Plasturgie : comment Patrick Findeling, le patron du leader Plastivaloire, prépare son prochain round

 |   |  649  mots
Patrick Findeling.
Patrick Findeling. (Crédits : DR)
À presque 72 ans, le pape français de la plasturgie n'est pas près de jeter l'éponge. Patrick Findeling compte rester à la tête du groupe familial au moins jusqu'en 2025. Objectif à cinq ans : atteindre 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires.

Plastivaloire est sur le point de nouer un partenariat avec un injecteur plasturgiste chinois qui sera opérationnel à partir du premier trimestre 2020. L'opération, qui devrait être finalisée d'ici à la fin de l'année, sera annoncée au marché dans la foulée. Cotée sur Euronext Paris, l'ETI, dont le siège est situé à Langeais près de Tours, pourra ainsi répondre à la demande des marques allemandes BMW et Audi pour le marché asiatique. À la clé, la fabrication des pièces plastiques de haute qualité des tableaux de bord, des calandres et des boîtiers de phares.

Plastivaloire devrait procéder sous forme de joint-venture plutôt que de travailler en sous-traitance pure. « Je n'ai aucune confiance dans les Chinois, lance d'emblée Patrick Findeling. Mais, pour revendiquer le statut d'équipementier mondial, nous devons aussi être implantés physiquement et fabriquer localement en Asie. » Cette stratégie de présence internationale, au coeur même des bassins de production automobile, s'est déjà illustrée avec le rachat en octobre 2018 du plasturgiste américain TransNav. Grâce à ses deux usines aux États-Unis et son autre unité au Mexique, il a permis à Plastivaloire de devenir fournisseur...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :