Les vins d'Alsace en panne de stratégie (1/3)

 |   |  897  mots
La grande distribution a été accusée d'orienter les prix vers le bas et de brouiller les cartes au sein des appellations des vins d'Alsace.
La grande distribution a été accusée d'orienter les prix vers le bas et de brouiller les cartes au sein des appellations des vins d'Alsace. (Crédits : Olivier Mirguet)
Deux années successives de surproduction ont fait chuter les prix. Les producteurs alsaciens ne parviennent pas à s'entendre sur la réforme qui permettrait d'écouler leurs stocks et de repartir à la hausse.

"Nous sommes entrés dans une phase de destruction et elle va être violente !" Charles Brand est porte-parole des vignerons de la Couronne d'Or en périphérie de Strasbourg. Observateur de la crise structurelle qui frappe l'Alsace, il ne mâche pas ses mots. "Ce qui me choque, c'est l'absence de solidarité. Certains producteurs croient que c'est la fin", déplore-t-il. Avec une production (1,028 million d'hectolitres) en 2019 supérieure de 10 % à sa capacité de commercialisation, la viticulture alsacienne a vu ses prix chuter sensiblement cet hiver, notamment sur les ventes en vrac (15 % des volumes). La précédente récolte, en 2018, avait déjà dépassé de 29 % les ventes écoulées.

Que faire de ces 367.000 hectolitres de vin restés dans les cuves depuis deux ans ? Dans la grande distribution, les prix de certaines bouteilles ont chuté à moins de 2 euros. Des producteurs se sont offusqués d'offres d'achat à 50 centimes le litre formulées cet hiver par des courtiers. "Ces offres sont marginales. Le vrai cours se situe à 1,90 euro pour le pinot gris, 2,60 euros pour le gewurztraminer. À ce tarif, je suis quand même pessimiste pour l'avenir du vignoble alsacien", témoigne l'un d'eux.

Course au rendement

Comment l'Alsace en est-elle arrivée là ? La grande distribution a été montrée du doigt, accusée d'avoir orienté les prix vers le bas et brouillé les cartes au sein des appellations. "Le discours global est complètement déconnecté de la réalité. On a dérivé vers la course au rendement", regrette Charles Brand. "Dans les supermarchés, des grands crus se sont vendus à 8 euros, moins chers que d'autres vins d'Alsace plus modestes", nuance Romain Iltis, sommelier dans un restaurant étoilé du nord de la région. Pour Pierre Bernhard, président sortant du Synvira, le syndicat régional des vignerons indépendants d'Alsace, le constat est identique. "Il y a 850 metteurs en marché en Alsace mais nous sommes incapables de nous accorder sur les prix, la typicité et la hiérarchie de nos vins", dit-il.

"La réduction des rendements figure parmi les hypothèses, mais c'est un sujet crispant et clivant", reconnaît Gilles Neusch, directeur du Civa, le Comité interprofessionnel des vins d'Alsace. L'année dernière, le rendement autorisé s'est établi à 80 hectolitres par hectare pour les vins tranquilles de l'appellation. "Il faudrait arriver à 60 hectolitres pour que ce soit efficace à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2020 à 17:18 :
Le vigneron alsacien s'est longtemps cru plus beau que ce qu'il n'est en réalité. Proximité de l'Allemagne oblige, le vigneron alsacien est élitiste: pas de vrac disponible, prix élevés en myenne alors que la plupart vendent en direct et ont des frais commerciaux réduits...sans parler de la main d'oeuvre qui vient des pays de l'Est. Le producteur croit que c'est au client de faire l'effort de venir à la cave pour quémander son breuvage. Il reviendra un jour quand il pourra se déplacer à nouveau...peut-être.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :