Le futur centre culturel du vin de Bordeaux prend de la bouteille

 |   |  474  mots
Le futur centre culturel du vin de Bordeaux / DR
Le futur centre culturel du vin de Bordeaux / DR
Très attendu, ce « musée » international du vin qui devrait attirer plus de 400 000 visiteurs, va créer au moins 750 emplois et devrait générer 40 millions d'euros de retombées économiques par an pour l'Aquitaine. Le financement public est réglé. Il reste encore à trouver quelques mécènes privés pour boucler le budget de 63 millions d'euros et ouvrir les portes à l'été 2015

La semaine dernière, lorsque Philippe Massol, directeur de l'association Centre culturel et touristique du vin présentait son projet à Vinexpo Asia-Pacific à de potentiels mécènes asiatiques ou futurs visiteurs, il suscita à chaque fois leur étonnement. « Bordeaux n'avait pas encore de musée du vin ? ». L'idée est pourtant dans les cartons depuis longtemps, mais ne s'était pas concrétisée, faute de financement. D'ici deux ans, l'erreur sera réparée. La capitale mondiale du vin aura un « pharaonique » centre culturel et touristique du vin.

Le premier lieu au monde consacré au vin dans son caractère universel

Cet espace architectural de 14 000m2, où toutes les civilisations du vin seront représentées, va être édifié en bord de Garonne, aux bassins à flots, un quartier en pleine restructuration urbaine, sur un terrain de 15 000 m². Sa silhouette, imaginée par Anouk Legendre et Nicolas Desmazières, de l'agence parisienne X-TU, évoque à la fois le mouvement du vin dans un verre et la forme d'un ceps. De couleur dorée comme le champagne à l'extérieur, tel un phare, il culmine à plus de 50 mètres. Ce centre culturel proposera un parcours de découverte, des expositions temporaires (750 m2) et permanentes (3 500 m2), des ateliers polysensoriels, des spectacles, des animations 3D, des films, des conférences dans l'auditorium... Mais aussi, des restaurants, des bars et des boutiques à thème. Sans compter, un hôtel de 150 chambres qui s'installera à proximité du site. La scénographie a été confiée à des Anglais, Dinah Casson et Roger Mann. « Pour la première fois dans le monde, on va créer un lieu qui va être consacré au vin dans son caractère universel », souligne Philippe Massol.

15 millions d'euros doivent venir de mécènes

L'investissement est conséquent : 63 millions d'euros. Les institutionnels (Europe : 12 millions d'euros ; mairie : 12,5 ; CUB : 8,5 ; Région : 5,5 ; CIVB : 4,5 ; et Etat : 4) prendront en charge 77% de l'investissement. Quant au fonds de dotation pour le centre, créé en novembre, il compte déjà de nombreux mécènes : Crédit Agricole (1,5 million d'euros) ; le Prince Robert du Luxembourg (1 million ?), président de Château Haut-Brion ; Bernard Magrez (500 000 ?) l'homme aux 40 châteaux ; Vinexpo (500 000 euros)... « 15 millions d'euros vont venir des mécènes (essentiellement locaux, ndlr). Il me reste 5 millions à trouver. Le monde du vin sera le principal financeur », se réjouit Philippe Massol.
Selon une étude du cabinet Protourisme en juin 2010, le centre culturel devrait attirer au moins 400 000 visiteurs par an, créer au moins 750 emplois et générer 40 millions d'euros de retombées économiques chaque année. Le top départ de la construction est programmé pour mai 2013. L'ouverture des portes est prévue en juin 2015. C'est l'un des plus grands projets d'Alain Juppé, le maire de Bordeaux,  pour les années à venir. Classée au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2007, la « belle endormie » continue de se réveiller.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :