Ensemble, défendons la Liberté

 |  | 1034 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)
Dans une « Lettre ouverte à nos concitoyens » initiée par Charlie Hebdo dans le contexte du procès du massacre de sa rédaction en 2015 et des nouvelles menaces subies par l’hebdomadaire, la plupart des médias français appellent à défendre la liberté d’expression. La Tribune s'y associe sans réserve et publie ce texte.

Lettre ouverte à nos concitoyens

Il n'est jamais arrivé que des médias, qui défendent souvent des points de vue divergents et dont le manifeste n'est pas la forme usuelle d'expression, décident ensemble de s'adresser à leurs publics et à leurs concitoyens d'une manière aussi solennelle.

Si nous le faisons, c'est parce qu'il nous a paru crucial de vous alerter au sujet d'une des valeurs les plus fondamentales de notre démocratie : votre liberté d'expression.

Aujourd'hui, en 2020, certains d'entre vous sont menacés de mort sur les réseaux sociaux quand ils exposent des opinions singulières. Des médias sont ouvertement désignés comme cibles par des organisations terroristes internationales. Des États exercent des pressions sur des journalistes français « coupables » d'avoir publié des articles critiques.

La violence des mots s'est peu à peu transformée en violence physique.

Ces cinq dernières années, des femmes et des hommes de notre pays ont été assassinés par des fanatiques, en raison de leurs origines ou de leurs opinions. Des journalistes et des dessinateurs ont été exécutés pour qu'ils cessent à tout jamais d'écrire et de dessiner librement.

« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi », proclame l'article 10 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, intégrée à notre Constitution. Cet article est immédiatement complété par le suivant : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Pourtant, c'est tout l'édifice juridique élaboré pendant plus de deux siècles pour protéger votre liberté d'expression qui est attaqué, comme jamais depuis soixante-quinze ans. Et cette fois par des idéologies totalitaires nouvelles, prétendant parfois s'inspirer de textes religieux.

Bien sûr, nous attendons des pouvoirs publics qu'ils déploient les moyens policiers nécessaires pour assurer la défense de ces libertés et qu'ils condamnent fermement les États qui violent les traités garants de vos droits. Mais nous redoutons que la crainte légitime de la mort n'étende son emprise et n'étouffe inexorablement les derniers esprits libres.

Que restera-t-il alors de ce dont les rédacteurs de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 avaient rêvé ? Ces libertés nous sont tellement naturelles qu'il nous arrive d'oublier le privilège et le confort qu'elles constituent pour chacun d'entre nous. Elles sont comme l'air que l'on respire et cet air se raréfie. Pour être dignes de nos ancêtres qui les ont arrachées et de ce qu'ils nous ont transmis, nous devons prendre la résolution de ne plus rien céder à ces idéologies mortifères.

Les lois de notre pays offrent à chacun d'entre vous un cadre qui vous autorise à parler, écrire et dessiner comme dans peu d'autres endroits dans le monde. Il n'appartient qu'à vous de vous en emparer. Oui, vous avez le droit d'exprimer vos opinions et de critiquer celles des autres, qu'elles soient politiques, philosophiques ou religieuses pourvu que cela reste dans les limites fixées par la loi. Rappelons ici, en solidarité avec Charlie Hebdo, qui a payé sa liberté du sang de ses collaborateurs, qu'en France, le délit de blasphème n'existe pas. Certains d'entre nous sont croyants et peuvent naturellement être choqués par le blasphème. Pour autant ils s'associent sans réserve à notre démarche. Parce qu'en défendant la liberté de blasphémer, ce n'est pas le blasphème que nous défendons mais la liberté.

Nous avons besoin de vous. De votre mobilisation. Du rempart de vos consciences. Il faut que les ennemis de la liberté comprennent que nous sommes tous ensemble leurs adversaires résolus, quelles que soient par ailleurs nos différences d'opinions ou de croyances. Citoyens, élus locaux, responsables politiques, journalistes, militants de tous les partis et de toutes les associations, plus que jamais dans cette époque incertaine, nous devons réunir nos forces pour chasser la peur et faire triompher notre amour indestructible de la Liberté.

#DéfendonsLaLiberté

_____________________________________
Liste des signataires, à date


20 Minutes, Actu.fr, Alliance de la presse d'information générale, Alternatives Economiques, Arte France, BFMTV, Canal+, Causeur, CB News, Centre presse, Challenges, Charlie Hebdo, Cnews, Courrier International, Elle, Europe1, France Médias Monde, France Télévisions, Gala, GQ, Konbini News, L'Alsace, L'Angérien Libre, L'Avenir de l'Artois, L'Echo de l'Ouest, L'Echo de la Lys, L'Equipe, L'Essor Savoyard, L'Est-Eclair, L'Est républicain, L'Express, L'Hebdo de Charente-Maritime, L'Humanité, L'Humanité Dimanche, L'indicateur des Flandres, L'informateur Corse nouvelle, L'Obs, L'Opinion, L'Union, La Charente Libre, La Croix, La Dépêche du Midi, La Marseillaise, La Nouvelle République, La Renaissance du Loir-et-Cher, La Renaissance Lochoise, La Savoie, La Semaine dans le Boulonnais, La Tribune, La Tribune Républicaine, La Vie, La Vie Corrézienne, La Voix du Nord, Le Bien public, Le Canard Enchaîné, Le Courrier français, Le Courrier de Gironde, Le Courrier de Guadeloupe, Le Courrier de l'Ouest, Le Courrier Picard, Le Dauphiné libéré, Le Figaro, Le Figaro Magazine, Le HuffPost, Le Journal d'Ici, Le Journal des Flandres, Le Journal du Dimanche, Le Journal du Médoc, Le Journal de Montreuil, Le Journal de Saône-et-Loire, Le Maine Libre, Le Messager, Le Monde, Le Parisien / Aujourd'hui en France, Le Parisien Week-end, Le Pays Gessien, Le Phare Dunkerquois, Le Point, Le Progrès, Le Républicain Lorrain, Le Réveil de Berck, Le Semeur hebdo, Le Télégramme, Les Dernières Nouvelles d'Alsace, Les Echos, Les Echos du Touquet, Les Inrockuptibles, LCI, Libération, Libération Champagne, M6, Madame Figaro, Marianne, Marie Claire, Mediapart, Midi Libre, Monaco Matin, Nice Matin, Nord Eclair, Nord Littoral, NRJ Group, Ouest France, Paris Match, Paris Normandie, Play Bac Presse, Presse Océan, Radio Classique, Radio France, RMC, RTL, Society, Stratégies, Sud Ouest, Sud Radio, Syndicat des Editeurs de la Presse Magazine, TF1, Télérama, Valeurs actuelles, Vanity Fair, Var Matin, Vosges Matin.





Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2020 à 9:22 :
Belle initiative, mais malgré l'horreur de ces actes, le plus grand danger pour la liberté de la presse n'est pas le terrorisme mais son mode de financement. Quand on a un gouvernement qui laisse certains patrons de presse remplacer des articles par des "contenus sponsorisés" (des articles écrits et validés par des entreprises qui payent pour cela) sans en informer le lecteur, c'est là qu'il y a vraiment danger. Et cela se passe dans de très nombreux magazines prestigieux et même sur des chaîne d'infos. Ce danger là, c'est la mort de la presse libre et le phénomène ne fait que se renforcer ces dernières années. On arrive à un immense cynisme où des équipes entières de journalistes sont remplacées par des rédacteurs de contenus... Dans ces conditions la presse ne peut clairement plus assurer son rôle de contre-pouvoir démocratique. Il est moins spectaculaire et violent que le terrorisme, mais ce poison là est encore plus insidieux pour la liberté de la presse.
a écrit le 26/09/2020 à 11:31 :
Vue le nombre de commentaires (4), on constate que très peu passent la censure de la liberté d'expression!
Réponse de le 26/09/2020 à 12:30 :
Quelle chance! Vous êtes passé!! "Merci" à la liberté d'expression!
Réponse de le 26/09/2020 à 18:24 :
Effectivement ,j'avais rappelé la censure de la caricature signée Espé mettant en scène Julian Alaphilippe et sa compagne.Le journal l’Humanité a même licencié ensuite son dessinateur et l’ancien entraîneur de cyclisme devenu chroniqueur Antoine Vayer ensuite.
a écrit le 26/09/2020 à 8:04 :
Oui défendons la liberté d'expression et la liberté de la presse pour défendre les journalistes. Vivons nous dans un monde ultra dangereux ou la normalité devient la vie avec les actes terroristes. c'est totalement inqualifiable et intolérable. Notre modèle de société, notre vivre ensemble est attaqué car on veut nous faire taire face à ces barbares. Non c'est le monde de l'anormalite et de la menace permanente à nos portes. Nous devons combattre le terrorisme et combattre pour la liberté. Faudra t'il mettre un policier derrière chaque journaliste ou chaque rédaction de journal. Ne cédons jamais aux terroristes.
a écrit le 25/09/2020 à 18:31 :
Dommage qu'à contrario des USA, notre constitution ne protège pas les citoyens et garantissent la VRAI LIBERTE D'OPINION. Grand dilemne pour les journalistes sincéres que de dépendre des milliardaires...
a écrit le 25/09/2020 à 17:44 :
Vous défendez VOTRE liberté d'expression et c'est normal. Mais la loi interdit dans plusieurs domaine notre liberté d'expression et vous n'avez pas bougé.

Par exemple il n'est plus autorisé de parler d'effet positif de la colonisation.

Alors OUI à la liberté d'expression mais à toute la liberté d'expression. En aucun cas une expression ne doit être considérée comme un délit. Même (surtout) si elle choque.
Personne ne devrait être condamné pour ses écrit ou ses paroles. En France ce n'est pas le cas.
On a le droit d'être nazi en Allemagne, pas en France. Délit d'opinion.

Je n'ai pas cette sensibilité mais battez vous pour la liberté de TOUTE les opinions, pas celle qui vous arrange.
a écrit le 25/09/2020 à 17:16 :
Je veux bien que la liberté bête et méchante soit une forme de liberté, mais celle là ne me concerne pas.
#notmyliberty
a écrit le 25/09/2020 à 13:53 :
Un discours de miss France.

"Que restera-t-il alors de ce dont les rédacteurs de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 avaient rêvé ?"

Que reste t'il de la déclaration des droits de l'homme ? Que reste il de la nécessité de se révolter quand c'est un petit nombre qui impose au grand nombre comment ce dernier doit vivre ?

Auraient ils déjà accepté à l'époque que l'on sacrifie notre jeunesse à la vieillesse, notre force de travail à la rente, notre avenir au passé ?

Quelle démocratie ? Celle qui se tait tandis que des preuves ont été mises à jours par des journalistes consciencieux, courageux, à l'abnégation totale, exposant de la façon magistrale que notre classe dirigeante est totalement corrompu ? Comment peut on se contenter de savoir que mafia et finance marchent main dans la main et de ne rien dire, rien faire ? Celle des médias de masse et de leur niveau intellectuel au ras des pâquerettes, bien obéissants mais bien payés certes, bien soumis qui si demain un génocide de masse devait de nouveau avoir lieu l'alimenterait sans l'once d'une hésitation et exponentiellement ? Celle qui protège les pédophiles parce que nombreux oligarques sont friands de gamins et ados ? Et-c, et-c... nous avons tous des dizaines d'exemples en tête.

Tandis que la classe dirigeante ne fait que semer des graines de haines, de corruptions, de magouilles et de violences vous pensiez que nous récolterions quoi de tout ça ? De l'amour entre tous les hommes ? Des belles paroles, ça nous en avons c'est sûr mais c'est tout. De mots politiciens en maux sociétaux.

Nos dirigeants ne sont eux-mêmes pas libres, 100% pieds et poings liés par les intérêts des propriétaires de capitaux et d'outils de production, avec ce p... de fric qui dicte à tous comment nous devons vivre, comment nous devons penser nous ne sommes pas prêts de l'être libres je vous le garantie.

“L'argent, ah ! Fléau des humains !” Sophocle
a écrit le 25/09/2020 à 13:38 :
" POURVU . que l'ordre public établi par la loi " ne soit pas troublé " dit la déclaration .
Ce qui limite sacrément la soi-disant liberté . Dommage que tous les signataires ne relèvent pas cette limitation , qui fut appliquée avec rigueur par la terreur post 1789 avec moult assassinats et décapitations en place publique .
Belle hypocrisie que ceci .
a écrit le 25/09/2020 à 13:00 :
" la plupart des médias français appellent à défendre la liberté d’expression".

Sauf sur la caricature dans l'humanité de Julian Alaphilippe et sa compagne apparemment.
a écrit le 25/09/2020 à 12:48 :
c'est pas gagné :

Attaque à l’arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo ce matin, les deux auteurs en fuite.
a écrit le 25/09/2020 à 12:04 :
Très belle initiative , la liberté d'expression est la base de la démocratie. Soutenons aussi Marika Bet dont la vie est pourrie par des menaces de mort.
a écrit le 25/09/2020 à 11:55 :
tant que ceux qui pensent "pas bien", "les complotistes", les "malades mentaux etc
resteront muselés, ca sera sans moi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :