Le fiasco de l'agroalimentaire français

 |   |  599  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, le fiasco de l'agroalimentaire français

Lactalis qui tombe de son piédestal, c'est un peu à l'image de la filière alimentaire française qui perd pied. L'évolution du solde des échanges extérieurs rend parfaitement compte de l'ampleur de cette descente aux enfers.

Excédentaire à la fin des années 90, il plonge sous la ligne de flottaison à partir de 2006 sous l'impact d'une double offensive. La première, allemande, dans la viande au milieu des années 2000. Des concurrents très déterminés qui ont usé et abusé de la directive de 1996 sur les "travailleurs détachés" pour faire chuter leur coût du travail et évincer les producteurs français.

Plus de 10 ans de solde commercial négatif

La seconde vague, peu après la grande récession, vient d'Espagne et submerge cette fois-ci les secteurs du grain, de la panification, des fruits et légumes et enfonce un peu plus encore la filière viande. Des industriels ibériques qui engrangent les dividendes de la "dévaluation interne", autrement dit de la forte baisse des salaires.

Bilan, cela fait plus de dix ans maintenant que le solde commercial alimentaire est négatif et le déficit se creuse année après année. Il a atteint un niveau record de près de 5 milliards d'euros en 2017. C'est donc bien un nouveau bastion industriel qui sombre.

Ce diagnostic est confirmé par les écarts de performance depuis dix ans avec nos plus proches voisins et concurrents : entre 2007 et 2017, la production de produits alimentaires en volume s'est envolée de 17% aux Pays-Bas et de plus de 10% au Royaume-Uni. Ce duo devance l'Allemagne et l'Espagne dont les résultats sont très proches, légèrement supérieurs à 4%. Un cran encore en dessous vient l'Italie, puis enfin la France, seule grande puissance agroalimentaire à afficher un résultat négatif sur la période.

Des marges minées par la grande distribution

Mais cela serait une erreur de limiter nos déboires à la seule concurrence étrangère. Deux éléments sont à prendre en compte. D'abord, les relations houleuses entre la grande distribution et les industriels. En axant d'abord leur stratégie sur celle des petits prix, les grands distributeurs exercent une forte pression sur le tissu productif en amont. Pas sur les grandes marques nationales, avec qui le rapport de force n'est pas forcément favorable, mais sur les producteurs de second rang.

Conséquence, depuis 2000, le taux de marge de l'agroalimentaire (donc en intégrant les boissons) a chuté de plus de 7 points et se retrouve à son plus bas niveau. Une situation qui tranche avec celle des autres activités manufacturières qui sont parvenues à redresser la barre depuis 2009 pour finalement afficher un bilan légèrement positif avec un taux de marge en hausse de 2 points environ sur la période. Cela pèse mécaniquement sur la capacité des entreprises à investir, alors même que la concurrence se renforce.

Un tissu productif archaïque

Second élément, en lien avec le précédent : l'archaïsme du tissu productif. L'absence de restructuration a freiné l'industrialisation de nombreux secteurs. Or les investissements ne peuvent pas s'amortir sur des structures qui sont restées trop modestes pour affronter la concurrence internationale. De même, la montée en gamme est restée insuffisante pour s'arracher de la seule concurrence par les coûts.

L'industrie alimentaire, notre fameux pétrole vert, est de plus en plus mal exploitée et le fiasco n'est plus très loin.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2018 à 20:37 :
Si il y avait aussi des plateformes financières qui aideraient des «  innovations alimentaires vertes » comme le sacré coup de pouce que les gouvernements donnent à l’innovation technologique et aux milleniums et aux licornes... on aurait pas «  ce genre » de catastrophe alimentaire .
a écrit le 26/01/2018 à 16:13 :
Ne vous inquiéter pas, avec la nouvelle loi sur l'alimentation de MACRON, qui vise à donner des rentes aux paysans au détriment des consommateurs, nous n'achèterons bientôt plus que des produits allemands, hollandais etc. bien moins chers et de meilleurs qualité.
MACRON, chef du corporatisme sous couvert de libéralisme.
a écrit le 26/01/2018 à 14:19 :
Déni puisque le fiasco comme vous dites est déjà là, BAYER qui a racheté MONSANTO est endetté de 65 milliards d'euros, cela doit être le record du monde je pense ou bien pas loin.

65 milliards de dettes et les actionnaires qui loin de s'affoler continuer leur empoisonnement généralisé voyant pourtant les procès se multiplier mais c'est pas grave continuons notre tour de force, si on a acheté les politiciens c'est bien pour avoir à se passer de ce genre de désagréments la preuve:

"L'Assemblée rejette l'amendement "Lactalis" sur les comptes" https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN1FE24L/l-assemblee-rejette-l-amendement-lactalis-sur-les-comptes.html

Donc oui l'agro industrie en plus de nous refiler divers cancers est d'être un échec économique majeur mais les empoisonneurs ont d'énormes réseaux qui font qu'ils sont encore et toujours là toujours prêt à nuire.

Vous dites que c'est un domaine qui sombre, je vous dis qu'il restera toujours là car du coup nous alimentons massivement le secteur avec de l'argent public or les financiers ne sont devenus plus que ça des voleurs massifs d'argent public. Ils prennent l'argent aux classes moyennes et aux pauvres et ça ils adorent et c'est bien pour ça qu'ils payent nos politiciens d'ailleurs.

Donc échec total de la finance agroindustrielle c'est certain mais fonctionnement oligarchique nous continuerons à voir cette aberration évoluer tranquillement, c'est bon nous autres pigeons de contribuables sommes habitués à payer les pots cassés des méga riches.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :