Le retour trompeur de l'inflation : les vrais coupables

 |   |  715  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, les vrais coupables de l'inflation

L'inflation frappe à nouveau aux portes de l'économie française : à plus de 2%, elle se situe à un pic depuis le printemps 2012. L'inflexion a eu lieu début 2018, sans pour autant entrainer quelques déviances que ce soient de la tendance de fond. L'inflation sous-jacente, c'est à dire ce socle débarrassé des produits à prix volatils et de l'effet ponctuel des mesures fiscales, reste coincé autour de 1%. Ce qui traduit bien l'absence de tension réelle au sein de l'appareil de production français.

Des causes avant tout exogènes

Dans les faits, trois facteurs expliquent à eux seuls les deux-tiers de la hausse des prix. Dans l'ordre : le pétrole, la fiscalité et la météo. Les cours du brut ont été multipliés par plus de deux depuis 2016 passant de 30 euros le baril environ à 65. Une envolée spectaculaire qui a fait dévier la trajectoire des prix des produits pétroliers en hausse de près de 22% sur un an entrainant, c'est mécanique, un bond 13% des prix de l'énergie. Compte tenu de son poids dans le panier moyen d'un Français, la contribution de l'énergie au taux d'inflation est de 1 point c'est près de la moitié. Si l'inflation actuelle est due en grande partie au phénomène mondial d'augmentation des cours du pétrole, le gouvernement n'y est pas pour rien non plus. Parmi les responsables de la hausse générale des prix, figure en bonne position l'alourdissement de la fiscalité sur les carburants et le tabac. Côté carburants c'est la combinaison de deux mouvements : celui de la progression de la taxe carbone et du rapprochement de la fiscalité entre l'essence et le diesel qui est à l'œuvre depuis début 2018. Conséquence, la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (ex. TIPP) ne cesse de s'élever. En d'autres termes, même si les cours du pétrole s'étaient maintenus en 2018 à leurs niveaux moyens de 2017, les prix à la pompe auraient progressé de 5% pour le gazole et de 2,5% pour l'essence. Compte tenu de l'alourdissement sans précédent à venir de la fiscalité pesant sur les carburants, principalement sur le gazole d'ici 2022, l'impact inflationniste de la fiscalité sur les carburants va se poursuivre ces prochaines années. Le fioul domestique et le gaz naturel sont pris dans la même nasse.

Côté tabac, il suffit de se pencher sur l'évolution de son prix pour mesurer l'ampleur du choc fiscal : après deux hausses limitées en 2017, une augmentation bien plus conséquente a eu lieu le 1er mars dernier. Depuis cette date, il faut compter un euro de plus par paquet environ et 2 pour la blague de tabac à rouler. Le choc est rude, la hausse sur un an atteint désormais 16,8%, et explique un peu plus de 0,3 point d'inflation. Une contribution positive qui le restera en 2019, deux hausses supplémentaires de 50 centimes étant programmées, l'une en avril la seconde en novembre.

 Reste l'impact de la météo, visible dans l'évolution des prix des produits alimentaires frais : en hausse de près de 7%, ils sont à l'origine de près de 0,2 point de l'inflation totale.

L'inflation va se désintégrer

L'inflation ne provient donc pas d'une reprise de l'activité, mais elle a des causes exogènes. Elle n'est pas venue d'une recrudescence de la demande domestique, consécutive à une hausse des salaires. Bien au contraire, la hausse du salaire moyen par tête a décéléré au 1er trimestre 2018, brisant le nouvel élan et compte tenu de la hausse des prix l'évolution des salariés réelle est proche de zéro voire légèrement négative depuis peu. Les Français vont donc être tentés de faire des économies là où ils le peuvent, ce qui va avoir pour effet de tirer les prix vers le bas. En fait, c'est une inflation qui va se désintégrer en partie elle-même. En attendant, même si le retour de l'inflation est trompeur, il complique l'équation budgétaire des ménages comme des entreprises, ce qui n'est assurément pas un bon signal pour l'économie française.

 >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2018 à 19:49 :
Et encore vous n'avez pas ( volontairement ????) parlé des concéquences de la baisse sans précédent du pouvoir d'achat des retraités !! Hausse de la CSG, désindexation des retraites sur le taux d'inflation !!!

Le "gouvernement" d'erreur en erreur, est en train de casser la consommation et la reprise !! Mais y a t il VRAIMENT un pilote dans l'avion !!!
Réponse de le 11/09/2018 à 10:24 :
Ce que vous decrivez est une relance par la consommation. En donnant plus de pouvoir d'achat aux menages, il y aura plus de consommation et donc de croissance. Malheureusement, dans une economie globalisé, si vous donnez une prime de noel a un chomeur, il achetera le moins cher, par example un jouet MADE IN CHINA, ce qui ne sera pas positif pour la croissance. Alors, le gouvernement presse le second levier....les depenses (Retraites, APL, aides sociales).
Réponse de le 12/09/2018 à 9:55 :
@Gina G

"si vous donnez une prime de noel a un chomeur, il achetera le moins cher, par example un jouet MADE IN CHINA"

Difficile de faire autrement même pour les autres populations puisque 95% des jouets vendus en Europe sont produits en Chine .En Chine, 4 millions de personnes travaillent dans l’industrie du jouet, contre 50 000 en Europe qui travaillent majoritairement dans des secteurs comme la recherche, le design, le marketing, etc.Rien qu’en Chine du Sud, plus de 300 usines travaillent pour le géant du jouet Mattel.
a écrit le 10/09/2018 à 18:35 :
pour info, Eurostat a publié le 24 août dernier un article sur le niveau des prix dans les pays européens. on peut voir le positionnement par rapport à la moyenne de l'UE, pour l'ensemble du panier des biens/services et pour chaque catégorie de biens/services :
https://ec.europa.eu/eurostat/web/products-eurostat-news/-/WDN-20180824-1
a écrit le 10/09/2018 à 15:43 :
"Parmi les responsables de la hausse générale des prix, figure en bonne position l'alourdissement de la fiscalité sur les carburants et le tabac"

Oui les taxes, certes, mais bon le prix du baril est quand même passé de 40 dollars à 80 ! La spéculation financière est la principale fautive de l'explosion du prix du GO qui est passé de 1 euro à 1 euro 45...

C'est juste le gouvernement qui l'avait vraiment très mal calculé le coup mais vu comme ils sont mauvais en maths fallait s'en douter !

"Le choc est rude, la hausse sur un an atteint désormais 16,8%, et explique un peu plus de 0,3 point d'inflation"

Surtout que les fumeurs font, faisaient du coup, de bons consommateurs, achetant toujours un truc avec leurs clopes, tant qu'à s'arrêter au tabac... Mais bon là encore vu le niveau désastreux de nos hygiénistes hystériques qui s'acharnent sur la clope en laissant les portes grandes ouvertes aux perturbateurs endocriniens, principaux générateurs de cancers...

"En attendant, même si le retour de l'inflation est trompeur, il complique l'équation budgétaire des ménages comme des entreprises, ce qui n'est assurément pas un bon signal pour l'économie française"

JE discutais la semaine dernière avec le comptable de la famille, versaillais, bien réac et conservateur, néolibéral à fond qui a passé son temps à aider les millionnaires à payer le moins d'impôts possible en lui disant ceci "JE ne vois pas comment prendre à ceux qui consomment pour donner à ceux qui s'évadent fiscalement peut fonctionner, t'as une idée toi ?"

Et pour la première fois de sa vie de me dire que j'avais entièrement raison que c'était l'impasse totale mais bon c'est pas ça qui va faire évoluer nos serviteurs des riches en marche au pas cadencé hélas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :