité apparente de ses dirigeants à prendre des mesures coordonnées) ont donné des munitions supplémentaires au Kremlin. Étant donné que les dettes et les déficits globaux de l'Europe sont beaucoup plus faibles que ceux des États-Unis ou du Japon, en toute logique, la polarisation et la paralysie auraient pu être évitées.

Plus largement, la conviction de Poutine selon laquelle la crise économique a provoqué la désintégration de l'Occident, s'aligne sur la doctrine géopolitique soviétique traditionnelle. Comme le montre Stephen Kotkin dans sa nouvelle biographie de Staline, la politique soviétique était strictement rationnelle. La Grande Dépression a convaincu Staline que les différentes factions du capitalisme entreraient en guerre. En 1938-1939, l'agression nazie a paru justifier son analyse. Mais les prédictions de Staline se sont effondrées après la défaite d'Hitler, lorsque les intérêts contradictoires n'ont pas conduit à un affrontement entre les États-Unis et le Royaume-Uni.

Alors que les politiciens occidentaux et les décideurs économiques essayaient d'éviter une Grande Dépression II, Poutine travaillait déjà sur l'hypothèse qu'elle s'était déjà produite. Pour l'Occident, la gestion de l'imbroglio géopolitique qui en résulte sera encore plus difficile que de restaurer ses économies mal en point.

Harold James est professeur d'histoire à l'Université de Princeton et professeur émérite au Centre pour l'Innovation sur la Gouvernance Internationale (CIGI).

Copyright: Project Syndicate, 2014.
www.project-syndicate.org

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 15/02/2015 à 16:39
Signaler
L'adversité a éduqué Vladimir Poutine dès son entrée en matière. Il s'est progressivement bonifié en surmontant victorieusement les épreuves qui se sont présentées à son équipe dirigeante. Il a pu découvrir à quel point certains partenaires occiden...

à écrit le 12/01/2015 à 14:57
Signaler
Cette tribune n'enseigne rien. Où est l'analyse ? Un lycéen n'aurait pas fait mieux, sauf que dans son cas, cela aurait été justifié. @La Tribune : vous avez vraiment de l'argent à perdre à traduire un article aussi vide ?

à écrit le 12/12/2014 à 15:23
Signaler
juste un mot "facilel"il nous rase poutine,il a d'ailleurs pour conseiller l'ex ami de lemonov qui éssaie de ressembler au célébre moine

à écrit le 07/12/2014 à 18:54
Signaler
J'espère que les lecteurs ne vont tomber dans cette manipulation qu'est cet article. Professeur "émérite" doit être un peu naphtalisé pour penser un instant que Poutine peut contrôler l'économie mondiale et faire repasser les plats de l'histoire pour...

à écrit le 07/12/2014 à 12:23
Signaler
Les preuves proposées pour fonder son hypothèse par l'auteur ne me semblent pas vraiment tenir la route. D'abord, les nouvelles économies n'ont pas l'air de continuer à se développer, et se frein dans leur croissance n'arrive pas en surprise. Coopéra...

à écrit le 07/12/2014 à 11:09
Signaler
Inutile de biaiser en jouant sur les mots. Gorbatchev a été mesuré mais net : il a dû admettre une non neutralisation de l'Allemagne réunifiée ; il espérait que la coalition anglo-américaine respecterait les frontières de 1990, sans chercher à confi...

à écrit le 06/12/2014 à 14:31
Signaler
On a qu'une source d'information et elle est US!

à écrit le 06/12/2014 à 1:43
Signaler
Je voulais analyser le texte en détail, mais c’est impossible. Il est faux, partiel, non argumenté, basé sur les clichés. Si Mr. James ne fait pas la propagande, il doit être viré de son université pour son incompétence. ___1. « la politique du Krem...

le 06/12/2014 à 10:49
Signaler
les seuls actes de guerre c'est la Russie qui les a commis en envahissant la Crimée et le Donbas avec son armée , aucune menace militaire n'est venu d'en face .

le 06/12/2014 à 15:28
Signaler
@ pédro: 1. Votre remarque est fausse en grande partie et n’a presque rien à voir avec l’article et mon commentaire. 2. A propos de la Crimée, la plupart de travail a été fait par les locaux, les troupes russes n’ont que finalisé le travail. L’Ukrai...

à écrit le 05/12/2014 à 19:23
Signaler
Et l’agressivité des USA vis-à-vis de l’Iraq, l’Iran, la Lybie, la Syrie, l’Afghanistan etc… le prof ricain peut-il nous l’expliquer ?

le 05/12/2014 à 19:57
Signaler
+1 et je rajouterai aussi l'Equateur, Corée, Vietnam, Nicaragua, Venezuela, Cuba dans la liste des pays où les usa se sont invités "tranquillement"... Bref, comme d'habitude certains historiens anglo saxons ont la mémoire très sélective

le 05/12/2014 à 21:26
Signaler
là c'est pas pareil , c'est pour apporter la démocratie !! d'ailleurs on voit le résultat

le 05/12/2014 à 23:21
Signaler
comme au Kirghizstan, Géorgie, Azerbaïdjan, Transnistrie, Tchétchénie, Donbass?

le 06/12/2014 à 1:55
Signaler
@ La démocratie: Vous montrez des connaissances très particulières. Kirghizstan et Azerbajdjan –rien à voir ici. Quel est le rapport ? Géorgie ? Si c’est 2008, c’est sa faute, voir les conclusions de la commission internationale. Si c’est dans les a...

