Comment la France a autant de riches avec sa fiscalité confiscatoire

La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, comment la France a autant de riches avec sa fiscalité confiscatoire

4 mn

(Crédits : CC0 Public Domain)

VIDEO

Voilà un nouveau mystère : comment la France peut-elle compter autant de riches voire de très riches avec un système fiscal réputé confiscatoire. L'étude annuelle du Crédit Suisse sur la Richesse Global est sans ambiguïté : avec plus de 2 millions de Français millionnaires en dollars, la France est peut-être loin du trio de tête composé des Etats-Unis, du Japon et de la Chine, mais elle est bien installée dans le top 10, aux coudes à coudes avec l'Allemagne.

En rapportant le contingent de millionnaires à la population pour gommer les effets de taille, la Suisse arrive en tête devant les Etats-Unis et les Pays-Bas. En Europe, l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne sont éjectés de ce nouveau classement. Quant à la France avec 3,2% de millionnaires elle glisse simplement du 6e au 9e rang. Et encore la méthodologie n'est pas favorable aux Français car si le patrimoine pris en compte reprend bien les actifs immobiliers et financiers net des dettes, il n'intègre pas les créances de retraites latentes alors que les actifs des fonds de pensions sont inclus. C'est surprenant, mais voici 5 éléments pour comprendre comment un pays qui a, soit disant, un problème avec les riches arrive à en produire autant et à un tel niveau de richesse. Le premier renvoie aux inégalités des revenus primaires. La France est une formidable machine à redistribuer, mais il ne faut pas perdre de vue que c'est sur fond de très grandes inégalités à la base. Si l'on se réfère à l'outil standard de mesure des inégalités, que constitue l'indice de Gini, les inégalités primaires de revenu avant impôt et transfert sont plus élevées en France que dans les pays nordiques comme la Suède ou le Danemark mais aussi que dans les pays anglo-saxons, Allemagne, Royaume-Uni et Etats-Unis. Bien entendu, l'Etat providence réduit ces inégalités mais il ne peut totalement les gommer au plus haut de la pyramide. Deuxième élément à intégrer : l'évolution des prix de l'immobilier.

Partout dans le monde, le taux de propriétaires augmente avec le niveau de richesse et l'immobilier constitue une part importante du patrimoine. Sa valorisation est donc un facteur déterminant pour entrer dans le club des millionnaires. En France, plus qu'ailleurs, les hauts revenus se concentrent sur une petite partie du territoire, dans les meilleurs quartiers des grandes métropoles et les régions stars (Haute-Savoie, Côte d'Azur, Lubéron..). La moyenne nationale des prix de l'immobilier n'a donc pas de sens et c'est Paris qui donne le LA : entre 2005 et le 2ème trimestre 2019, les prix se sont envolés de près de 100% dans la capitale. Il n'y a guère que Londres qui a suivi le rythme. En Belgique, en Allemagne (où le marché national est moins éclaté), la progression a été de 50% environ. Un cran en dessous les Pays-Bas et plus bas encore l'Espagne quasiment à zéro. Troisième élément, l'élitisme social des filières d'excellence qui renforce in fine la concentration des revenus et des patrimoines sur une petite partie de la population. Il y a près de cinquante fois plus d'enfants de cadres supérieurs que d'enfants d'ouvriers à Polytechniques, 20 fois plus dans les Ecoles normales supérieures, près de 16 à l'ENA et jusqu'à 8 environ dans les classes prépas alors qu'ils sont finalement moins nombreux que les fils et filles d'ouvriers.

Or non seulement ces formations sont gratuites (ou presque) mais les élèves sont en plus rémunérés. C'est le jackpot, le capital des parents qui sera transmis plus tard aux enfants n'est pas entamé et les étudiants entreront dans la vie active sans dette et accéderont aux postes les plus rémunérateurs du privé et du public avec de véritables rentes de situation. Et plus généralement, l'éducation gratuite, la santé gratuite, sont deux éléments qui protègent les fortunes contre les grands coûts ou accidents de la vie, contrairement à d'autres pays, et qui préservent par la suite les revenus de la propriété des riches et de leurs descendants. Avant dernier élément une fiscalité peu progressive : sur un total de 1 000 milliards d'euros de prélèvements obligatoires chaque année (y cotisations sociales donc), près de 75% sont payés par tous aux même taux, qu'ils soient riches ou pauvres (si l'on néglige toutefois, les éléments de progressivité des prélèvements sociaux au voisinage du SMIC ou de la CSG). A peine 90 milliards sont finalement issus de prélèvements réellement progressifs : l'impôt sur le revenus, les droits de succession et l'IFI. 5ème et dernier élément, si l'on ajoute à la faible progressivité, l'évitement fiscal, le taux d'imposition s'avère in fine décroissant pour le haut de la distribution des revenus. Cette baisse du taux global d'imposition chez les plus riches est due non seulement au poids décroissant des cotisations sociales et de l'impôt sur le revenu, mais aussi à l'utilisation de nombreuses niches et techniques d'optimisation fiscale.

Bref, la France n'est peut-être pas la terre promise pour les riches mais ce n'est pas non plus l'enfer.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

4 mn

En direct à 14h pm GMT - Africa digital economy forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 24/12/2019 à 8:24
Signaler
a cause de ses mensuetudes sur les multinational et surtout a proteger l'evasion fiscale et encourager a l'investissement a l'etranger voir a abandonner sa nationalite au faveur des usa lorsque la justice francaise est a la botte de leur confrere d...

à écrit le 16/12/2019 à 20:46
Signaler
Conclusion : nous avons un système qui présente d'indéniables avantages. Encore faut il le perfectionner un peu plus. Notamment permettons réellement l'ascenceur social, avec la fin des écoles pour pauvres, le retour à l'uniforme et la discipline, le...

à écrit le 16/12/2019 à 11:47
Signaler
En admettant que tous les services publics soient payants (6000 euros l'année-élève du primaire, 3000 euros l'abonnement annuel à la CNAM, etc...) la France ponctionne en gros 50% de tout ce que les gens gagnent et en redistribue la moitié à parts ég...

le 16/12/2019 à 13:53
Signaler
Merci d'avoir cité les héritages. C'est indiscutablement le domaine où la fiscalité française est la plus confiscatoire, deux à trois fois plus qu'en Allemagne. Un record mondial (sauf peut-être le Venezuela et la Corée du Nord) ! A ce niveau de pr...

à écrit le 16/12/2019 à 8:15
Signaler
Pour être soi-disant riche c'est facile il suffit de travailler et d'économiser et ça marche. Pour être pauvre il suffit de se laisser vivre et attendre que les autres ait pitié de vous.

à écrit le 16/12/2019 à 6:21
Signaler
Tous les multimillionnaires recenses par le credit suisse comptabilisent les actifs (assets) brut (patrimoine professionnel compris et dettes). Cela ne signifie pas MM liquidité disponible par ailleurs net. Il est interessant de noter selon l etude p...

à écrit le 15/12/2019 à 18:07
Signaler
Le problème n'est pas tant l'appauvrissement des plus riches que celui de la classe moyenne qui ne peut plus prétendre s'enrichir par son travail ou même son capital quand elle parvient encore à s'en constituer un (le logement, qui pèse davantage qu'...

à écrit le 15/12/2019 à 17:41
Signaler
Deux remarques : 1. Le problème de ces statistiques c'est qu'elle fixe un seuil arbitraire départageant riches et pas riches. Si au lieu du symbolique 1 million d'euro qui se dévalue avec l'inflation, on avait choisi 900.000 ou 2 millions on serai...

à écrit le 15/12/2019 à 15:26
Signaler
Les Francais se debrouillent bien, mais ils n'investissent pas en France car la fiscalite est confiscatoire, comme le souligne l'article ci-dessus. Les 35h, la fiscalite hors de controle, l'IFI (qui tue l'investissement), les retraites expliquent un ...

à écrit le 15/12/2019 à 15:25
Signaler
Les Francais se debrouillent bien, mais ils n'investissent pas en France car la fiscalite est confiscatoire, comme le souligne l'article ci-dessus. Les 35h, la fiscalite hors de controle, l'IFI (qui tue l'investissement), les retraites expliquent un ...

à écrit le 15/12/2019 à 9:54
Signaler
Bonjour La reference à l indice Gini semble inexacte, la France fait partie des pays avec l'indice gini les plus faibles

à écrit le 15/12/2019 à 1:14
Signaler
Les classes très aisées sont bien traitées et préservées en France, d'où le nbre important de multimillionnaires. La scolarité de leurs rejetons est gratuite avec une forte probabilité d'accéder aux filières prestigieuses et les réseaux qui vont ave...

à écrit le 14/12/2019 à 23:18
Signaler
Tout tourne rond avec ce "capitalisme" de connivence, l'effet de rente a l'aide des taux tournant autour de zéro, une administration qui fait de la politique et des médias qui font la chasse aux "infox" pour mieux instiller les leurs! C'est le cercl...

à écrit le 14/12/2019 à 23:12
Signaler
Tout tourne en rond avec le "capitalisme" de connivence, l'effet de rente a l'aide des taux tournant autour de zéro, une administration qui fait de la politique et des médias qui fait la chasse aux "infox" pour mieux instiller les leurs!

à écrit le 14/12/2019 à 19:10
Signaler
Toute fortune au delà de 10 millions d'euros est par nature suspecte. Personne ne peut accumuler autant de richesse tout seul. Les circonstances, les malversations, les opportunités que permettent les périodes de crise, les guerres sont autant des po...

à écrit le 14/12/2019 à 15:15
Signaler
S'ils sont riches c'est que la fiscalité des hauts revenus n'est pas confiscatoire et les riches aiment vivre ici parce que la vie n'est pas si chère que celà... grace aux contributions des pauvres. exemple: l'accès aux soins. Là ou un médecin vou...

à écrit le 14/12/2019 à 12:27
Signaler
Pourquoi tant de riche : regardez le patrimoine qu’Emmanuel Macron déclare (autour de 200 000 euros !) Il équivaut à 10 ans de travail d’un technicien (célibataire et sans enfant) qui bosse dans un grand groupe en cumulant ses primes d’intéressement....

le 14/12/2019 à 13:48
Signaler
c'est ça ! 200 000 euros lorsque l'on sait que 2 millions ont été utilisé en deux ou trois ans, c'est dire... Je n'ai jamais constater que quelqu'un qui utilise autant d'argent (90% de ce qu'il possède en peu de temps, n'est pas une question en so...

à écrit le 14/12/2019 à 12:11
Signaler
Peut-être que la fiscalité confiscatoire réduit les inégalités mais elle empêche les pauvres de s’enrichir voire de sortir de la pauvreté . L’égalitarisme se fait vers le bas. Avec l’impôt sur l’immobilier on taxe là ou la richesse se fait au détri...

à écrit le 14/12/2019 à 11:08
Signaler
la pauvreté et la misère ont une patrie et des frontières la richesse et l'argent n'ont aucune frontière ni patrie

à écrit le 14/12/2019 à 10:48
Signaler
Il existe une situation pour contrer le Brexit et le plan économique ( du doublo) Il faut que l’UE fait l’inverse de ce que attend les autres : Baisser un maximum les prix et empocher tous les contrats Comme ça LR dollars et sterling devient tro...

à écrit le 14/12/2019 à 10:45
Signaler
Ce sont des choix économiques résultant de la politique De gaulle qui a fabriqué des mastodontes avec qui devait normalement porter ses fruits par la suite permettant une capacité économique dans le temps. Les télécoms, l'énergie bref tout les secteu...

à écrit le 14/12/2019 à 10:15
Signaler
Cela rajoute en effet aux effets dévastateurs du dumping fiscal européen. LE déclin c'est encore plus long vers la fin

à écrit le 14/12/2019 à 9:56
Signaler
Les français riches se délocalisent très facilement. Sans niches fiscales ils n'ont que à transferer leurs richesses ou leur activité ou leur personne. Les riches ne payeront jamais les impôts qu'on voudra leur faire payer, si elles sont trop élevés...

à écrit le 14/12/2019 à 9:43
Signaler
La raison est beaucoup plus simple et fait surtout apparaître qu'il s'agit d'une fausse richesse : c'est le prix de l'immobilier qui est un vrai soufflé. Le propriétaire d'un simple placard à balai parisien est un riche. En tout cas ça ne saurait pa...

à écrit le 14/12/2019 à 9:40
Signaler
Bonjour, Le Français riche n’est pas un le Français ordinaire ... C’est une personne qui habite partout dans le monde qui a des contacts partout dans le monde pour bénéficie de tous les avantages fiscaux des pays ( usa, suisse, Australie, Irlande , ...

à écrit le 14/12/2019 à 9:30
Signaler
La raison est beaucoup plus simple et fait surtout apparaître qu'il s'agit d'une fausse richesse : c'est le prix de l'immobilier qui est un vrai soufflé. Le propriétaire d'un simple placard à balai parisien est un riche. En tout cas ça ne saurait pa...

à écrit le 14/12/2019 à 8:15
Signaler
Les inégalités sont une bonne chose pour la société : Une société totalement égalitaire serait une anarchie. Les bien-pensants nous rabâchent sans cesse qu'il faut combattre les inégalités, mais ils ne savent même pas ce qu'est l'égalité.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.