Covid-19 : que faire de l'épargne forcée des Français  ?

 |  | 973 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : CC0 Creative Commons/Pixabay.)
OPINION. Que faire des quelque 75 milliards d'euros non dépensés par les Français depuis le début de la crise sanitaire, une épargne dont une part importante dort sur des comptes faiblement rémunérés (Livret A, LDD, comptes sur livret)? (*) Par Samir Ayoub et Luc Meunier, professeurs de Finance à l'ESSCA School of Management.

Selon les chiffres de l'OFCE, ce sont 55 milliards d'euros qui ont été épargnés pendant le confinement et 20 milliards supplémentaires pendant le déconfinement. Ce deuxième confinement devrait encore faire gonfler ce capital, avec une nouvelle épargne forcée liée à l'incapacité à consommer et ce malgré la période de fêtes de fin d'année.

Les injonctions à dépenser cette épargne, à consommer, à retrouver confiance en l'économie ne manquent pas. Mais comme dit le proverbe, c'est folie de faire boire un âne s'il n'a pas soif. Et pour le moment, nous sommes nombreux à préférer conserver le bas de laine en cas de coup dur, telles qu'une baisse de revenu ou une perte d'emploi. Une épargne de précaution qui nous renvoie à la sagesse inculquée par les anciens, et qui s'avère plus que judicieuse lorsqu'on sait que les prévisions les plus récentes font état d'une récession de l'ordre de 10%. Une analyse qui rejoint celle de l'OFCE, « Finalement, une part significative des 75 milliards d'euros accumulés du 17 mars au 5 juillet pourrait ne pas être consommée, à court terme du moins »

Alors que faire de cette épargne, dont une partie dort sur des comptes très faiblement rémunérés comme le livret A, le LDD ou les comptes sur livret ?

Des solutions d'investissement pas très convaincantes

Comme le notait Bruno Le Maire à l'occasion du premier confinement, « Ce n'est pas d'épargne dont nous avons besoin aujourd'hui, mais d'investissement ». Si transformer cette épargne en consommation semble impossible, la transformer en investissement semble nettement plus faisable. Mais comment ?

Les plus prévoyants disent que les Français doivent miser sur le long terme en orientant directement leur épargne dans le capital des entreprises (cotées ou pas) pour dynamiser l'économie locale malmenée par la crise. L'idée est bien entendu noble et séduisante mais elle est plus facile à dire qu'à appliquer : les ménages ne sont pas des investisseurs avertis et sont davantage intéressés par le court et moyen terme que par le long terme. Et ce, même lorsque le long terme peut s'avérer nettement plus rentable que les placements sur les livrets bancaires.

Lire aussi : De la pédagogie pour muscler son épargne en Bourse

D'autres voix comme celle d'Eric Woerth, président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, ont proposé de créer un « Livret C » (pour Coronavirus), qui serait le petit frère du livret A. Les fonds engagés sur celui-ci permettraient de financer le plan de reprise par l'investissement de l'Etat. Si l'idée n'est pas mauvaise, ce livret C n'aurait pour autant rien de très novateur. Et vu les taux d'intérêt pratiqués aujourd'hui, rien de très attractif. Pour schématiser, si l'on imagine un taux d'intérêt similaire à celui du livret A (0.5%), un épargnant ayant investi 1000€ en début d'année touchera 5€ d'intérêt 12 mois plus tard. « Autant dire rien » : a priori, c'est de cette manière que cette information sera reçue par de nombreux ménages.

Une alternative qui allie investissement sans risque et loterie

Reprenons l'exemple précédent en le modifiant quelque peu : l'argent est placé sur un livret d'épargne sans risque, et peut être retiré à tout moment. Mais pour le paiement des intérêts, un tirage au sort a lieu. Au lieu de payer à tous les investisseurs 5€ (« autant dire rien »), un investisseur sur 100 000 (tranche donnée à titre d'exemple) se voit payer en fin d'année les intérêts de l'ensemble des investisseurs. En d'autres termes, chaque investisseur aurait à la fin de l'année une chance sur 100 000 de gagner 500.000€ pour un investissement sans risque de 1 000€.

Le taux d'intérêt reste globalement le même mais le système est beaucoup plus attractif pour l'investisseur particulier. C'est ce que la théorie des perspectives, le modèle principal en finance comportementale, prédit. Il suppose potentiellement un investissement par tranche, chaque tranche ouvrant droit à une chance à cette loterie. Si l'idée peut sembler saugrenue à certains, l'on pourra leur rappeler que plusieurs acteurs économiques français ont fait appel par le passé à un mécanisme similaire, celui des lottery bonds. On citera notamment la Ville de Paris, SUEZ ou le Crédit foncier. Actuellement, plusieurs pays comme la Grande Bretagne ou la Nouvelle-Zélande y ont recours.