à écrit le 05/12/2014 à 17:36
Signaler
L'apparente faiblesse de l'occident cache en fait toute se force. Le monde est tellement soumis à l'économie occidental que même la Chine souffre quand l'occident ralenti. La crise était nécessaire la mondialisation pour ralentir les économies occide...

le 05/12/2014 à 20:03
Signaler
Autant être aveugle que lire une stupidité pareille.

le 05/12/2014 à 21:28
Signaler
pour maîtriser , on maîtrise plein pot :-) bon, ça se voit pas encore mais les courbes vont s'infléchir , c'est sur

le 05/12/2014 à 23:41
Signaler
"La crise était nécessaire la mondialisation pour ralentir les économies occidentales afin que les pays émergents rattrapent leur retard." ---> LOL complètement faux, c'est justement, pour garder la suprémacie des pays riches tout ça.

le 06/12/2014 à 12:07
Signaler
L'occident à déjà sa suprématie. Elle a une influence totale sur l'économie mondiale. Quand l'occident tousse, le reste du monde s'enrhume. Il ne faut pas voir la mondialisation en terme de compétition, car les économies émergentes sont le fruit des ...

le 07/12/2014 à 4:49
Signaler
"La mondialisation vise maintenant a réduire ces écarts. " FAUX la mondialisation vise à rendre tous les travailleurs pauvres en abaissant tous les salaires sur toute la planète !!!

le 07/12/2014 à 22:37
Signaler
En rendant tous les travailleurs pauvres, on réduit les écarts : tout le monde avec un salaire de misère. Donc c'est pas faux.

à écrit le 05/12/2014 à 15:55
Signaler
Analyse lamentable, qui montre bien l'aveuglement général des etats-uniens. Plus rien à espérer de ce côté là.

à écrit le 05/12/2014 à 14:27
Signaler
Fort heureusement, M.Poutine n'a pas la'ggressivité que lui prête M.James. Mais quand on va lui marcher sur les pieds en crimée, il ne peut manquer de marquer un petit mouvement..il faudra bien l'en excuser, puisque cela est du passé..le mieux est de...

à écrit le 05/12/2014 à 11:29
Signaler
Je vais détailler plus tard, mais en bref, c'est la propagande du pur jus rempli des clichés indignes d'un professeur d'histoire.

le 05/12/2014 à 12:03
Signaler
Confirmation, c'est une bonne propagande US. Nous sommes les plus forts et nous avons toujours raisons. Nous sommes les gentils, les autre les méchants. Mais il suffit de réfléchir : depuis 50 ans, les USA sont toujours en guerre et agressent les pa...

le 05/12/2014 à 23:45
Signaler
La Russie et la Chine sont comme les USA, des pays impérialistes. La Chine a agressé les Ouïghours et les Tibétains. La Russie a agressé le Caucase, la Tchétchénie et dirige plus ou moins ses pays limitrophes.

le 06/12/2014 à 15:34
Signaler
@ @candide: Oui, le Caucase en XIX siècle, sans moindre bataille dans plusieurs régions et en considérant la noblesse locale égale à celle de l'Empire Russe. J'ai bien rigolé de la gestion par la Russie des pays limitrophes. Malheureusement cela n'a ...

à écrit le 05/12/2014 à 10:41
Signaler
CHAQUE GRANDE NATION VEUT DOMINE L AUTRE A CE JEUX LA ?PERSONNE N EST GAGNENT? EST DE PLUS C EST UN JEUX QUI PEUT RELANCE DES GUERRES INUTILE ET UN RETOUR EN ARRIERE DU GENRE HUMAINS LA DERNIERE GUERRE MONDIALE A COUTEZ DES MILLIONS DE MORTS A TOUS L...

à écrit le 05/12/2014 à 9:09
Signaler
A toute action, il y a réaction et, visiblement, l'OTAN est allé chercher une réaction Russe pour mieux la discréditer!

le 05/12/2014 à 9:32
Signaler
Disons plutôt que Poutine cherche une réaction depuis 2007 et qu'il a pris le manque de réaction de l'Occident comme un aveu de faiblesse. Et maintenant que l'Occident réagit un peu plus fermement, il est bloqué dans une stratégie où il n'a plus la m...

le 05/12/2014 à 10:08
Signaler
Ou plutot a toute faiblesse, il y a des gens sans scrupules qui cherchent a en profiter

le 05/12/2014 à 11:58
Signaler
J'attends de voir s'il n'a réellement plus la main ou si c'est ce que l'on veut nous faire croire.

le 05/12/2014 à 12:57
Signaler
L'Occident réagit un peu plus fermement!!!! Arrêtez ce délire!

le 05/12/2014 à 14:57
Signaler
Je dirai plutôt que l'OTAN n'aimes pas que l'on lui résiste, la France est déjà tombé dans son escarcelle, et poursuit son chemin dans la formation de son empire!

le 06/12/2014 à 1:13
Signaler
OTAN = fabrication des USA...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.