Instaurer la santé en entreprise solidifie la culture de la prévention

LE TRAVAIL DANS TOUS SES ÉTATS. Les mauvaises habitudes de santé n'épargnent aucune organisation et aucun métier. Et tôt ou tard, les salariés ou les dirigeants mésestimant l'importance de leur santé sont rattrapés par des troubles allant des maux insignifiants jusqu'aux maladies chroniques. Par Jehanne Essa, préventrice et enseignante vacataire en innovation sociale à l'Université de Bordeaux

3 mn

(Crédits : Reuters)

Carence de sommeil, alimentation déséquilibrée, manque d'activité sportive, conditions de travail dégradées... Les mauvaises habitudes de santé n'épargnent aucune organisation et aucun métier. Et tôt ou tard, les salariés ou les dirigeants mésestimant l'importance de leur santé sont rattrapés par des troubles allant des maux insignifiants jusqu'aux maladies chroniques.

C'est le cas de Joël, gérant d'une entreprise de soudage. Bien qu'il déploie une démarche sécurité, la santé au travail est inexistante. Le matin, les équipes carburent au café-cigarettes. Le midi, elles rechargent leurs batteries en alternant pizzas et burgers. À la débauche, elles clôturent en afterwork bien arrosé. À cela s'ajoute l'absence de protections auditives ou encore respiratoires face aux fumées de soudure. Et malgré les charges lourdes, il n'y a pas de prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS). Alors l'équipe de Joël se disloque. Alexis se bloque le dos ; Vincent a des calculs biliaires ; Paul développe des problémes auditifs ; Joël déclare une maladie cardiovasculaire... Certes, les démarches de sécurité sont indispensables. Cependant, lorsqu'aucune action ne touche à la santé au travail, la question de la prévention n'est que partiellement traitée. Car les salariés restent exposés à des dangers moins visibles (bruits, toxicité des fumées, poids des charges..) mais aussi préoccupants. Cela génère fatigue des équipes, absentéisme, baisse de la performance, accidents du travail, voire maladies professionnelles. Si les collaborateurs ne sont pas sensibilisés à leur santé, ils n'intègrent pas la profondeur des messages sécurité. Et, pris dans les cadences de la production, ils s'exposent inconsciemment à des situations à risque pour leur santé et leur sécurité.

Démarche globale

Une démarche de santé globale s'avère indispensable tant pour la performance que pour une culture de prévention durable. Les études du Bureau de normalisation du Québec démontrent que chaque dollar investi en santé en entreprise a un retour sur investissement allant de 1,5 à 3,8 dollars. Et quand les salariés sont heureux et en bonne santé, la productivité de l'entreprise augmente.

Comment mettre en place une démarche de santé globale ? Actuellement en développement à l'échelle canadienne, la norme Québécoise BNQ 9700-800 dite « Entreprise en santé » reste une référence solide depuis 2008. Cette démarche structurée couvre quatre thèmes : habitudes de vie, équilibre travail-vie personnelle, environnement de travail et pratiques managériales.

Cinq étapes

Elle se déploie en cinq étapes. Tout d'abord, l'engagement fort et concret de la direction via notamment la définition des moyens alloués. Puis vient la création du comité de pilotage qui suivra l'avancée de la démarche. Suivie par la réalisation d'un diagnostic anonyme de la santé physique et psychologique ainsi que des attentes des collaborateurs. Enfin, une fois mise en oeuvre, cette stratégie doit être évaluée par les collaborateurs.

Attention : le respect du volontariat et une communication régulière sont primordiaux. De plus, il est important d'avoir une vision à long terme. Une culture de santé solide s'instaure en cinq ans minimum et demande d'avoir un pilote de projet dédié au minimum deux jours par semaine les premières années.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 29/08/2019 à 14:31
Signaler
On peut rappeler puisque l'article n'en dit pas un mot que le suivi médical des salariés n'est plus systématiquement assuré par le médecin du travail, sauf pour décider avec l'employeur s'ils sont aptes ou pas.Mise à jour suite à l'application des or...

à écrit le 29/08/2019 à 13:14
Signaler
"Et quand les salariés sont heureux et en bonne santé, la productivité de l'entreprise augmente." : tant que c'est le département des Achats qui pilote l'entreprise comme c'est la règle partout actuellement (public & privé), aucune chance d'y arriver...

à écrit le 29/08/2019 à 9:15
Signaler
Déjà, comme j'ai dû le faire pour tenir en bureau d'études et transmission stressante de savoir-faire dans un grand groupe, chacun devrait : - d'abord exprimer, répéter ses "DITS EUS" voulus créatifs (pour éviter les "mal à dits" "maux-dits"... à "me...

à écrit le 29/08/2019 à 8:42
Signaler
Là encore nous subissons de plein fouet les conséquences catastrophiques du néolibéralisme à savoir ni Etat protecteur ni dérégulation totale de l'économie, cette dépendance des grandes fortunes vis à vis de l’État leur facilitant grandement leurs én...

à écrit le 29/08/2019 à 8:39
Signaler
Bonjour, En dessous de 40 ans , tant qu’il y a de l’énergie , les gens ne sont pas «  conscients » des risques sur la dégradation de leur santé... Le problème essentiel : Avoir du «  temps » pour «  soi » ou prendre du «  temps » pour «  soi » En s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.