La mise en place d'un tel dispositif par le gouvernement s'avérerait d'autant plus intéressante qu'elle est en phase avec deux éléments (très éloignés l'un de l'autre, certes !) qui parlent aux Français. D'une part, les similitudes avec les jeux de loterie dont les Français sont friands (17,2 milliards d'euros misés en 2019, en croissance de +9,0 % par rapport à 2018). Et d'autre part, le principe d'un investissement orienté vers une grande cause, à l'image de la Loterie nationale créée après la Première Guerre pour aider les « Gueules cassées » ou, plus récemment, la « Mission Patrimoine » de Stéphane Bern, au bénéfice de la préservation du Patrimoine.

Attention toutefois à ne pas se méprendre en faisant totalement l'amalgame entre cette proposition de livret et le loto !  S'ils partagent des similitudes, ils ont une différence de taille. En moyenne, chacun s'apprête à perdre de l'argent en jouant à la loterie : elle est créée pour ! Rien de tel avec ce dispositif, puisque l'investissement est sans risque : que l'on gagne ou pas, on récupère sa mise de départ ! De quoi convaincre une large partie de nos concitoyens de concilier leur frilosité individuelle en matière d'épargne, leur goût historique pour la loterie et leur idéal de solidarité, au profit de la relance de l'économie.

Par Samir AYOUB et Luc MEUNIER, professeurs de Finance à l'ESSCA School of Management

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2020 à 11:47 :
C'est, sur le montant de cet épargne que se fixe le prix de votre, soit disant, santé future: on y inclus le vaccin et la propagande publicitaire!
a écrit le 18/11/2020 à 20:09 :
Investir dans les entreprises alors que l'état n'a aucun moyen de les protéger, regardez Suez? phagocité par un concurrent, est-ce que nous avons envie que notre argent s'il ne rapporte rien finance des actes immoraux comme des fermetures d'usines, des licenciements, un mésusage de notre fric si difficilement gagné?
a écrit le 18/11/2020 à 13:22 :
L'épargne des Français leur appartient. N'y touchez-pas sous aucun prétexte. Cette tendance à nous croire immatures devient insupportable. Cet argent, nous l'avons gagné tout en payant nos impôts, nous en ferons ce que nous voudrons.
a écrit le 18/11/2020 à 11:08 :
Les banques n'ont pas peur d'avoir des dépôts importants sur leurs comptes clients. C'est leur métier d'intermédiation d'investir les sommes disponibles selon les règles prudentielles. L'Etat n'a jamais su être banquier. Mais l'Etat aimerait bien mettre la main dessus. Ce serait simple et utile de créer des bon du trésor exonérés de droits de succession comme la rente Pinay. Car beaucoup de vieux sont en train de mourir de la pandémie et le prélèvement de l'Etat sur leur biens va avoir un fort effet recessif sur l'économie.
a écrit le 18/11/2020 à 8:55 :
Est-ce que l'on pourrait changer le titre de l'article par celui-ci : "Covid-19 : que faire de l'épargne forcée des 10% des Français les plus riche ?"
a écrit le 18/11/2020 à 8:43 :
Mélanger épargne et loterie nous renvoie aux obligations "à lots" et n'est en rien un facteur de progrès financier ou social. La réflexion politique et économique est tombée bien bas, toute occupée qu'elle est à vouloir dépenser l'argent des autres plutôt qu'à se demander comment elle va optimiser la propre structure d'épargne et de dépense de l'agent qui se livre à cette réflexion...
a écrit le 18/11/2020 à 8:37 :
Le problème avec vous autres financiers c'est que dans vos analyses vous omettez totalement la vérité que l'argent n'a pas autant d'importance pour la plupart des gens que pour vous autres les affamés.

Alors nous savons que notre argent vous interesse mais lâchez nous les baskets svp et essayez de réparer le monde que vous anéantissez de par la pathologique cupidité du secteur dans lequel vous travaillez.

La planche à billets tourne à fond les ballons en ce moment pour entretenir les paradis fiscaux de la finance, le fait que les français capitalisent est plutôt une bonne nouvelle plutôt que d'alimenter toujours plus la folie spéculative telle qu'elle soit dilapidant l'argent un peu partout.
a écrit le 18/11/2020 à 7:35 :
La bonne vieille methode du dr Coue. Croyez-vous ce que vous ecrivez ou prenez-vous les francais pour des jambons ?
La revolte gronde, ne touchez pas a l'epargne, ce serait l'explosion.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :