5G : les antennes ne garantissent pas à elles seules la sécurité des données

 |  | 768 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : DR)
OPINION. Alors que la France s'apprête à attribuer aux opérateurs téléphoniques les premières fréquences 5G, les critiques autour de cette technologie restent nombreuses : impact écologique, conséquences sur la santé, risques pour la souveraineté des données... autant de raisons et de croyances - souvent peu documentées - pour demander un moratoire, voire un abandon définitif... Par Karine Picard, DG Oracle France (*).

Parmi les sujets soulevés, les antennes cristallisent le débat avec d'un côté les fournisseurs européens historiques (Nokia & Ericsson) et de l'autre, l'outsider chinois Huawei. S'il est vrai que la sécurité des données est indispensable pour garantir la confiance des utilisateurs et une adoption rapide, il est faux de penser que l'antenne garantit à elle seule la protection du réseau. La 5G reposant à 95% sur des environnements virtualisés hébergés dans le cloud, c'est bien l'architecture du réseau qu'il convient de surveiller pour savoir si nos données sont réellement en sécurité.

Ne limitons pas le débat public aux antennes

Vouée à devenir centrale dans notre société - notamment via l'Internet des Objets (IoT) et l'Internet des Objets Industriels (IIoT) - la 5G permet de déployer des services innovants dont on mesure aujourd'hui encore peu l'impact. Le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques M. Cédric O, n'a pas manqué de souligner les progrès qu'elle pourrait apporter à bon nombre de secteurs comme la télémédecine, l'agriculture ou la transition écologique. Sans oublier l'essor des villes intelligentes, les « smart cities », et ses nombreuses applications au bénéfice des citoyens et de l'organisation des services publics (gestion optimisée de l'éclairage, de la circulation, de la distribution d'eau, du ramassage des déchets...).

A travers la sécurité des données et les suspicions de risques d'espionnage industriel, la question "Huawei" détourne en fait le véritable débat. L'antenne 5G n'est en effet qu'un simple point d'entrée comme peuvent l'être la fibre optique ou le satellite. Contrairement aux technologies précédentes (3G, 4G) dont la valeur ajoutée est centrée sur la capacité des opérateurs à déployer des infrastructures télécoms importantes, celle de la 5G ne repose pas sur le point d'entrée, mais sur l'infrastructure cloud sous-jacente. Une fois ce paradigme énoncé, on comprend mieux pourquoi les antennes sont amenées à devenir une commodité et le cœur de réseau, l'objet des convoitises.

Même si les opérateurs seront tentés d'internaliser cette offre, il est peu probable que cette option soit la plus viable économiquement. En réalité, les grands fournisseurs de cloud sont les mieux placés pour proposer aux opérateurs des applications permettant de créer et gérer leurs réseaux 5G. Avec un modèle de paiement à la consommation (« as-a-service »), la gestion d'un réseau 5G ne nécessitera pas d'investir au préalable dans des infrastructures coûteuses, et se fera donc à moindre coût pour les opérateurs.

Le cloud est au cœur de la 5G

L'essor de l'IoT va démultiplier les usages, et donc les points d'entrée pour les acteurs malveillants. Le déploiement de la 5G ne se fera donc pas sans risque - et la gestion des infrastructures sera critique en matière de cybersécurité. Il est donc primordial que les acteurs du cloud deviennent des interlocuteurs privilégiés de l'écosystème.

Outre leur capacité à proposer des offres performantes, ce sont surtout des spécialistes de la cybersécurité. Les nouvelles générations de cloud répondent aujourd'hui à toutes les préoccupations en la matière. Avec une architecture ayant placée la sécurité « by design » au cœur du produit, elles permettent de créer des réseaux entièrement autonomes, dans lesquels l'intelligence artificielle (IA) et le machine learning (ML) assurent l'autonomisation des processus de sécurité et une complète imperméabilité aux attaques extérieures. Ces technologies, en corrigeant les failles automatiquement et en évitant toute erreur humaine, sont extrêmement efficaces pour lutter contre les cyber-menaces. Par ailleurs, ces solutions respectent un cahier des charges strict en matière de chiffrement des données et répondent au mieux aux enjeux de souveraineté.

Le déploiement de la 5G est intimement lié au cloud, et la cybersécurité de l'une dépend indéniablement de celle de l'autre. Sans minimiser l'importance du débat autour du choix des équipementiers, le choix des technologies basses qui composent plus de 95% de la 5G est tout aussi important, et trop souvent oublié. Aujourd'hui, le véritable enjeu dans le déploiement de la 5G en France repose donc ainsi sur les choix technologiques qui seront faits dans les mois à venir pour construire le cœur de réseau des quatre grands opérateurs français.

__

(*) Par Karine Picard, DG Oracle France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2020 à 9:02 :
"Ne limitons pas le débat public aux antennes"

Ou dit autrement:"Oui ya un problème mais bon on va pas en rester à la lampe à pétrole hein !"

Sinon en ce qui concerne internet, étant un réseau peer to peer, ne sera de toutes façons jamais sûr à 100% il serait temps de dire cette vérité plus que gênante pour une classe dirigeante qui vend ainsi nos informations aux plus offrants.
a écrit le 17/09/2020 à 8:52 :
Renoncer a une innovation n'est pas renoncé au progrès... quel sera l'avenir de "La Fibre" alors que notre monde sera de moins en moins "nomade"? Cela ne mérite pas d'être inondé par des "micro-ondes" surtout que cela sera néfaste pour la vie végétale et animale!
Réponse de le 18/09/2020 à 19:06 :
Pourquoi moins nomade ?
Pouvez vous développer ?
a écrit le 16/09/2020 à 22:51 :
Dommage qu’on fasse toujours cette erreur: l’antenne n’a aucune intelligence et ne présente aucun risque. C’est l’équipement qui est en dessous des antennes (la station de base) qui traite les communications avec le cœur de réseau de l’opérateur.
Réponse de le 18/09/2020 à 13:04 :
Bonjour monsieur Bob. Je suis parfaitement d'accord avec vous que l'antenne ne présente aucun risque. Toute fois, je trouve une petite raison à ceux qui voient le contraire ; du moment où à l'émission, ce sont ces antennes qui diffusent les micro-ondes sur l'environnement.
a écrit le 16/09/2020 à 22:24 :
Comme chaque être humain peut voir son corps transformé en antenne personnelle, la 5G non sécurisés devient une véritable menace pour la vie de chaque être humain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :