Gestion durable : Brest a réussi à économiser 12 .700 m3 d’eau et 154. 822 kWh d’électricité

Les habitants de trois quartiers prioritaires en matière de renouvellement urbain ont économisé l’équivalent de 80 000 euros en eau et en électricité. Un projet de lutte contre la précarité énergétique appuyé par le programme européen Climate Active Neighbourhoods.
Un compteur géant a été installé en octobre 2018 dans le quartier Bellevue pour visualiser les économies d'énergie réalisées.
Un compteur géant a été installé en octobre 2018 dans le quartier Bellevue pour visualiser les économies d'énergie réalisées. (Crédits : Damien Goret/Brest métropole)

Se revendiquant avant-gardiste dans sa gestion durable et responsable des ressources, Brest se construit « en ville résiliente au climat et inclusive ». La métropole a récemment poussé son action de lutte contre la précarité énergétique dans trois zones prioritaires pour ce qui est du renouvellement urbain, dans le cadre du projet européen Climate Active Neighbourhoods pour lequel elle avait été sélectionnée en 2016. Objectif, en plus de sensibiliser les habitants : réduire l'empreinte énergétique des trois quartiers par l'installation d'équipements pour baisser la pression au robinet, éviter les déperditions de chaleur dans les logements ou réduire la consommation du réfrigérateur.

Lire aussi : 10 solutions pour se débarrasser des passoires thermiques

Trois ans plus tard, ils affichent une économie de plus de 12 700 m3 d'eau et 154 822 kWh d'électricité, soit l'équivalent de 5 piscines olympiques et la consommation électrique de 30 personnes par an. Le gain financier s'élève à 80 000 euros et la réduction d'émission de CO2 à 118 kg par ménage et par an.

Lauréate du prix RegioStars

Ce bilan n'est pas neutre et vient de remporter le prix RegioStars de la Commission européenne qui récompense les projets régionaux les plus innovants, dans la catégorie « Construire des villes résilientes au changement climatique ». Dans le cadre de son plan Climat air énergie territorial, Brest Métropole actionne plusieurs leviers. Après sa boucle énergétique et le pilotage intelligent du réseau électrique de l'écoquartier des Capucins, le réseau de chauffage en est la nouvelle illustration emblématique. Alimenté par la chaleur issue de l'usine d'incinération des ordures ménagères, il atteindra 50  kilomètres pour chauffer 30 000 logements à la fin de l'année. Il délivre une énergie 15 % moins chère que le gaz et est associé à une solution de stockage thermique qui valorise 2 500 MWh d'énergie renouvelable par an.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.