Télétravail : 88% des Rennais souhaitent poursuivre après la crise

 |   |  602  mots
Le nombre de personnes souhaitant télétravailler après la crise, a quasi doublé en quelques mois.
Le nombre de personnes souhaitant télétravailler après la crise, a quasi doublé en quelques mois. (Crédits : DR)
MÉTROPOLE. Plus de femmes, plus d’employés et autant dans le service public : durant le confinement, le Bureau des temps de Rennes a mené l’enquête. Le télétravail contraint a eu un impact favorable sur la vision de cette pratique. Une majorité de professionnels souhaite le poursuivre.

Quel avenir aura le télétravail au sortir de la crise du Covid-19 ? Les entreprises devront-elles adapter le temps de travail ? Pour connaître le premier sentiment des habitants de Rennes Métropole et des communes environnantes, le Bureau des temps de Rennes a interrogé, entre le 28 avril et le 25 mai 2020, 2 200 personnes dont 96% d'entre elles étaient en télétravail. Le résultat est sans appel : 88% des salariés de l'aire urbaine de Rennes et des communautés d'agglomération de Saint-Malo, Fougères, Vitré, Redon et Dinan (soit plus d'un million d'habitants), souhaitent télétravailler après la crise. Ce chiffre, qui inclut 42 % de personnes ayant déjà une pratique de télétravail avant le confinement, représente un quasi...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2020 à 15:00 :
La question n'est pas là mais de savoir ce qui est le mieux pour les entreprises. Quel intérêt de demander aux gens s'ils préfèrent travailler peinards de chez eux, la réponse est déjà dans la question.
a écrit le 14/07/2020 à 14:24 :
Favoriser le télétravail c'est favoriser a terme la délocalisation du travail dans des pays à main d’œuvre moins cher .On le voit déjà avec les call centers situés en Tunisie ou aux Maldives
a écrit le 14/07/2020 à 14:15 :
Le télétravail ça se mange pas.Essayez de ramasser les artichauts et les huitres par télétravail .Les patrons se sont aperçus de l'inutilité de nombreux collaborateurs lors du confinement et qu'ils pouvaient s'en passer.
a écrit le 13/07/2020 à 22:23 :
des macons et des electriciens qui teletravaillent, c'est un peu limite
pour les autres, il y aura de gros pbs de productivite, d'organisation, et de gestion du temps........
tout ce qui brille n'est pas or, et certain verront qu'il y a aussi plein de desavantages ( et que teletravailler, ca veut pas dire glander a la maison sans etre controle en etant quand meme paye, bien au contraire...)
Réponse de le 15/07/2020 à 11:36 :
Il faut replacer cet article dans le contexte purement RENNAIS: ville ne vivant que d'activités de services, de fonctionnaires, de la 3ème région militaire et de beaucoup de magistrats (Cour d'appel) donc peu d'activités de main d'oeuvre, et pas du tout d'industrie sauf PSA sur la Janaie A Chartres de Bretagne au sud de RENNES. Heureusement que toutes les villes, notamment de Bretagne ne ressemblent pas à RENNES.
a écrit le 13/07/2020 à 19:09 :
Rennes: La ville où on rase gratis!
Réponse de le 15/07/2020 à 11:39 :
On voyage gratis surtout (bus et métro) mais comme celà a un coût la taxe "transports" dissuade pas mal d'entreprises de s'installer à RENNES ou sur son district.
a écrit le 13/07/2020 à 18:31 :
Ceux qui encensent aujourd'hui le télétravail seront ceux qui vont pleurer demain quand les emplois "télétravaillés" seront délocalisés. Les contentieux vont se multiplier et il va falloir modifier sérieusement le code du travail si cette pratique se multiplie. Enfin citons St Exupéry dans Terre des Hommes,"la grandeur d'un métier c'est avant tout d'unir les hommes, et il n'est qu'un luxe dans la vie, celui des relations humaines".
Réponse de le 14/07/2020 à 7:13 :
Il ne faut pas avoir peur de cette avancé sociale majeure. L'avenir, c'est le téléchômage... ;)
Réponse de le 14/07/2020 à 11:08 :
@pafo. On y est déjà des milliers de chômeurs "français" valident leur chômage de puis l'étranger par mail.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :