Pour être vraiment “intelligente”, l'IA a besoin d'inclusion et de diversité !

 |   |  621  mots
(Crédits : DR)
OPINION. Pour que les technologies soient au service du "bien commun", qu'elles servent à tout le monde, il faut qu'elles soient pensées, imaginées, conçues et développées par tous et pour tous ! Cela suppose que l'inclusion et la diversité soient érigées en valeurs inconditionnelles dans nos sociétés, dans l'enseignement et dans la formation, mais aussi et surtout dans les entreprises qui développent ces technologies et dans celles qui les exploitent. Par Alexandra Ruez, Executive Partner, Cognitive Process Transformation Leader et Diversity & Inclusion Leader

A fortiori quand ces technologies intègrent de l'Intelligence artificielle (IA). Imagine-t- on de développer un système de conduite autonome universel en l'entraînant uniquement sur les autoroutes ou dans un pays où l'on conduit à gauche ? De même, à quoi servirait un système d'analyse d'images radio s'il ne pouvait analyser que les radiographies d'individus de 40 à 50 ans ? L'IA va profondément transformer nos façons de travailler, de nous soigner, de nous divertir, de consommer, de créer de la valeur... Mais pour qu'elle devienne pertinente et utile à tous, il faut que ses algorithmes intelligents soient conçus et entraînés par des personnes aussi diverses que celles des populations qui bénéficieront de ces nouveaux outils.

Le sujet est d'actualité. Médias, réseaux sociaux et publications en tout genre l'ont popularisé, mais sa mise en œuvre concrète par les entreprises tarde encore. IBM s'est emparé du sujet de l'inclusion et de la diversité il y a un moment déjà et en a fait une de ses principales valeurs. Nous mettons un point d'honneur à faire travailler ensemble des gens différents en tout, en genre, en compétences, en cultures, en origines, en situation de handicap. Car nous savons que c'est cette diversité qui crée de la valeur pérenne et au bénéfice de tous.

La diffusion toujours plus large des solutions d'IA fait que l'inclusion et la diversité sont aujourd'hui plus que jamais indispensables.

D'abord, parce que les technologies pénètrent de plus en plus vite dans tous les domaines d'activité. Elles doivent donc parler le langage de tous. Pour développer des solutions adaptées, compréhensibles et utilisables par tous les publics à qui elles sont destinées, IBM s'attache à recruter des profils très diversifiés. Par exemple, c'est une équipe plurielle qui a réussi à développer en quelques jours à peine le chatbot d'information en français sur le COVID-19 pour les collaborateurs IBM, et dont nous avons fourni l'ensemble des données d'entrainement à la communauté en open- source.

Ensuite, parce qu'il faut former le plus grand nombre pour réduire les inégalités, améliorer l'employabilité de tous les jeunes, qu'ils soient ou non étudiants, et faire en sorte que les disruptions technologiques ne laissent personne au bord de la route. En 2019, IBM a, par exemple, lancé le programme P-Tech en partenariat avec le ministère de l'Education Nationale et plusieurs entreprises. Nous accompagnons individuellement des jeunes de la classe de Seconde jusqu'à l'obtention du BTS. Nous contribuons ainsi à promouvoir l'égalité des chances et à développer les compétences nécessaires à exercer les métiers de demain.

Enfin, car l'inclusion et la diversité sont les meilleurs moyens de lutter contre les biais, qui entachent la crédibilité et l'explicabilité de l'IA. Pour éviter les écueils si souvent cités d'algorithmes discriminants, IBM s'emploie à maintenir un niveau élevé de diversité dans ses équipes, en France bien sûr, mais aussi partout dans le monde, notamment sur l'équilibre hommes/femmes. Le palmarès Women Leaders in AI témoigne de notre engagement à promouvoir cette diversité au-delà de notre propre entreprise puisque nous distinguons les pionnières qui ont mis l'IA au service de la transformation de leur entreprise.

Inclusion et diversité sont le prisme à travers lequel il faut désormais regarder tous les secteurs, toutes les activités et tout le temps. Ces valeurs doivent percoler dans toutes les strates de l'entreprise afin d'éviter les discriminations et les biais. Sans quoi, l'IA perdra sa crédibilité et la confiance de tous.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2020 à 9:45 :
Comme que l'on dit souvent pour l'IA, moins on a d'intelligence et plus elle est artificielle!
a écrit le 11/06/2020 à 16:38 :
Si un jour une véritable IA est inventée elle nous dira elle même ce dont elle a besoin ou pas d'ailleurs.

Le problème majeur du principe d'une intelligence artificielle c'est que l'on ne peut pas lui demander ensuite d'être fidèle à ses créateurs et surtout à ceux qui les ont financé à savoir des gens particulièrement riches qui n'ont jamais été habitués à ce qu'un phénomène payé par eux ne leur obéit pas, à ce que l'on ne s'agenouille pas devant eux.

C'est une impasse et le fait de voir des ersatz d'IA partout déjà vendu en tant qu'intelligence autonome expose comme non seulement ils n'ont pas intérêt à générer une IA mais pire, ils savent qu'ils ont intérêt à faire semblant de vendre une IA et que cette dernière ne soit jamais inventée.

Où quand l'innovation dans les seuls mains d'investisseurs privés dorénavant aliénés par leur profonde cupidité mène à une régression pouvant vite se transformer en désastre planétaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :