Contraction des dépenses publiques : le grand soir ?

 |   |  676  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, contraction des dépenses publiques : le grand soir ?

 La réduction des dépenses publiques sera un axe prioritaire de la présidence Macron. L'objectif est de la faire diminuer de presque 4 points en cinq ans. C'est un ajustement lourd, et d'une ampleur inégalée par rapport à ce que l'on a pu observer par le passé, à l'exception de la séquence Maastrichtienne, entre 1993 et 2000.

Mais son ampleur, dans un contexte plutôt favorable de redémarrage de la croissance, n'implique pas nécessairement un dynamitage de notre socle social. 51 % de dépense publique par rapport au PIB, cela nous fait revenir dans les niveaux qui prévalaient au début de la décennie 2000.

Les collectivités locales seront les plus impactées

On sait que le gouvernement veut passer en revue toutes les dépenses. Les grandes masses et leur répartition proposées dans la loi de programmation de moyen terme, à horizon 2022, fournissent de précieuses indications sur l'esprit de cette rationalisation de l'Etat et sur sa faisabilité.

Pour l'administration centrale, qui représente 21,3% du PIB en 2017, l'ajustement programmé est de 2,3 points. Pour les collectivités, qui pèsent 11,1% du PIB en termes de dépenses, il est de 1,1 point. Pour la sécurité sociale qui draine 24,5% de dépenses, il est de 1,5 point. En apparence c'est donc l'administration centrale qui fournit le plus gros effort en termes absolus et relatifs.

Mais cette répartition est trompeuse. Si la somme des contributions des différents niveaux administratifs paraît supérieure à l'ajustement de l'ensemble des administrations publiques, c'est que certains efforts sont comptabilisés deux fois. La baisse des transferts et dotations de l'administration centrale en direction des autres niveaux d'administration restitue en fait un effort reporté sur les autres. Lorsque l'on élimine cette double comptabilisation, l'économie réellement programmée au niveau central est plus proche de 1 point. Et en définitive, ce sont les collectivités qui trinquent le plus. Leur taille par rapport au PIB sera réduite de près de 10%.

Investissements publics et politique de l'emploi dans la ligne de mire

Derrière l'attrition des budgets locaux, on trouve les investissements des collectivités locales : près de 20% de leurs dépenses y sont consacrées, ce qui représente entre 50 et 60% des dépenses d'investissement de l'Etat. On trouve aussi les budgets de fonctionnement, qui comptent pour plus de la moitié de leurs dépenses. Cela veut dire que la métamorphose numérique et environnementale de nos villes, que l'on nous promet, a de grandes chances de rester un slogan. Sans moyens, on se contentera de l'e-administration à défaut d'avoir la "smart city". Avec à la clé, des suppressions de guichets, et la rationalisation d'une masse de petits jobs, de commandes et de subventions qui ont pour première vocation d'animer le tissu local.

Dans l'administration centrale, on voit se dessiner un serrage de boulons à tous les niveaux. La plupart des enveloppes continuent à croître en nominal, notamment sur les fonctions symboliques de l'éducation, la recherche et la sécurité... mais moins que le PIB. Les réformes s'opéreront donc peu ou prou  à coût constant. Le coup de rabot le plus apparent vise les politiques de l'emploi, dont les plafonds de crédit passeraient de 16,7 milliards en 2017, à 12,6 milliards en 2020.

Du côté de la protection sociale, l'effort relatif est d'ampleur relativement modérée. L'érosion attendue du poids des transferts sociaux dans le PIB, de l'ordre de 1,5 point de PIB, est conforme à ce que l'on observe en phase ascendante du cycle.

Bref ce qui se dessine, ce n'est ni le grand soir de l'Etat social, ni a contrario l'avènement une flexi-sécurité équilibrée non plus. Ce n'est pas un État architecte, impulsant les grandes transformations de notre époque. C'est surtout le repli de l'Etat comme employeur direct ou indirect, via les commandes ou l'emploi aidé, et une grande confiance dans la sphère privée pour en prendre la relève.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2017 à 19:04 :
la baisse des dépenses publiques ? une belle arlésienne !
a écrit le 12/12/2017 à 12:11 :
Tout est expliqué dans ces statistiques
Dépenses publiques en % du PIB fin 2016: France 56.4 (p), Allemagne 44, ZE 47.8
(Source Eurostat)
Comme vous le savez tous, l'Allemagne est un pays du Tiers Monde... et ils ont intégré 16 millions d'Allemands de l'Est en 1990 pour une population totale actuelle de 83 mln (source wiki)
Il y a donc de quoi faire en France car on peut gagner au moins € 100 Mlds.
Qui le fera ?
On est mal parti (consensus mou, mou, mou).
Réduction de APL de 5 €/mois: c'est la révolution...
Cordialement
a écrit le 11/12/2017 à 11:44 :
"et une grande confiance dans la sphère privée pour en prendre la relève"

Sphère privée qui non guidée ne fait qu'échouer en matière d’épanouissement économique étant donné que c'est sur la destruction de la planète et de son humanité, la mort donc, que l'on gagne 20% de revenus par an en plus et non sur la vie.

Parier là dessus c'est de la bêtise pure et simple, seul un miracle pourrait éclairer nos riches actionnaires bien trop englués dans des raisonnements grégaires obscurantistes.

"Acquérir de la puissance cela se paie cher, la puissance abêtit." Nietzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :