Une stratégie collective « made in Bretagne »

 |   |  539  mots
(Crédits : DR)
FACE A LA CRISE. La crise sanitaire a touché la Bretagne moins frontalement. Sur le plan économique, le poids du secteur agroalimentaire a amorti l'impact tandis que l'industrie reste solide. Mais le recul est là, avec de forts enjeux dans les secteurs vitaux que sont le tourisme et la pêche. Le monde économique se fédère et se rapproche des consommateurs.

Dans une région où les collectivités territoriales et les entreprises privées travaillent traditionnellement de manière collaborative, la crise du coronavirus a renforcé encore cette démarche. La Bretagne a été l'une des plus épargnées par le virus du Covid-19, mais la solidarité a joué à plein, pour soutenir les soignants et contrer la pénurie de matériel. Outre les commandes publiques, la plateforme entreprisesuniescovid19.bzh a recensé les offres de services et de production à destination des acteurs de la santé ou de l'industrie agroalimentaire. Le conseil régional a investi près de 150 millions d'euros dans l'aide aux secteurs touchés, aux...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2020 à 14:29 :
Sur une base de bons niveaux d'études ou les écoles privées chrétiennes dès la maternelle n'y sont pas pour rien, une très faible immigration historique, voire même une émigration conséquente de haut niveau, la région n'est pas à plaindre.
Dommage l'arrivée de touristes dès juin a cassé cette belle unité, la maladie explose, dommage de ne pas être indépendants on aurait fermé nos frontières.
C'est pas faute de dire, laissez-nous tranquilles pour une fois, on n'a pas besoin de vous ni de votre fric, revenez en 2021 en amis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :